La journée mondiale de l’Endométriose, pensez à la cure thermale.

Le samedi 28 mars 2020 se tiendra la journée mondiale de l’Endométriose. Maladie exclusivement féminine et encore peu connue, elle fait malheureusement partie du quotidien douloureux de nombreuses femmes. Cette pathologie n’a actuellement aucun traitement permettant de la guérir.  La cure thermale représente une alternative naturelle permettant de diminuer les douleurs tout en accompagnant la patiente dans son combat.

 

articleSource photo : top santé

L’endométriose est une maladie gynécologique provoquant des douleurs anormalement violentes lors des règles et/ou des rapports sexuels. Cette maladie affecte le tissu des parois recouvrant l’utérus (l’endomètre) qui s’épaissit au cours du cycle menstruel, et qui, lors de l’absence de fécondation se désagrège en saignant lors des règles.

Dans le cas d’une endométriose, un tissu similaire à celui de l’endomètre va se développer hors de l’utérus et va atteindre d’autres parties du système génital et digestif (trompes, ovaires, vessie…). Malgré le fait que ce tissu soit développé hors de l’utérus, il va continuer à fonctionner de façon similaire en s’épaississant puis en se désagrégeant au moment des règles. À la différence des cellules qui tapissent la paroi de l’utérus, au moment des règles, le sang et les tissus qui se répandent dans l’abdomen ne trouvent pas d’issue pour quitter l’organisme. Ce phénomène va alors entrainer des douleurs permanentes (durant les règles, en période d’ovulation, pendant les rapports sexuels ou encore lors du passage aux toilettes) et engendrer une possible infertilité.

Le diagnostic de l’endométriose est souvent long car encore mal connu par certains praticiens et difficile à diagnostiquer. Il existe toutefois différents traitements permettant de soulager les douleurs. Ceux-ci s’adaptent à chaque patiente, aux futurs projets ainsi qu’à l’état de santé général de la patiente(soulager la douleur, limiter le risque d’infertilité, accompagner un désir de grossesse…).

Un suivi régulier chez un gynécologue est indispensable afin de prendre en charge au mieux cette pathologie et éviter certaines complications.

>> Les bienfaits de la cure thermale appliqués à l’endométriose.

La cure thermale est une prise en charge globale de la maladie permettant d’accompagner la patiente tant sur le plan physique que moral.

La cure thermale est reconnue pour la qualité des eaux utilisées, riches en minéraux et oligo-éléments. Les soins adaptés à chaque patiente permettent de bénéficier de l’ensemble des vertus stimulantes, cicatrisantes, antispasmodiques, anti-inflammatoires, décongestionnantes et reminéralisantes.

L’objectif étant d’améliorer la santé de la peau et des muqueuses.

>> Les soins de la cure thermale en gynécologie.

Sur place, avant le début de la cure, un médecin thermal prescrira à la patiente les soins thermaux adaptés à sa pathologie. Il réalisera également des suivis réguliers durant la totalité du séjour afin de contrôler l’état de santé général de la curiste.

Durant les 3 semaines d’une cure thermale conventionnée, la patiente recevra au moins 4 soins thermaux quotidiens.

On retrouvera principalement :

  • l’irrigation vaginale.
  • la douche au jet.
  • la piscine de mobilisation.
  • la compresse décongestionnante.
  • la columnisation.

Ces soins peuvent être complétés par des ateliers complémentaires, propres à chaque station thermale, tels que :

  • des groupes de parole,
  • des ateliers de sophrologie,
  • des rencontres avec des spécialistes (sage-femme, nutritionniste…),
  • des ateliers de nutrition,
  • des cours de sport adaptés.

 Le séjour en cure thermale est l’occasion de mettre en place les bases d’une nouvelle hygiène de vie (alimentation saine, pratique sportive, arrêt du tabac).

>> Quelles sont les démarches pour partir en cure thermale ?

Ce type de séjour doit être prescrit par un médecin traitant ou gynécologue. Cette prescription permettra une prise en charge partielle, par la sécurité sociale, du forfait de soins ainsi que du forfait de surveillance médicale.

