[Actualité] – Et si vous choisissiez la Corse pour faire votre prochaine cure thermale ?

caldane

Source photo : Les bains de Calade – Lacorse.travel

Actuellement, la Corse ne compte plus qu’une station thermale. Elle se trouve dans le département de la Haute-Corse à Petrapola Les Bains. Ces eaux aux vertus antalgiques sont destinées aux traitements de la rhumatologie. Depuis plusieurs décennies, dans le reste de l’île, le secteur du thermalisme est à l’abandon, malgré le fort potentiel qu’il représente pour la région. L’assemblée Générale Corse, face à la richesse de ce secteur en perdition, a décidé de relancer le thermalisme de l’île afin d’exploiter cette ressource sous diverses formes.

10 mesures visant à (re)développer et (re)structurer ce secteur sont menées. 

On y retrouve par exemple un projet d’étude sur la remise en activité de centres thermaux fermés ou encore la création de centres thermoludiques. Ces mesures ne se cantonnent pas uniquement à l’activité thermale. Les acteurs du territoire souhaitent faire de la Corse une destination de bien-être en créant des SPA ainsi que des cosmétiques dérivés à base d’eaux thermales Corse.

Cet essor s’inscrit dans une politique globale visant à faire évoluer l’attractivité touristique de l’île de beauté, prenant en compte la réhabilitation et la revalorisation du riche patrimoine thermal de l’île.

L’assemblée Corse travaille dès à présent pour proposer au plus vite une offre thermale complète aux futurs curistes de l’île de beauté.

GuagnoLesBains thermes fermés

Source photo : Guagnon les bains ( thermes actuellement fermés) – RacinesCorses

Les étapes de réalisation d’une cure thermale et les démarches de prise en charge

calendar

La réalisation d’une première cure thermale peut paraître complexe, longue et être source de stress. Pour être remboursée par la sécurité sociale, la cure thermale doit être prescrite par un médecin traitant et durer 21 jours soit 18 jours de soins.

Vous trouvez ci-après toutes les étapes afin de préparer au mieux votre départ.

1-      La prescription médicale et choix de la station thermale

 Vous souffrez d’une pathologie chronique figurant dans la liste des orientations prises en charge par la sécurité sociale ? Les traitements médicaux peinent à vous soulager ? Votre médecin traitant peut vous conseiller de réaliser une cure thermale.

Attention : il existe cependant certaines pathologies contre-indiquées pour réaliser une cure thermale.

En France, les pathologies suivantes sont traitées dans les établissements thermaux Français et reconnues par la sécurité sociale :

Après avoir pris la décision de partir faire une cure thermale, votre médecin vous proposera un ou plusieurs établissements correspondant à la pathologie.

A savoir : le temps entre la prescription médicale et le départ en cure et d’environ 4 à 6 mois.

Lors de la prescription, le médecin traitant remet au patient un imprimé destiné à la caisse d’affiliation du patient. Cet imprimé comporte 2 parties (un questionnaire de prise en charge rempli par le médecin traitant et prescripteur ainsi qu’une déclaration de ressources à remplir par le patient). Cette prescription n’est valable que pour la station prescrite par le médecin et pour une année civile.

 

2-      La prise en charge : l’accord de prise en charge

Après l’envoi de l’imprimé à la caisse d’affiliation, celle-ci vous retourne un document de prise en charge administrative de cure thermale et facturation (ce document est très important à conserver, il vous dispense de l’avance des frais médicaux).

Ce document se compose de 3 volets :

  • Un volet « Honoraires médicaux » destiné au médecin de cure thermale
  • Un volet « Forfait thermal » destiné à l’établissement de cure
  • Un volet « Frais de transport et d’hébergement », à adresser à la caisse au retour de la cure thermale si les conditions de ressources sont requises.

La cure thermale est remboursée par l’assurance maladie uniquement si celle-ci est prescrite par un médecin et si l’orientation figure parmi la liste d’orientations reconnues (voir partie 1).

