« Accompagnement et Réhabilitation post-cancer du sein » : l’Etude scientifique PacThe

Dans la continuité de nos précédents articles concernant les différentes études thermales et leur légitimité, le zoom du jour sera porté sur l’étude Pacthe : « Le programme d’accompagnement et de réhabilitation post-thérapeutique pour les femmes en rémission complète de leur cancer du sein en milieu thermal ».

Source : Communiqué de presse – Mai 2013

photos

En France, le cancer du sein touche chaque année plus de 50 000 nouvelles patientes. A l’issue des programmes thérapeutiques, les séquelles laissées par les traitements par oncologies sont nombreuses (cicatrices, peaux et muqueuses sèches, fatigue, anxiété, perte de confiance en soi…).

Financée par l’AFRETh, l’étude PACTHE a été conduite par Yves-Jean Bignon (directeur scientifique du centre Jean Perrin – Clermont-Ferrand), dans trois stations thermales françaises : Vichy, Châtel-Guyon et Le Mont-Dore.

  • L’étude

L’étude PacThe veut répondre à la question suivante :

Peut-on améliorer durablement la qualité de vie des femmes par une intervention d’accompagnement médical et paramédical multidisciplinaire, en station thermale, dans les suites immédiates de cancer du sein mis en rémission complète par un traitement comportant une chimiothérapie adjuvante ?

L’objectif de ce type de séjour est d’améliorer la qualité de vie de ces femmes en leur permettant de se réintégrer plus facilement dans leur vie sociale et familiale après avoir retrouvé confiance et sérénité. L’étude se base sur 270 femmes ayant reçu un traitement (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie) et se trouvant en rémission.

  • Méthodologie

Entre le 20 mars 2008 et le 21 octobre 2010 : 270  femmes ont participé à l’étude et ont été réparties de façon aléatoire en 2 groupes :

  1.  Le groupe « cure » dans lequel 135 femmes ont bénéficié d’une cure thermale ainsi que d’une prise en charge concernant une éducation nutritionnelle, un accompagnement aux activités physiques, une prise en charge psychologique, des soins esthétiques, des soins de kinésithérapie. Cette prise en charge s’est effectuée durant deux semaines en pension complète. En complément, les patientes ont bénéficié d’un suivi hygiéno-diététique.
  2. Le groupe témoin : 135 femmes ont eu un suivi hygiéno-diététique simple.
  • Résultats

Les résultats de cette étude ont été évalués selon différents indicateurs :

*La qualité de vie de la patiente. Celle-ci est nettement meilleure dans le groupe ayant suivi la cure thermale.

*L’anxiété et la dépression. Il y a une différence significative en faveur du groupe thermal concernant la dépression. Toutefois, aucune différence nette n’est notée concernant l’anxiété entre les 2 groupes.

*La qualité du sommeil. Celle-ci est meilleure, jusqu’à 2 ans après, pour le groupe ayant bénéficié d’un traitement en cure thermale.

Si vous souhaitez connaitre les résultats détaillés, nous vous invitons à consulter l’ensemble de l’étude et des résultats : ICI.

Retrouvez le programme Pacthe :

Aux thermes de Cambo Les Bains

Aux thermes de Gréoux Les Bains

Aux thermes de Vichy

D’autres stations thermales françaises se sont spécialisées dans l’accueil de femme en rémission du cancer du sein, pour des cures thermales conventionnées ou bien des courts séjours de santé :

Les thermes de Challes Les Eaux

Les thermes de Saint Amand Les Eaux

Les thermes de Capvern Les Bains

Les Thermes de Molitg Les Bains

Les Thermes de Brides Les Bains

Les thermes de La Léchère Les Bains

Les thermes de Eugénies Les bains

Les thermes de Barbotan Les Thermes

Les Thermes Bérot à Dax

 

Le thermalisme psychiatrique : l’étude scientifique Stop-Tag démontre l’efficacité de la cure thermale.

Après les études scientifiques démontrant l’efficacité du thermalisme dans la prise en charge du surpoids et de l’arthrose, en voici une nouvelle mettant en avant les effets bénéfiques du thermalisme dans la prise en charge des maladies psychiatriques.

Thermalisme et STOP TAG

Les affections psychosomatiques sont l’une des 12 orientations reconnues par le thermalisme et prises en charge par la sécurité sociale. Cette orientation de cure thermale, moins connue du grand public par rapport aux orientations plus « classiques » comme la Rhumatologie ou Les Voies Respiratoires, est néanmoins très efficace. En effet, la prise en charge globale associée aux vertus des eaux thermales auraient de nombreux effets sur les troubles de l’anxiété généralisés (anxiété, fatigue, douleurs musculaires, irritabilité, trouble du sommeil…). L’étude STOP TAG, réalisée en 2006, vise à mettre en avant, de façon scientifique et officielle, une meilleure efficacité de ce traitement naturel par rapport à une prise en charge classique (par médicaments).

  • L’étude

L’étude STOP-TAG est une évaluation scientifique visant à comparer la cure thermale psychiatrique à un traitement de référence (ici, la paroxétine (DEROXAT®) dans le Trouble de l’Anxiété Généralisée (TAG). Cette étude a été menée par 4 centres thermaux ayant cette indication thérapeutique : Bagnères-de-Bigorre, Néris-les-Bains, Saujon et Ussat-les-Bains.