N’hésitez pas à consulter notre dossier « Quelles sont les étapes pour réaliser une cure thermale ? » pour connaître toutes les démarches et modalités de prise en charge.

>> Les établissements français proposant une cure thermale « Endométriose » ou un module spécifique :

Les thermes de Challes-les-Eaux

Les thermes de Salies-de-Béarn

Les Thermes de Luz-Saint-Sauveur

>> Les établissements français ayant l’orientation en gynécologie :

Station thermale de La-Léchère-les-Bains

Station thermale de Salies-du-Salat

Station thermale de Bagnoles-de-l’Orne

Station thermale d’Ussat-les-Bains

Station thermale d’Evaux-les-Bains

Station thermale de Bourbon-l’Archambault

Station thermale de Salins-les-Bains

Station thermale de Luxeuil-les-Bains

Il n’est pas rare de noter une augmentation de la douleur durant la première semaine de cure thermale, cela est tout à fait normal. Une diminution de la douleur est souvent observée après la 2ème semaine de soins. Si des résultats sur le long terme veulent être observés, la cure thermale doit être réalisée durant plusieurs années consécutives.

 

 

Le traitement de l’endométriose en cure thermale. Un séjour bénéfique pour soulager cette maladie chronique.

Les eaux thermales de certaines stations françaises, riches en oligo-éléments, permettent de soulager et de réduire les douleurs gynécologiques dues à l’endométriose. Cette maladie chronique touche 10 à 20% des femmes (en âge de procréer) mais reste encore peu connue. L’endométriose entraine de violentes douleurs gynécologiques au quotidien et peut conduire à une infertilité.

 

L’endométriose est une maladie affectant le tissu des parois recouvrant l’utérus (appelé endomètre). C’est ce tissu utérin qui s’épaissit au cours du cycle menstruel, et lors de l’absence de fécondation, il se désagrège en saignant, c’est l’apparition des règles. Dans le cas d’une endométriose, du tissu similaire à l’endomètre se développe hors de l’utérus pour atteindre d’autres parties du système génital et digestif (trompes, ovaires, vessie). Ce phénomène provoque de nombreuses lésions telles que des kystes et des adhérences.

Malgré son développement hors de l’utérus, ce tissu continue à fonctionner selon le cycle menstruel en s’épaississant puis en se désagrégeant. C’est ce qui entraine de nombreuses douleurs de façon permanente (durant les règles, en période d’ovulation, pendant les rapports sexuels ou encore lors du passage aux toilettes).

Il n’existe pas, à l’heure actuelle, de traitement permettant de guérir de cette pathologie chronique. Différents traitements sont néanmoins proposés aux femmes en fonction de leurs situations (pour soulager la douleur, pour limiter le risque d’infertilité, pour appuyer un désir de grossesse…)

La cure thermale ayant une orientation « gynécologie » vient comme un traitement naturel et global de la maladie. Prescrite par votre médecin traitant, elle vous sera remboursée en partie par la sécurité sociale.

Les eaux utilisées lors de cure thermale, par leurs compositions riches en soufre, en sodium et en bicarbonate, ont une action antalgique puissante, une action cicatrisante et antispasmodiques sur les muqueuses génitales.

 

Différents soins sont prescrits lors de la cure :

  • Bain avec irrigation vaginale, afin d’appliquer l’eau thermale en grande quantité directement sur les muqueuses
  • Compresse décongestionnante
  • Douche générale au jet
  • Piscine de mobilisation
  • Columnisation, c’est une application intra-vaginale de mèches imbibées d’eau thermale

 

Ces soins à base d’eau sont souvent complétés par différents ateliers selon chaque pathologie :

  • Séance de relaxation-sophrologie
  • Conférence et atelier nutrition
  • Activité physique adaptée
  • Groupe de parole
  • Rendez-vous avec un ostéopathe ou une sage-femme

 

Une diminution de la douleur est souvent observée après la 2ème semaine de soins.

Si des résultats sur le long terme veulent être observés, la cure thermale doit être réalisée sur plusieurs années consécutives.

Les établissements proposant la cure thermale « Endométriose » ou un module spécifique :