Toutes les cures thermales sont prises en charges à 70% pour des frais médicaux de surveillance et à 65% de la cure thermale. Les soins supplémentaires et de confort reste à la charge du patient. La partie n’étant pas remboursée par la sécurité sociale se nomme généralement « ticket modérateur ».

Dans certains cas (ressources inférieures à un plafond), vos frais de séjours et de transport peuvent être pris en charge à 65%.

Le reste des frais du « ticket modérateur » peut être pris en charge par votre mutuelle, en fonction de votre contrat. Vous pouvez avoir plus d’informations sur la prise en charge par la mutuelle en cliquant ici.

La cure thermale conventionnée est d’une durée de 21 jours, soit 18 jours de soins. L’arrêt volontaire de celle-ci (outre cas particulier et raison médicale) ne donne pas droit au remboursement. L’arrêt de la cure thermale pour raison médicale donne droit au remboursement.

 

3-      La réservation de la cure thermale

Le patient contacte lui-même l’établissement thermal choisi, avec son médecin, pour réaliser sa cure thermale afin de fixer les dates du séjour. A la suite de la réservation, une confirmation de réservation de la cure thermale sera envoyée. Ce papier est à conserver car il sera demandé à l’arrivée dans l’établissement.

Ensuite, l’établissement thermal vous communiquera les numéros des médecins thermaux à rencontrer avant de débuter la cure thermale, ceci afin d’établir le programme de soins.

 

4-     La réservation de l’hébergement

A la suite de votre réservation, vous devez choisir votre hébergement.

Pour cela, vous pouvez :

 

5-      Le départ

Vérifiez que vous avez bien l’ensemble des documents nécessaire à votre entrée en cure (document attestant la prise en charge de la sécurité sociale + confirmation de réservation de la cure thermale) et que votre rendez-vous avec le médecin est pris.

 

6-      L’arrivée

Votre séjour commence par un rendez-vous avec votre médecin thermal qui vous suivra durant les 3 semaines. Généralement, ses médecins consultent le dimanche afin de débuter la cure thermale dès le lundi matin.

L’inscription définitive à l’établissement se fait soit la veille, soit le matin avant le début de la cure thermale. Il vous sera alors remis votre planning de soins pour la totalité du séjour.

A savoir : du matériel est nécessaire pour certaines orientations, celui-ci vous sera indiqué et expliqué par le médecin thermal. Vous devrez donc vous rendre dans la pharmacie thermale de la ville afin de vous le procurer (après prescription du médecin thermal).

 

7-      Les questions fréquentes :

Si la cure thermale est réalisée pendant une période d’arrêt de travail ?

La prescription de la cure thermale atteste de la prescription de l’arrêt de travail dans certains cas et sous certaines conditions.  Concernant l’indemnisation de l’arrêt de travail, le patient doit se référer à son régime d’affiliation afin d’en connaitre les modalités.

La cure thermale peut elle avoir une double orientation ?

Une cure thermale peut avoir une « double orientation », c’est-à-dire qu’elle peut soulager 2 pathologies durant une même cure. Par exemple Rhumatologie et ORL ou encore Phébologie et Rhumatologie (pour les plus fréquentes). Ces doubles orientations dépendent des établissements. Cependant, la procédure est la même, votre médecin traitant vous prescrit une cure avec une double orientation en fonction de vos besoins et de vos pathologies.

Vous aurez donc, durant votre cure des soins propres à chaque orientation.

Arthrose et thermalisme : un bon compromis pour soulager les douleurs

arthrose et thermalisme dax

Source photo : Thermes de Dax Adour

L’arthrose est le rhumatisme le plus répandu. Il touche principalement les mains, les hanches, les genoux, les cervicales et la colonne vertébrale. En France, plus de 10 millions de personnes souffrent d’arthrose, l’arthrose survient la plupart du temps chez les personnes de plus de 60 ans. L’arthrose se manifeste par des douleurs entraînant une diminution des gestes du quotidien ainsi qu’une raideur des membres. Des traitements sont prescrits afin de diminuer ces douleurs. Cependant ils ne peuvent pas ralentir l’évolution de la maladie.

