Le Tour de France des stations thermales

Le 15 octobre prochain, le tracé officiel du Tour de France 2020 sera dévoilé. En attendant, nous vous laissons découvrir un tracé original, mais non officiel, d’un Tour de France qui met en avant le patrimoine thermal national.

Source photo : Compte twitter @CLebrun56

Source photo : Compte twitter @CLebrun56

Au programme de ce Tour de France unique et décalé, 21 étapes et plus de 3300 kilomètres pour partir à la découverte des stations thermales françaises.
Le thermalisme et le Tour de France sont des pratiques anciennes qui, à leur façon, ont façonné l’histoire et le développement de certaines régions françaises. Entre architecture unique et patrimoine culturel immatériel, cette Grande Boucle des stations thermales met à l’honneur l’héritage de la France.

Saviez-vous que Le Tour de France emprunte, dans les Pyrénées, de nombreuses routes de montagne qui n’auraient pas vu le jour sans Napoléon III et sa découverte du thermalisme ? En effet, accompagné de son épouse Eugénie, certaines des plus grandes routes ont été impulsées par Napoléon afin de développer le thermalisme dans les Pyrénées. Ces routes avaient pour but de relier les villes d’eaux entre-elles. C’est comme cela que sont nées certaines des routes les plus emblématiques des Pyrénées, par exemple : d’Argelès-Gazost aux Eaux Bonnes par le col du Soulor et le col d’Aubisque,  de Bagnères-de-Bigorre à Barèges par le col du Tourmalet, de Bagnères-de-Bigorre à Bagnères-de-Luchon par le col d’Aspin puis le col de Peyresourde.

Le Tour de France est une course cycliste emblématique qui fait partie de l’histoire du pays. Chaque année depuis 1903, les coureurs empruntent les plus belles routes et réalisent l’ascension des plus beaux cols Français. Très médiatisé, les yeux du monde entier sont rivés sur l’hexagone durant ces 3 semaines estivales. C’est le rendez-vous incontournable pour de nombreux passionnés de cyclisme pour lesquels le passage de la caravane et des coureurs sont des moments forts en émotions.

Quant  au thermalisme, c’est une médecine naturelle et douce qui utilise les oligo-éléments présents dans l’eau minérale thermale et dans les boues à des fins thérapeutiques. Au travers de différents soins thermaux, les effets bénéfiques des eaux sont utilisés dans le traitement de nombreuses pathologies chroniques regroupées dans 12 orientations thérapeutiques :

Des cures adaptées aux maux de notre époque sont également proposées : fibromyalgie, lymphœdème, obésité, trouble du sommeil, mal de dos, asthme, allergie.
En France, il est possible de suivre une cure thermale conventionnée dans plus d’une centaine d’établissements thermaux. Lorsqu’une cure thermale fait l’objet d’une prescription médicale, une prise en charge de l’assurance-sociale est alors possible. Chaque année, plus de 600 000 curistes (source : www.medecinethermale.fr) profitent des bienfaits thérapeutiques de l’eau.

Le développement de cette pratique dans les années 1850 a donné lieu à l’apparition d’un patrimoine varié. En effet, les villes d’eaux se sont transformées afin d’offrir aux curistes de meilleures conditions de soins et de villégiature avec la construction d’établissements thermaux prestigieux, d’hippodromes, de palaces, de villas ainsi que de casinos.

Voici le détail étape par étape de ce Tour de France des stations thermales :

 

Etape 1 : Grand Départ à Dax, 1er station thermale France et arrivée à Cambo-les-Bains en passant par Saubusse-les-Bains. Véritable découverte des paysages landais et basques.

Etape 2 : De Barbotan-les-Thermes à Jonzac en passant par Casteljaloux.

Etape 3 : De Saujon à Rochefort pour un contre la montre par équipe.

Etape 4 : De La Roche-Posay à Néris-les-Bains en passant par Evaux-les-Bains.

Etape 5 : De Châtel-Guyon à Royat-Chamalières pour un contre la montre au cœur de l’Auvergne.

