France Thermes est un opérateur français très important sur le marché du thermalisme et du tourisme de santé. Aujourd’hui, Monsieur Sylvain Sérafini, le Président Directeur Général, nous en dévoile plus sur son fonctionnement et son concept thermal unique en France.

Portraits de Sylvain Serafini - Paris
Pouvez-vous présenter le groupe France Thermes ainsi que votre concept de « Resort » à nos lecteurs ?

Le groupe France Thermes est né en 2009 avec la reprise du site de Bagnoles-de-l’Orne en Normandie. Il est devenu par la suite le BO Resort, ce qui illustre la particularité du groupe France Thermes. En effet, nous sommes spécialisés dans la création de « Resort Thermaux et Touristiques », c’est-à-dire l’association de l’ensemble des services nécessaires aux curistes sur un même site et de manière non exclusive.
Ainsi, un curiste à la possibilité de réserver uniquement des soins de cure, sans hébergement, au sein de notre Resort. A contrario, nous avons la capacité de combiner l’ensemble des services nécessaires pour le séjour du curiste à partir d’un seul opérateur : le Resort Thermal.
Notre modèle est déjà mis en place à Bagnoles-de-l’Orne, il est déjà possible sur le site de Vichy et il est entrain de voir le jour sur les sites de Châtel-Guyon et de Salies-de-Béarn.

Comment vous est venue l’idée de créer ce type de concept ?

Nous parlons toujours d’usage et de facilité d’usage.
Lorsque le curiste vient séjourner 3 semaines dans une destination qu’il ne connaît pas, nous comprenons qu’il puisse trouver le cheminement de réservation long, lourd et complexe.

L’idée du Resort est de proposer un service qui va permettre au curiste de simplifier toutes ses démarches, tant au niveau de la réservation que concernant son séjour et sa vie durant la cure.

Le Resort Thermal permet d’avoir un interlocuteur unique pour prendre en charge la partie soins mais également afin d’organiser avec lui l’ensemble de son séjour. Encore une fois, nous ne sommes pas exclusifs puisque sur toutes nos destinations, nous travaillons avec tous les modes d’hébergements disponibles.
A partir de sa réservation de cure, un curiste peut réserver l’ensemble des éléments de son séjour (soins, hébergement, restauration, activités annexes et parfois même le transport). Notre réflexion s’appuie sur la question « Comment simplifier le parcours amont de la cure ? » afin que le séjour soit le plus simple possible.

Cette année, nous avons appris votre rachat concernant la Compagnie des Eaux de Vichy. Pourquoi avoir choisi de racheter ce groupe ?

Pour nous, Vichy présente plusieurs intérêts.
D’abord, nous sommes très proches de notre modèle de Resort puisque la Compagnie de Vichy comprend 3 établissements, dont 2 de soins et 1 SPA d’eau thermale, 7 hôtels donc 7 modes d’hébergement, de la restauration ainsi que des activités annexes. L’ensemble est très cohérent par rapport au mode d’organisation que nous revendiquons.
De plus, les indications traitées, la rhumatologie et le système digestif, notamment avec le traitement du surpoids ou des maladies métaboliques, nous paraissent très intéressantes en terme de réponse à l’attente des curistes.

Et puis évidemment, l’aura de la marque Vichy ainsi que son ouverture à l’international représentent pour nous un intérêt important.

Quel avenir désirez-vous pour cette station thermale française iconique ?
Avez-vous pour projet d’obtenir un nouvel agrément ? Par exemple celui en dermatologie. Vichy étant connue mondialement pour ses cosmétiques et ses vertus en dermatologie.

La station thermale de Vichy accueille une grande partie de la population nationale. Elle reçoit également une clientèle internationale dont certaines nationalités sont traditionnellement accueillies à Vichy. Le marché russe en fait partie, complété en ce moment par des visiteurs chinois.
Vichy est une exception française du fait de sa notoriété, cette exception a un intérêt pour nous afin d’ouvrir l’offre thermale à d’autres marchés, même si ces marchés restent secondaires par rapport à notre clientèle française.
Notre ambition est de continuer à travailler sur les indications existantes, la rhumatologie, les affections digestives et les affections urinaires. Nous allons continuer à renforcer la pertinence et peut-être même la gamme d’offre existante pour traiter ces indications.
Pour le moment, la dermatologie n’est pas un sujet à l’ordre du jour dans nos investigations. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne le sera jamais.

De quoi sera composé le nouveau Resort de Vichy ?

Nous avons actuellement deux axes sur lesquels nous sommes en train de travailler. Pour être transparent, nous sommes encore en train de réaliser le plan stratégique avec les équipes de Vichy. Ce plan sera finalisé cette fin d’année ou début de l’année prochaine.

Ce que l’on sait déjà aujourd’hui, c’est que nous avons 2 axes de travail :

  • la reconfiguration et la mise à niveau de certains équipements déjà existants.
  • l’adjonction de nouveaux services et de nouveaux équipements.

On saura précisément comment ils se déploieront dans les mois à venir.

Est-ce que les établissements thermaux de Vichy resteront ouverts durant la période des travaux ?

Aujourd’hui, il n’y a aucune interruption de service qui est programmée.
L’ensemble du parc sera fonctionnel et nous continuerons d’accueillir dans de bonnes conditions l’ensemble des curistes sur les cures conventionnées, soit sur les thermes Callou soit sur les thermes Les Dômes.
Que pouvez-vous nous dire sur le très récent rachat de la station thermale de Salies-de-Béarn ?

La station thermale de Salies-de-Béarn est une ville située dans le Sud-Ouest de la France. Elle détient 3 orientations thermales : la rhumatologie, la gynécologie ainsi que les troubles du développement de l’enfant qui sont des indications très pertinentes en terme de réponse à l’attente de nos curistes.
Nous souhaitons y réaliser un complexe mariant soins thermaux et hôtellerie haut de gamme, pour un investissement de l’ordre de 15 à 16 millions d’Euros. L’ensemble des travaux permettra de mettre en place notre modèle de Resort thermal.
Ce rachat étant très récent, nous sommes en train de mettre en place notre plan stratégique pour les mois à venir.

Après Bagnoles-de-l’Orne, Châtel-Guyon, Vichy et Salies de Béarn, le groupe France Thermes souhaite-t-il continuer son développement de Resorts thermaux et touristiques en France ?

La réponse est oui.

Notre philosophie n’est pas d’avoir le plus grand nombre de stations mais de dénicher des « pépites » thermales soit existantes, soit à configurer ou à reconfigurer. Nous nous intéressons toujours à la qualité de l’eau, à l’environnement direct de la station et à la manière dont nous pourrions développer notre concept de Resort thermal.
On continue donc à s’intéresser, en termes de développement, à de nouvelles destinations pour créer de nouveaux Resorts thermaux France Thermes.
Nous privilégions la qualité et l’originalité de chacun de nos Resorts, tant sur nos indications thérapeutiques que sur l’apport d’une offre de qualité différente, tout en développant notre concept de Resort.


Tags de l'article : Salies-de-Béarn Chatel-Guyon Vichy Bagnoles-de-l'Orne


Article publié par Laura Dupuy

Message du site