Les eaux thermales, aux vertus antalgiques, permettent de soulager les douleurs et d’améliorer la souplesse des tissus.

Cette pathologie chronique provient d’une usure précoce du cartilage et des articulations. En effet, les articulations sont soumises à d’importantes tensions et compressions tout au long de la vie. Ce processus dégénératif augmente avec l’âge. Ce rhumatisme détruit le cartilage (tissu recouvrant les extrémités osseuses) progressivement, jusqu’à créer une inflammation douloureuse rendant les mouvements articulaires difficiles et désagréables.

Cette usure des cartilages entraîne des douleurs, pouvant être soulager par des traitements médicaux. Il est cependant impossible de stopper son développement. La cure thermale par ses eaux aux nombreuses vertus diminue les douleurs liées à cette pathologie.

La cure thermale se compose de différents soins en fonction de la localisation de l’arthrose : bains chaud, piscines, douches aux jets, douches pénétrantes, cataplasme et bain de boue…

Quelques-uns des établissements traitant l’arthrose :

Vous trouverez ici tous les centres thermaux ayant l’orientation rhumatologie

Vous pouvez également consulter notre article sur « L’arthrose et les cures thermales »

Les notes LesCuristes.fr des stations thermales pour l’année 2016, classement et infographie

haut-infographie-note-2016

En se basant sur les 699 avis collectés au cours de l’année 2016, le site LesCuristes.fr vous révèle son classement des 5 premiers établissements thermaux.

Pour rappel, les avis sont collectés sur notre site internet ou par voie postale grâce aux questionnaires mis à disposition gratuitement dans les stations thermales partenaires. L’avis est mise en ligne une fois la validation reçue du curiste selon la norme de l’AFNOR NF Z74-501.

 

Cette année, pour la 3ème édition, la station thermale de Bourbon-Lancy se classe en première position. Avec 66 avis collectés, Bourbon-Lancy atteint une note générale moyenne de 4,55 sur 5.

Lors de l’annonce de cette nouvelle, Benjamin Monssus, Directeur, nous a dit être très fier que la station thermale de Bourbon-Lancy soit en haut du classement. Il a ajouté qu’il attachait beaucoup d’importance aux avis des curistes et que ceux-ci passent par le site LesCuristes.fr pour s’exprimer.

> Plus d’informations sur les thermes de Bourbon-Lancy

 

Première lors de l’édition 2015, la station thermale de Vernet-les-Bains est deuxième avec une note de 4,48 sur 5 établie à partir de 41 avis. Outre la qualité des soins, le caractère familial de cette cure thermale fait l’unanimité auprès des curistes.

> Plus d’informations sur les thermes de Vernet-les-Bains

 

La station thermale de Vittel se place en troisième position avec une note de 4,47 basée sur 46 avis. Christian Brunet, Directeur, déclarait lors de l’annonce des résultats :

« Les Thermes de Vittel sont une petite structure à caractère familial avec une capacité de 500 curistes par jour.

Depuis 2008 les thermes ont progressé de 58% en mettant en avant l’accueil- la prise en charge individuelle – la qualité des soins et une hygiène extrême de manière à satisfaire le curiste et lui donner envie de revenir. Un parc exceptionnel de 650 hectares dans lequel sont nichés les termes invite à une immersion complète dans la nature. »

 > Plus d’informations sur les thermes de Vittel

 

La station thermale de La Roche Posay fait quant à elle son apparition dans les 5 premières stations thermales avec une note de 4,23 basée sur 43 avis.