Etape 6 : De Bourbon-Lancy au Mont-Dore en passant par Vichy et les célèbres volcans auvergnats.

Etape 7 : De La Bourboule à Chaudes-Aigues en traversant le Massif Central.

Etape 8 : De Neyrac-les-Bains à Montbrun-les-Bains par Vals-les-Bains et par le passage du col hors catégorie du Mont Ventoux.

Etape 9 : De Digne-les-Bains à Berthemont-les-Bains avec la découverte du parc du Mercantour.

Journée de repos : au programme, détente dans les eaux de Contrexéville.

Etape 10 : De Vittel à Plombière-les-Bains à travers le Massif des Vosges.

Etape 11 : De Luxueil-les-Bains à Lons-le-Saunier en passant par Salins-les-Bains.

Etape 12 : D’Aix-les-Bains à Evian-les-Bains en passant par Thonon-les-Bains. Une étape entre deux villes d’eaux reliant le Lac du Bourget au Lac Léman.

Etape 13 : De Saint-Gervais-les-Bains à Brides-les-Bains avec la présence du Mont-Blanc tout au long de l’étape.

Etape 14 : De La Léchère-les-Bains à Uriage-les-Bains, passant par les mythiques cols de la Madeleine et de la Croix de Fer.

Journée de repos : un détour par les calanques est l’incontournable activité de la journée.

Etape 15 : De Camoins-les-Bains à Balaruc-les-Bains, une étape idéale pour profiter des paysages méditerranéens et de l’étang de Thau.

Etape 16 : D’Avène-les-Bains à Amélie-les-Bains en passant par Lamalou-Les-Bains.

Etape 17 : De La Preste-les-Bains à Ax-les-Thermes en passant par Vernet-les-Bains et les Pyrénées Catalanes.

Etape 18 : D’Aulus-les-Bains à Capvern-les-Bains en passant par Salies-du-Salat.

Etape 19 : De Salies-de-Béarn à Argelès-Gazost en passant par Eaux-Bonnes et le Col d’Aubisque et du Soulor.

Etape 20 : De Luz-Saint-Sauveur à Saint-Lary-Soulan en passant par Barèges  et l’emblématique col du Tourmalet dans les Hautes-Pyrénées.

Etape 21 : De Enghien-les-Bains à Paris, avec une ligne d’arrivée sur les célèbres pavés des Champs-Elysées.

 

Pour toutes les informations concernant le Tour de France Officiel 2020, rendez-vous le 15 octobre 2019 sur le site : www.letour.fr

 

Les journées européennes du patrimoine

Les 36ème journées européennes du patrimoine se dérouleront les 21 et 22 septembre 2019.

Journée du patrimoine et thermalisme

Que vous soyez en cure thermale, de passage dans une station ou que vous résidiez à proximité de celle-ci, les journées européennes du patrimoine sont l’occasion idéale pour partir à la découverte du patrimoine thermal français.
Cette pratique ancestrale, reconnue pour ses bienfaits depuis des siècles, a participé au développement de nombreuses villes. En effet, celles-ci se sont majoritairement développées et aménagées afin de permettre l’accueil d’un plus grand nombre de personnes souhaitant venir bénéficier des vertus des eaux thermales.

A l’heure actuelle, de nombreux aménagements encore visibles dans la plupart des villes d’eaux sont attribués à la pratique thermale (parcs et jardins, promenades, hôtels particuliers, villas de villégiatures, hippodrome ou casino…). Entre la richesse architecturale et l’organisation urbaine, les journées européennes du patrimoine sont un moment privilégié pour découvrir les secrets de cette pratique.