  • La méthodologie

Cette étude s’est basée sur 237 patients présentant un TAG. Ils ont été répartis, de façon aléatoire, en 2 groupes d’études :

  1.  Le groupe « cure thermale » : 117 patients ont suivi une cure thermale de 3 semaines, sans recevoir de nouveau traitement pharmacologique.
  2.  Le groupe « traitement médical »: 120 patients ont reçu quotidiennement de la paroxétine sans réaliser une cure thermale.

Un suivi d’observation de 24 semaines a été réalisé à la suite de ces soins.

  • Résultats et conclusion

Les résultats de l’étude ont permis de mettre en avant 3 points majeurs :

  1. Les effets du thermalisme sont visibles et augmentent dans le temps. En effet, les résultats montrent une réelle évolution du patient entre la fin de la cure thermale et les mois suivants.
  2. Les résultats observés montrent que plus les patients présentent un TAG sévère, plus la cure se révèle efficace par rapport au groupe paroxétine.
  3. La cure thermale n’entraine aucun effet secondaire et aucun risque d’addiction.

 

Pour avoir accès à l’ensemble des détails et des résultats de l’étude : ICI

MAATHERMES, une étude qui démontre l’efficacité de la prise en charge du surpoids et de l’obésité en milieu thermal

L’eau thermale est connue pour ses bienfaits dans le traitement des rhumatismes, dans la prise en charge des affections ORL et des problèmes de peau… Néanmoins, les bienfaits ne s’arrêtent pas là. Le thermalisme est également conseillé dans la prise en charge du surpoids et de l’obésité. Comme toutes les médecines du 20ème siècle, le thermalisme a dû prouver scientifiquement l’efficacité de ses soins concernant le traitement de nombreuses pathologies. Mais qu’en est-il des bienfaits de ce type de traitement sur l’obésité ? L’étude Maâthermes a répondu scientifiquement à cette question. 

* source : communiqué de presse Maâthermes – Janvier 2011

 

L'étude Maâthermes

Il existe de nombreuses études ayant vu le jour concernant l’efficacité d’une cure thermale dans la prise en charge des 12 orientations reconnues par la sécurité sociale. A travers l’étude Maâthermes, cet article mettra en lumière comment le thermalisme peut être une aide supplémentaire pour les patients dans leur lutte contre le surpoids et l’obésité.

 

L’étude

Publiée en 2011, Maâthermes est une étude clinique d’évaluation de la prise en charge du surpoids et de l’obésité en milieu thermal. Elle a été réalisée par le Docteur Patrick Serog et le Docteur Thierry HANH sur 257 patients (obèses ou en surpoids) en bonne santé.  Cette étude consiste en une approche de la cure thermale ajoutée :

  • à une prise en charge diététique,
  • à la pratique d’activités physiques,
  • à la mise en place d’actions de types comportementales.

Le but est de modifier le style de vie des patients sur le long terme.

Maâthermes vise à démontrer qu’une prise en charge globale en cure thermale, associée à une hygiène de vie adaptée, permet d’obtenir de meilleurs résultats sur le long terme vis-à-vis d’un régime « classique » basé uniquement sur une amélioration de l’hygiène de vie.

 

Méthodologie

Les patients ont été divisées en 2 groupes :

  • Un premier groupe « cure » composé de 120 personnes.  Ce groupe a été reçu dans cinq stations thermales participantes : Brides‐les‐Bains, Capvern‐les‐ Bains, Vals‐les‐Bains, Vichy et Vittel. Durant les 3 semaines de cure, ils ont suivi le traitement thermal spécifique pour l’obésité (cure de boisson, bain bouillonnant d’eau thermale, enveloppement de boue thermale, massage sous affusion, exercices en piscine, conseils diététiques) ainsi que la remise du livret « Programme National de Nutrition Santé ». Les curistes se sont également vu proposer des activités physiques non obligatoires, et pouvaient bénéficier, s’ils le souhaitaient, d’un régime diététique durant toute la durée du séjour thermal.
  • Un second groupe « témoin » composé de 137 personnes. Chaque patient a été suivi par son médecin généraliste qui lui a prodigué des conseils diététiques avec remise du livret « Programme National de Nutrition Santé ».

 

 

Résultats et Conclusion

L’évaluation et la comparaison entre les deux traitements ont été effectuées au 14ème mois après la prise en charge. Celle-ci a notamment permis de constater une perte de poids moyenne et une réduction d’IMC deux fois plus importante dans le groupe « cure thermale » que dans le « groupe témoin ».

Cette étude a démontré l’efficacité d’une prise en charge globale du patient durant une cure thermale dans l’indication métabolique avec surpoids et/ou obésité. Il est vrai que la cure thermale permet au patient de s’éloigner de son quotidien, de modifier son alimentation et de reprendre une activité physique. En complément, les soins à base d’eau thermale accompagnés d’une cure de boisson aident le patient dans sa volonté de retrouver un poids santé. L’efficacité de la cure thermale repose sur une prise en charge optimisée durant les 3 semaines de soins. Ces derniers aident le patient à acquérir de bons réflexes.

Source :  Vichy

Source : Thermes de Vichy

Vous retrouvez des cures thermales ou des courts séjours de santé spécialisés dans les établissements ayant reçu l’agrément pour les AFFECTIONS URINAIRES (AU)  et / ou AFFECTIONS DIGESTIVES (AD).