Son directeur général, Rachid Ainouche, nous déclarait :

« Pour la station thermale de La Roche Posay, c’est tout d’abord une excellente nouvelle de se voir classer parmi les bons élèves de la profession, surtout quand la note provient des utilisateurs finaux, les patients.
Le sérieux du site LesCuristes a montré que les avis collectés étaient réels et en nombre, ceux-ci confortent d’ailleurs les analyses réalisées en interne au niveau de la satisfaction de nos patients.

 

Les avis témoignent de la qualité des soins, de l’accueil et de l’environnement pour nos patients, qui ne jugent d’ailleurs plus une pratique unique, mais une prestation dans son ensemble.C’est dans tous les cas une note qui nous conforte comme la première station thermale dermatologie de France. »

 

L’établissement des « Thermes Chevalley », géré par le groupe Valvital à Aix-les-Bains, signe aussi son entrée dans le top 5 avec une note moyenne de 4,16 sur 5, basée sur 17 avis.

LesCuristes.fr remercie l’ensemble des curistes ayant pris le temps d’insérer un avis sur notre site. Ces avis et ces informations sont une aide très importante pour la communauté des curistes. Depuis le début de l’année 2017, plus de 400 000 personnes ont déjà visité LesCuristes.fr.

Nous souhaitons de plus remercier toutes le stations thermales et vous souhaitons une bonne année thermale.

Les 699 avis ont aussi permis de réaliser un nuage de mots à partir de la répétition de ceux-ci dans les commentaires. Les mots les plus cités par les curistes sont « Soins », « Cure », « bien » et « agréable ». Ces termes confirment les bienfaits de l’eau thermale et du thermalisme en général. Le personnel et l’accueil sont aussi souvent mis à l’honneur.

infographie-note-2016

Le thermalisme comme traitement de la dermatite atopique chez l’enfant

Dermatite atopique chez l'enfant

La dermatite atopique (ou eczéma atopique) est une pathologie inflammatoire chronique de la peau, d’origine génétique et immunologique. Elle est le plus souvent diagnostiquée chez  les enfants, dès leur 3ème mois (elle touche 20% des enfants de moins de 7 ans). Cette pathologie se traduit par une peau très hyper-perméable, irritable et sèche (vésicules, croutes, démangeaisons, rougeurs…). Ces caractéristiques rendent la peau de l’atopique sujette à la surinfection et aux diverses allergies, si bien que la peau ne joue plus son rôle de barrière avec l’extérieur.

Cette pathologie nécessite une hygiène de vie stricte au quotidien afin de limiter les « poussées ». La cure thermale se positionne comme un traitement complémentaire naturel dont les effets ne sont plus à prouver. La dermatite atopique (ou eczéma atopique), est une des lésions de la peau les plus fréquentes chez l’enfant. La cure thermale a pour objectif d’atténuer considérablement voire d’éliminer toutes les croûtes et traces de germes sur la peau ainsi que de réduire l’inflammation et les démangeaisons. Cependant, la cure thermale a également pour objectif d’apprendre au patient (et à sa famille) à mieux vivre au quotidien face à cette « maladie » bégnine mais contraignante. La cure a une visée éducative et curative.

Les propriétés des eaux thermales, permettent :

  • de traiter la peau en profondeur,
  • de calmer les démangeaisons,
  • d’éliminer la présence des germes sur la peau
  • de faciliter la cicatrisation et la régénération de la peau.

L’objectif est que la peau retrouve son rôle de barrière naturelle avec l’extérieur. Cela permettra, dans un second temps, de diminuer le risque allergique présent chez les personnes souffrant de cette pathologie.

Les établissements spécialisés dans le traitement de la dermatite atopique de l’enfant :

A savoir, certaines stations sont équipées de Maisons d’Accueil pour enfant lorsqu’un parent ne peut pas accompagner l’enfant sur la période de cure.

