La cure thermale à la suite d’une phlébite, une alliée pour prévenir les complications

La phlébite, aussi appelée thrombose veineuse profonde, est une pathologie à prendre au sérieux. En effet, elle est susceptible d’entraîner d’importantes complications. La réalisation d’une cure thermale, peu de temps après cet incident, permet de réduire les complications et les séquelles post-phlébite.

phlebite

Source photo : Thermes de Sarrailh, Dax.

Une phlébite est le résultat d’un caillou de sang obstruant une veine profonde dans les membres inférieurs, créant ainsi un blocage du flux sanguin. Celui-ci est redirigé en amont du caillot et une hyperpression se forme dans la zone concernée. Les phlébites touchent principalement les jambes, entrainant différents symptômes, tels que des œdèmes, des douleurs dans les mollets ainsi qu’une sensation de lourdeur dans les jambes. Toutefois, chez certains patients, aucun symptôme n’est visible, cela rend la pathologie difficile à détecter et augmente le risque de récidives et de complications (ulcères, varices, œdèmes, atrophies blanches et troubles cutanés…).  La réalisation d’une cure thermale après une phlébite permettra de limiter l’apparition de complications dans le temps, ou de limiter celes menaçant ou déjà présentes.

Un séjour en eau thermale est conseillé dans les 3 à 4 mois suivant une phlébite, après l’accord de votre médecin. Les cures thermales de 3 semaines sont remboursées par la sécurité sociale lorsque celles-ci sont prescrites par un professionnel de la santé (Médecin traitant, phlébologue ou angiologue). Elles permettent d’améliorer la santé et la qualité de la peau et du système circulatoire.

Durant un séjour en eau thermale, plusieurs soins vous seront dispensés. L’objectif est de bénéficier de toutes les vertus de l’eau (décongestionnante, tonifiante, phlébotonique) en fonction de vos besoins :

  • Le couloir de marche : Permet de réaliser un massage circulatoire des jambes, ainsi qu’un effet drainant entraîné par la marche à contre-courant.
  • La douche à pulvérisation des membres inférieurs : Permet de créer un massage léger des veines superficielles et d’améliorer le retour veineux.
  • L’aérobain local : C’est un bain individuel parcouru de bulles d’air comprimé. L’effet vibratoire des bulles d’air réalise un massage musculaire et circulatoire général. Cela permet d’améliorer la micro-circulation cutanée.
  • Application de compresses d’eau thermale : Des compresses imbibées d’eau thermale sont appliquées sur les zones définies par le médecin, cela permet de calmer les douleurs dues à l’insuffisance veineuse (crampes…)
  • Massage sous l’eau : Allongé sous une rampe d’eau thermale, le curiste bénéficie d’un massage doux, à visée circulatoire et drainante, pratiqué par un masseur-kinésithérapeute. Cela permet l’amélioration du retour veineux des jambes et d’assouplir les tissus.

En fonction des stations thermales et de la prescription de votre médecin de cure, vous pouvez également retrouver des soins tels que la douche de forte pression sous immersion en piscine, les bains de jambes, les bains carbo-gazeux, les cataplasmes de boue…

Les stations thermales spécialisées dans le traitement post-phlébite :

Station thermale de Evaux Les Bains

Station thermale de Aix Les Bains

Station thermale de Dax

Station thermale de Bagnole de l’Orne

Station thermale de Luz Saint Sauveur

Station thermale de La Léchère les Bains

Station thermale de Argelès Gazost

Station thermale de Balaruc Les Bains

Station thermale de Saubusse Les Bains

La phlébite est un problème médical qui doit être pris en charge par le corps médical du fait qu’elle peut avoir des conséquences graves lorsqu’elle se complique, par la migration d’un caillot sanguin dans les vaisseaux pulmonaires et engendrer une embolie pulmonaire.

Les épisodes d’insuffisance veineuse et leurs complications peuvent être soignés s’ils sont pris en charge suffisamment tôt. Toutefois, la prévention reste le meilleur des traitements. Si vous souffrez d’une insuffisance veineuse, vous pouvez réaliser une cure thermale en prévention afin d’éviter les diverses complications possibles. La cure thermale étant une approche globale de cette pathologie, différents conseils vous seront apportés afin de réagir au mieux face à cette pathologie.

Consulter les stations thermales traitant les problèmes de phlébologie.

Une cure thermale pour lutter contre les otites.

