Octobre est le mois consacré à la lutte contre le cancer du sein. À la suite des nombreux traitements mis en place pour lutter contre ce cancer, un lymphœdème peut survenir. La réalisation d’une cure thermale en phlébologie permettra de limiter  ce « gros bras » et aidera la patiente dans la gestion de son quotidien.

Source : freepik

Le lymphœdème post-cancer du sein

Souvent résumé au terme du « gros bras », le lymphœdème est le principal effet secondaire de l’éradication d’une tumeur cancéreuse. Il survient lorsque l’opération s’effectue à proximité de l’aisselle. Il est causé par l’ablation ou la fragilisation des ganglions lymphatiques.
Ce phénomène d’œdème se traduit par une sérieuse augmentation du volume du bras qui est due à un ralentissement ou un blocage de la circulation de la lymphe. Celle-ci s’accumule du fait de l’absence de drainage.

Après une telle opération, une patiente peut voir la circonférence de son bras augmenter à tout moment. En effet, l’apparition du lymphœdème peut survenir dans les mois ou les années qui suivent. Si le gonflement d’une partie ou de la totalité du bras est au départ indolore, il devient rapidement douloureux et gênant. Le lymphœdème engendre une importante fragilisation de la zone en entrainant des difficultés de mobilité dans la vie quotidienne, voire une incapacité dans l’utilisation du bras.

Le thermalisme, une prise en charge adaptée

Les 18 jours de soins consécutifs réalisés durant une cure thermale ont pour objectif de stimuler la circulation de la lymphe afin de réduire le gonflement. Les soins se basent sur l’association de plusieurs techniques innovantes, sur les vertus des eaux thermales minérales riches en minéraux et oligo-élements, sur des ateliers et des conférences.

On retrouvera par exemple :

  • de drainages lymphatiques individuels, réalisés par des kinésithérapeutes,
  • de différents bains hydro-massant suivi de compresses d’eau thermale,
  • des douches à base d’eau thermale,
  • des rencontres avec des spécialistes,
  • des ateliers pour apprendre des gestes d’automassage drainant,
  • une initiation à une pratique sportive douce et adaptée.

Une cure conventionnée est une démarche médicale. Elle se réalise  sur prescription et avis médical. Durant son séjour de 3 semaines en cure, la curiste recevra des soins quotidiens (hors dimanche). Les soins seront prescrits par un médecin thermal  que la curiste rencontre avant le début de sa cure. Cela permet d’adapter le séjour aux besoins de la patiente et à son état de santé.

Les établissements thermaux indiqués dans la prise en charge du lymphœdème :

Les thermes de Balaruc-les-Bains
Les thermes d’Argelès-Gazost Cure thermale spécialisée dans le lymphœdème, possibilité de suivre un programme d’Éducation Thérapeutique « Thermoedeme »
Les thermes d’Aix-les-Bains
Les thermes de La Léchère Cure thermale spécialisée dans le lymphœdème
Les thermes de Luz-Saint-SauveurCure thermale spécialisée « Lympho’Thermes »
Les établissements thermaux du Grand-Dax
Les thermes de Barbotan-les-Thermes Possibilité de suivre un programme d’Éducation Thérapeutique « Lymphœdème du membre supérieur »
Les thermes d’Évaux-les-Bains

A savoir : Une cure thermale est accessible sur prescription d’un médecin-traitant ou spécialiste. Une patiente doit être en rémission et ne présenter aucune contre-indication afin de suivre une cure thermale. Une cure thermale conventionnée peut être prise en charge partiellement par l’Assurance maladie. Toutefois, les modules complémentaires ainsi que les programmes d’éducation thérapeutique (ETP) restent à la charge du patient.


Tags de l'article : Lymphoedème Grand Dax Aix-les-Bains - Station des Thermes Chevalley La Léchère Argelès-Gazost Luz-Saint-Sauveur Evaux-les-Bains Balaruc-les-Bains Cure post-cancer


Article publié par Laura Dupuy

Message du site