 

 

[PUBLI-REDACTIONNEL] Présentation de l’étude QACTUS La Roche Posay

image

La cure thermale représente une alternative aux traitements classiques qui sont les émollients et les dermocorticoïdes. Elle permet aux patients pendant trois semaines de s’occuper de sa peau et de bénéficier de soins en eau, et de suivre un programme d’éducation  thérapeutique. La cure permet aussi d’échanger car au quotidien cela peut être difficile de gérer un enfant avec de l’eczéma.
Actuellement peu de données sont disponibles sur l’efficacité des cures thermales sur la dermatite atopique et en particulier sur la qualité de vie, c’est pour cette raison que la station thermale de La Roche Posay a décidé de réaliser une étude visant à étudier la qualité de vie pendant et après la réalisation d’une cure thermale à La Roche Posay.

3 questions à Rachid Ainouche, directeur des Thermes La Roche Posay


1- Qu’est ce que l’étude QACTUS ?

L’étude QACTUS est une étude médicale visant à évaluer la satisfaction et la qualité de vie des enfants atteints de dermatite atopique traités par la cure thermale de la Roche Posay.

 

2- Quel est le but de cette étude ?

Le but principal de cette étude est de décrire l’évolution de la qualité de vie de ces enfants atopiques durant la cure (comparaison début et fin de traitement thermal) ainsi qu’à distance de ce traitement (4 mois après la fin de la cure).

 

3- Quelles sont les difficultés rencontrées à la réalisation d’une telle étude ?

Comme pour toute étude concernant les enfants, la difficulté principale réside dans l’accord des parents mais surtout par la nature du traitement thermal (contrainte de 21 jours de présence à La Roche Posay). Les parents sont confrontés à des problèmes de disponibilité pour accompagner leur enfant. L’impact de la dermatite atopique chronique sur le quotidien des familles et de la santé de l’enfant permet néanmoins de lever ces difficultés logistiques (relais des parents et/ou grands parents sur la durée des 3 semaines par exemple).

La cure thermale, un allié pour réduire l’état de stress (et ses troubles psychosomatiques)

Thermes de Saujon

Source photo : Thermes de Saujon

Le stress est présent chez une grande partie de la population, dans certains cas, il peut impacter la vie du patient au point d’avoir des conséquences importantes sur la qualité de son quotidien (fatigue, surmenage, dépression, anxiété, insomnie). La composition soufrée des eaux thermales de certaines stations françaises leurs confère des propriétés dans le traitement du stress (insomnie, anxiété, angoisses ou spasmophilie).

 

Les établissements proposant des cures « anti-stress » allient soins d’eaux thermales et environnement paisible propice à la détente. Le but est d’aider le patient à réduire son stress, son anxiété et ses tensions. L’éloignement du contexte personnel et quotidien durant 3 semaines est une aide supplémentaire pour le patient. En effet, coupé de l’agitation de son rythme de vie stressant et difficile, le patient a plus de facilités à se détendre.

La cure est basée sur des soins à base d’eau thermale (bains, cataplasme, douche et piscine) à visée décontractante mais également des ateliers thématiques afin d’aider le patient dans sa gestion du quotidien. Des rendez-vous avec des spécialistes sont également au programme afin que ce séjour soit bénéfique au maximum pour le patient qui en ressortira apaisé.

Si vous ne pouvez pas réaliser une cure thermale de 3 semaines, des établissements thermaux ont mis en place des courts séjours « dé-stress » allant de 3, 6 à 12 jours. Ces cures toutes aussi bénéfiques que celles de 3 semaines vous apporteront de nombreux bienfaits.

Des études ont prouvé que le thermalisme est le meilleur anti-dépresseur naturel, sans effet secondaire, qui aide le patient dans la durée. Des effets bénéfiques sont observés sur l’organisme après la cure.

De nombreux soins de bien-être sont proposés au sein des SPA thermaux au sein des établissements de cure. Non pris en charge dans le programme, ils pourront toutefois vous apporter bien-être et détente.