Les journées du patrimoine sont à retrouver dans de nombreuses stations thermales françaises :

La station thermale de Plombières-les-Bains

La station thermale d’Amélie-les-Bains

La station thermale de Châtel-Guyon

La station thermale de Saint-Honoré-les-Bains

La station thermale de Molitg-les-Bains

La station thermale de Bagnères-de-Luchon

La station thermale d’Ax-les-Thermes

La station thermale d’Aix-les-Bains

La station thermale de Saujon

La station thermale d’Enghien-les-Bains

La station thermale de Salin-les-Bains

La station thermale d’Amélie-les-Bains

La station thermale de Bagnols-les-Bains

La station thermale d’Uriage-les-Bains

La station thermale de Luxeuil-les-Bains

La station thermale de Saint-Amand-les-Eaux

La station thermale de Cransac-les-Thermes

La station thermale de Vittel

La station thermale de Vichy

La station thermale de La Roche-Posay

 

(Liste non exhaustive) 

 

 

Actualité : La construction du SPA thermal de Dignes-les-Bains est lancée

Située dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la station thermale de Digne-les-Bains proposera bientôt à ses visiteurs une toute nouvelle offre dédiée au bien-être.

Source photo : www.hauteprovenceinfo.com

Source photo : www.hauteprovenceinfo.com

Début juillet, la première pierre du futur SPA thermal de la ville a été posée. Ce chantier d’agrandissement, estimé à plus de 6 300 000 euros, prévoit d’accueillir ses premiers clients d’ici la fin de l’année 2020.
Au programme des travaux, un agrandissement de 475 m2 de la surface au sol, soit plus de 1345 m2 répartis sur 3 niveaux. Ces nouveaux espaces seront dédiés à la santé et au bien-être avec :

  • un espace fitness
  • deux salles polyvalentes
  • un espace accueil pour le Spa Thermal
  • un espace boutique
  • une salle de repos cocoon
  • une grande terrasse solarium
  • un bassin extérieur
  • un bassin intérieur

Avec ce projet, les thermes de Digne-les-Bains souhaitent diversifier leur clientèle. En effet, la réalisation d’un espace de bien-être permettra à l’établissement thermal d’attirer une nouvelle clientèle, plus jeune et soucieuse de préserver sa santé.

Thermalisme et architecture, découverte de la station thermale de Vichy

vichy-les-thermes-sous-le-dome-8ec92d3c-faa0-42fb-ad01-aff584c9107f

Vichy, surnommée la reine des villes d’eau, a largement profité de l’intérêt que lui ont porté des dirigeants d’envergure nationale. Napoléon 1er et son descendant Napoléon 3 ont beaucoup misé sur cette ville qui s’est développée avec son activité thermale. Encore davantage que les autres villes thermales, c’est l’ensemble de la cité qui a bénéficié de la créativité des architectes et des richesses apportées par les soins thermaux.

Ainsi, au-delà de l’établissement thermal, de nombreux hôtels, immeubles et villas créent un ensemble urbain qui vaut le détour.

On citera par exemple la villa vénitienne de la rue de Belgique à travers lequel le maître d’œuvre, Decoret, a pris un malin plaisir à se jouer des codes stylistiques de la cité des Doges.

VIlla véntienne vichy

 

A quelques encablures de cette surprenante villa, vous ne pourrez manquer la source des célestins. L’architecte Lucien Woog a construit un pavillon des plus intéressants utilisant des décors du 18e variant les effets décoratifs tout en développant la verdure et les plantes grimpantes.

2013-vichy-la-source-des-celestins-credit-e-lattes-office-de-tourisme-de-vichy-copie

Pour finir cette ballade, les curistes auront le plaisir de profiter des soins dans le grand établissement thermal. Comme souvent, les bâtiments thermaux sont remaniés à maintes reprises pour s’adapter aux évolutions des thérapies, des avancées techniques et bien sûr à la popularité des stations.

C’est ainsi l’architecte du gouvernement Charles Lecoeur qui prendra en main le projet en 1898. Il propose un établissement assez proche de celui qu’il venait d’édifier à Bourbon-l’Archambault.

L’architecte a opté pour un parti pris architectural inspiré de références orientales comme il est souvent d’usage à l’époque. Les décorations qui compléteront cet ensemble sont l’œuvre du peintre Alphonse Osbert et du ferronnier Emile Robert.

vichy-les-thermes-sous-le-dome-8ec92d3c-faa0-42fb-ad01-aff584c9107f

Encore une fois, ces trois réalisations ne sont que la partie émergée de l’iceberg, Vichy regorge en effet de bâtiments qui valent le coup d’œil et que vous découvrirez au gré de promenade.