Les établissements spécialisés :

Les Thermes de Néris les bains

Les Thermes de Saint honoré les Bains

Les Thermes de Allevard les Bains

Thermes de Saujon

Thermes de Bagnère de Bigorre

Thermes de Divonne les Bains

Thermes de Ussat les Bains

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez consulter notre article sur « Les cures thermales anti-stress »

Le thermalisme pour lutter contre l’infection urinaire chronique

cure thermale infection urinaire photo source chaine thermale du soleil

Source photo : La chaîne thermale du soleil

Les infections urinaires (également appelées cystites) touchent une grande partie de la population. Cette maladie concerne majoritairement des femmes.  En effet, 2 femmes sur 3 feront face à cette situation au cours de leurs vies. Lorsque cette infection revient régulièrement (plus de 5 fois par an), on parlera d’infection chronique ou cystite récidivante. Il n’existe pas de traitement pour inhiber cette infection chronique. Cependant, des études ont prouvé l’efficacité de la cure thermale dans la diminution du nombre d’infection.

 

L’infection urinaire chronique ou cystite récidivante : mieux comprendre

La cystite est une inflammation de la muqueuse de la vessie bégnine, aux symptômes bien distincts (des maux en bas du ventre, une envie d’uriner très fréquente pour un petit volume d’urine, des brûlures ainsi que des urines troubles et malodorantes). La bactérie de l’escherichia-coli est souvent responsable de l’infection urinaire. Du fait de cette de la proximité vagin-urètre-anus chez la femme, les bactéries de l’intestin ont plus de facilité à coloniser l’appareil urinaire.

Cette infection bégnine repandue se soigne très bien par les antibiotiques. Cependant, chez certaines personnes, les cycles de contamination deviennent très fréquents, puisque plus de 20% des femmes connaissent une récidive. Au-delà de 5 cystites par an, on parle d’infection chronique affectant la qualité de vie du patient.

A ce jour, le traitement par antibiotique est le seul existant. Il est additionné à des recommandations d’hygiène de vie afin de limiter les risques de contamination. Toutefois, il est très compliqué de les stopper définitivement.

 

Les bienfaits d’une cure thermale sur ces infections :

Dans le cas de cystites récidivantes, la médecine ne propose qu’un traitement antibiotique renouvelable avec des effets secondaires certains sur l’organisme à long terme.

La cure thermale viendra en complément de ce traitement afin de diminuer le nombre de cycle de contamination annuel, et se répercutera sur une diminution dans prise d’antibiotiques. Les eaux thermales ont la particularité de diminuer l’adhérence des bactéries sur les muqueuses de la vessie en limitant naturellement le développement de celles-ci.

Les différents soins sont :

  • La cure de boisson : cela permet aux patients de réapprendre à boire selon ses besoins. Cela augmentera le volume de son urine et favorisera une expulsion naturelle des bactéries par la vessie. La cure de boisson intervient également dans la gestion de la constipation, facteur jouant sur les cycles infectieux. De plus, l’eau thermale, par ses vertus, permet de nettoyer l’appareil urinaire et de réduire les calculs présents
  • Les bains et applications de boues thermales permettent, par le contact de l’eau sur la peau, de réduire considérablement les douleurs du bas du ventre grâce aux effets antalgiques des eaux.
  • Des ateliers d’éducation afin d’apprendre aux patients des gestes du quotidien limitant la prolifération des bactéries dans la vessie (hygiène, hydratation, alimentation…).

 

3 séjours en cures thermales sont recommandés afin d’optimiser les effets à long terme et diminuer considérablement la prise d’antibiotiques néfaste sur la flore intestinale. Cependant, 2 femmes sur 3 ressentent un soulagement et une meilleure qualité de vie directement après une première cure thermale.

Les établissements spécialisés dans le traitement des affections de l’appareil urinaire :

La Preste-les-Bains

Contrexeville

Evian-les-Bains

Thonon-les-Bains

Vittel

Capvern-les-Bains

 

 

La cure thermale est un véritable complément dans cette pathologie chronique, là où la médecine traditionnelle peine à réduire cette infection.  

O’Emploi, le site dédié à la recherche d’emploi dans l’hydrothérapie

o'emploi

Le secteur du bien-être et de la remise en forme par l’eau est en permanente évolution. Que ce soit la pratique de la thalassothérapie, un séjour en cure thermale, un moment de détente en balnéothérapie ou en SPA, la fréquentation des établissements est en constante augmentation. Ce secteur attractif crée chaque année de nouveaux emplois.

O’emploi se positionne comme le référent de la recherche d’emploi dans le secteur de l’hydrothérapie, cette nouvelle plateforme est unique en son genre !!

Logo Les curistes O'emploi

L’hydrothérapie en chiffre :

  • 1,5 Millions de personnes profitent des bienfaits de l’eau de mer, chaque année en France, dans les 50 centres de thalassothérapie que compte notre pays, faisant de lui un des leaders dans ce domaine. Cela entraine plus de 3000 emplois directs pour ce secteur.
  • Le thermalisme se retrouve à travers l’hexagone sur 110 établissements accueillant 500 000 curistes chaque année.  Ce secteur connait une hausse constante et annuelle de 3% selon le Cneth.
  • La France compte également de nombreux centres de balnéothérapie et de SPA ! Le secteur du bien-être par l’eau est porteur d’avenir !

O’Emploi est une plateforme destinée aux candidats et aux recruteurs spécialisés dans les métiers de l’hydrothérapie, en mettant en relation des profils et des offres dans ce domaine (thalassothérapie, thermalisme, balnéothérapie et SPA). Le dépôt d’annonces est gratuit pour le recruteur, ainsi que la recherche parmi la CVthèque.

Vous y retrouverez des offres d’emplois, des informations sur les emplois de ce secteur, ainsi que les formations pour y accéder.

N’hésitez pas à vous y rendre c’est ici !

Le thermalisme, tout comprendre de cette pratique médicale naturelle afin de préparer au mieux votre séjour

19525731335_fc162cb24a_b

Photo : Thermes de Vernet-les-Bains

Le thermalisme est une pratique médicale et douce réalisée à partir d’eau de source naturelle, utilisée au travers de différents soins. Chaque source d’eau, en fonction de son origine souterraine et de sa composition, permettra de traiter des pathologies spécifiques. Ainsi, chaque station thermale est spécialisée dans le traitement de pathologies bien distinctes. 

Le thermalisme c’est quoi ?

Le thermalisme est une pratique médicale douce dont les effets bénéfiques sur l’organisme sont reconnus par la santé publique. Une cure thermale est une démarche de soins qui doit être réalisée avec un médecin prescripteur, propre à chaque patient selon sa pathologie et ses besoins. Une cure thermale dite conventionnée est d’une durée de 21 jours, soit 18 jours de soins continus. Elle est prescrite par un médecin et de ce fait remboursée en partie par la sécurité sociale. L’aspect thérapeutique de la cure thermale se traduit par un suivi médical constant au cours de la période de soins.

  • Quel est le type d’eau le plus approprié selon sa pathologie ?

Les eaux sulfatées sont des eaux aux fortes teneurs en soufre. Elles sont prescrites dans des traitements visant à soulager les affections des reins.

Si une eau sulfatée est également riche en calcium et magnésium alors elle pourra être prescrite dans des soins visant à diminuer l’eczéma et à atténuer les cicatrices de brûlures. Ces sources d’eaux se retrouvent principalement dans le massif pyrénéen.