Notre prochain épisode d’architecture et thermalisme s’intéressera à des interventions contemporaines parce qu’aujourd’hui encore, les architectes prennent un grand plaisir à projeter des stations thermales.

 

Source :

Wikipedia

Villesdeaux.com

Thermalisme et architecture, découverte de la station thermale de Contrexéville

Le thermalisme est une activité qui a connu plusieurs crises pour diverses raisons. Ainsi, les crises économiques et les guerres ont toujours obligé les stations à rebondir et à se moderniser pour faire revenir les curistes dans leurs établissements.

L’un des versants de ces différentes reconquêtes était l’architecture des stations. Nous avons donc décidé de nous intéresser à quelques stations représentatives. La première étape de cette série se situe dans le département des Vosges, il s’agit de Contrexéville.

Les thermes de Contrexéville ont fait l’objet de nombreuses transformations architecturales qui permettent de retracer à la fois l’histoire de la ville mais aussi l’évolution de l’architecture.

En 1820, un premier pavillon en bois fût édifié à l’emplacement de la source minérale Charles Bagard.

Il sera remplacé en 1885 par un pavillon en fer et verre caractéristique de cette seconde moitié du 19e siècle. Ces travaux furent menés sous la houlette de l’architecte départemental Francois Clasquin assisté par l’ingénieur nancéien Frédéric Schertzer qui s’inspirèrent du célèbre pavillon Baltard.

Cet ingénieur avait également travaillé sur la galerie de Vittel, station voisine de celle de Contrexéville.

Cette architecture constituée de fer et de verre est issue de la révolution industrielle qui a permis de faire baisser le prix de ces matériaux et de les standardiser. La finesse des profils et la proportion importante de vitrage ont ainsi permis des édifices très légers et lumineux.

Cet édifice sera cependant démoli pour laisser place à la prochaine époque d’un point de vue architectural. C’est ainsi que l’architecte Charles Méwès (1858-1914) sera mandaté pour rénover l’établissement entre 1908 et 1913. La pièce majeure de son projet sera une rotonde articulée par une galerie promenoir de 180m de long.

Si le style gréco-romain n’est pas particulièrement innovant, il cache un système constructif relativement neuf à l’époque, le ciment armé. L‘ancêtre du béton armé est dissimulé par un riche travail de céramique et de mosaïque qui donnera toute sa splendeur à l’édifice. La rotonde abrite symboliquement la source qui se matérialise par une fontaine de marbre rose et de céramiques de camaïeux de bleu qui rappellent la couleur symbolique de l’eau. Cette fontaine est surmontée par un statue des « verseuses » qui sont l’un des emblèmes de la ville. La coupole quasi religieuse est largement dorée et percée d’un oculus zénithal surplombant la source et venant renforcer la symbolique de l’eau salvatrice.

C’est ce bâtiment qui reste aujourd’hui le plus intéressant à découvrir par la richesse de ses décorations et par sa force symbolique.

Les multiples modifications, démolitions et reconstructions des bâtiments thermaux ont reflété le besoin des stations de se démarquer et d’afficher leur modernité en adaptant la forme architecturale de leurs édifices aux différentes époques stylistiques. Des architectes de renom ont bénéficié de moyens importants pour faire des stations des hauts lieux de villégiature et permettre de mêler soins thermaux, patrimoine et tourisme.

IMG_5594

IMG_7419 IMG_7401 Photo toucan toucan 2007 021

Sources :

http://www.vosgesaccueiltourisme.fr/

http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=88114_4

http://www.gentil-bourdet.fr/details/notices/contrexeville.htm

http://tourisme.vosges.fr/activites/Culture,mus%C3%A9esetpatrimoine/tabid/137/pid/977000285/items/1i2/sir/0/sdtw/0/Default.aspx?sa=0%2c947262#prettyPhoto

http://www4.culture.fr/patrimoines/patrimoine_monumental_et_archeologique/insitu/article.xsp?numero=&id_article=toulier-473

Crédits photos : Station thermale de Contrexéville