Les eaux sulfurées sont des eaux fortes en soufre et en acide sulfhydrique. Elles sont utilisées dans le traitement des maladies des voies respiratoires (les rhinites, les otites, l’asthme et les bronchites). En effet, leurs compositions spécifiques leurs confèrent des propriétés curatives et bénéfiques pour les muqueuses. Vous pourrez bénéficier de soins à bases d’eaux sulfurées dans les stations se situant dans les Alpes, les Vosges, ainsi que dans quelques stations Pyrénéennes.

Les eaux chlorurées chargées en chlorure de sodium sont indiquées, dans des cas de troubles du développement et de la croissance, pour leur fonction stimulante sur l’organisme. Vous retrouverez ses eaux dans les Alpes, la Savoie et le Jura, ainsi que dans quelques stations dans les Pyrénées.

Les eaux bicarbonatées aident à lutter contre certaines des affections liées à la digestion. Elles permettent d’atténuer les spasmes digestifs et améliorer l’état de la muqueuse intestinale. Additionnées à du calcium, elles auront un effet anti-inflammatoire, cicatrisant et apaisant, destinées à traiter les affections de la peau (maladies de peau, acnés et brûlures). Ces sources sont présentes dans le Massif Central.

Les eaux olligo-métalliques (forte composition de cuivre, fer ou arsenic) sont des eaux pauvres en minéraux. Les eaux chargées en cuivre sont utilisées dans des traitements dermatologiques ; les eaux riches en fer sont destinées à réduire l’anémie chez le patient ; les eaux riches en arsenic interviennent dans le traitement des allergies. Ces eaux sont présentes majoritairement dans le bassin Aquitain ainsi que dans le Massif Central.

  • Les principaux soins pratiqués durant une cure thermale

Les cures de boissons : ingestion d’un ou plusieurs verres d’eau thermale durant la journée. La quantité est établie en fonction de la prescription du médecin thermal.

Les douches d’eau thermale : réalisées par des agents thermaux, elles visent une ou plusieurs parties du corps nécessitant un traitement particulier.

Application de boue thermale : sous forme de cataplasme ou directement sur la peau, la boue thermale chauffée permet de soulager les tentions musculaires et articulaires.

Les bains : Il existe une multitude de bains (avec ou sans aérosol, avec jets d’eau, des bains locaux, des bains avec douche réalisés par un agent thermal dans la baignoire). Ce type de soins permet au patient, au travers du contact de l’eau sur la peau, de bénéficier des effets antalgiques des eaux sur son organisme.

Les inhalations : utilisées durant les soins des voies respiratoires.

Soin en groupe : des soins tels que la piscine, les couloirs de marche ou encore les douches en piscine, sont réalisés par petit groupe et encadrés par des agents formés.

Ne pas confondre thalassothérapie, balnéothérapie et thermalisme

Il ne faut pas confondre cure thermale, cure en thalassothérapie et soins de balnéothérapie.

Les principales différences se retrouvent :

  • Dans le type d’eau utilisé. En thermalisme, cela correspond à de l’eau minérale dont les propriétés sont reconnues. La thalassothérapie utilise l’eau de mer pour soulager certains maux, alors que, la balnéothérapie utilise des eaux dont les vertus et la composition n’ont pas d’effets bénéfiques démontrés sur l’organisme.
  • Les cures thermales dites conventionnées sont les seules cures, à bases d’eau, prises en charge par la sécurité sociale puisqu’elles sont prescrites par un médecin.

Il existe différents types de soins adaptés en fonction de la pathologie à traiter.  Les soins d’eaux thermales soulagent principalement des maladies telles que les problèmes de rhumatismes, de phlébologie et encore d’asthme, mais une multitude d’autres pathologies peuvent être diminuées par le thermalisme, en effet il existe 12 orientations prises en charge par la sécurité sociale.

Renseignez-vous auprès de votre médecin traitant qui sera vous orienter en fonction de vos besoins et de votre pathologie.

Si vous avez le temps, nous vous conseillons de consulter notre article « Organiser votre séjour thermal : la réservation de la cure thermale » ou « Organiser votre séjour thermal : quand partir ? »