L’otite est une inflammation et une infection de l’oreille, pouvant avoir un impact important sur l’audition du patient. Les otites sont fréquentes chez les enfants, mais dans certains cas, elles peuvent persévérer jusqu’à l’âge adulte. Les otites moyennes aigües à répétitions peuvent entraîner une chronicité de cette pathologie, douloureuse et difficile à soigner dans la durée. Un traitement avec des eaux thermales aux nombreuses vertus améliore durablement l’état du patient (enfants ou adultes).

soigner-otite

Ils existent différents types d’otites, voici les 3 plus courantes :

  • L’otite moyenne aigue, ou OMA. C’est l’otite la plus fréquente.  Elle a surtout lieu chez les enfants et touche directement le tympan. Cette otite se caractérise par l’inflammation infectieuse de l’oreille moyenne ou de la caisse du tympan. Ce type d’otite survient principalement à la suite d’une rhino-pharyngite. En effet, les virus se propagent dans la trompe d’eustache et entrainent une otite virale. Un traitement par antibiotique est mis en place.  Les adultes peuvent également être touchés.
  • L’otite externe. Elle a lieu surtout chez les adultes et son origine est infectieuse. C’est une inflammation du conduit auditif externe. Le tympan est normal mais peut être recouvert de sécrétions.
  • L’otite séreuse (ou séromuqueuse) : C’est une inflammation de l’oreille moyenne qui dure plus de 3 semaines. On constate une accumulation de liquide séreux derrière le tympan qui est non percé.

Les symptômes restent similaires en fonction des otites. On constatera de fortes douleurs au niveau des oreilles ou une gêne, de la fièvre, des anomalies au niveau du tympan ainsi qu’une baisse de l’audition. Dans certains cas, un épanchement de liquide visqueux dans l’oreille apparait.

Des traitements efficaces existent et sont mis en place lors du diagnostic (antibiotique, anti-inflammatoire, gouttes…). Pour les cas les plus graves, une chirurgie est programmée.

Ces affections débutent principalement à l’enfance et peuvent survenir à l’âge adulte, avec différentes complications. Dans certains cas, les traitements médicaux n’arrivent plus à soulager cette pathologie, les antibiotiques deviennent alors inefficaces et les otites sont très fréquentes et se poursuivent à l’âge adulte.

Un séjour en eau thermale vient en complément d’un traitement médical.

L’association de différents soins à base d’eau thermale permet de réduire les inflammations et calme les douleurs. La cure thermale permet de réduire les cycles infectieux et améliore l’état général du patient en réduisant les séquelles de cette pathologie.

Différents soins, propres à chaque patient, pourront vous être prescrits par le médecin thermal. Il en existe une multitude :

  • Les inhalations
  • Cours en piscine
  • Bain général
  • Bain nasal
  • La rééducation respiratoire
  • Le gargarisme
  • Le bain de nez à pipette
  • L’irrigation nasale
  • L’humage d’eau thermale
  • L’aérosol sonique
  • Les douches aux jets
  • Les pulvérisations
  • Le drainage postural
  • La douche pharyngée
  • L’insufflation tubo-tympanique
  • Le lavage des sinus

 

Source phothttps://thermesdecauterets.com

Source phothttps://thermesdecauterets.com

Les stations spécialisées dans le traitement de l’otite :

La station thermale de La Chaldette

La station thermale de Luz Saint Sauveur

La station thermale de Cauterets

La station thermale de La Bourboule

La station thermale de Allevard Les Bains

 

A savoir, ces cures sont également accessibles pour les enfants, avec un espace et un cadre de soins plus adaptés.

Cure thermale, chirurgie bariatrique et réparatrice : un complément dans le traitement « post » obésité.

La chirurgie bariatrique est destinée aux personnes souffrantes d’une obésité « morbide » (massive ou sévère). La chirurgie réparatrice est réalisée avant ou après une chirurgie bariatrique ou lors d’une très importante perte de poids. Le nombre d’intervention chirurgicale de ce type augmente chaque année en France. La cure thermale permet aux patients ayant eu recours à ces actes médicaux d’améliorer l’état et l’élasticité de leur peau ainsi que leur santé.

La chirurgie bariatrique est composée de différentes méthodes dont l’objectif est de modifier l’anatomie du système digestif visant à diminuer le volume de l’estomac. L’objectif étant une perte de poids importante afin de protéger la santé du patient devenue préoccupante. Elle est réservée à certaines personnes répondant à des critères bien précis (IMC > 35kg m², obésité sévère et morbide, échecs de régimes…). Toutefois, ces techniques engendrent fréquemment des troubles cutanés invalidants au quotidien.

La chirurgie réparatrice est nécessaire dans certains cas où la perte de poids a été importante. En effet, des désagréments surviennent avec l’excédent de peau. La perte de poids pouvant être rapide (principalement dans le cas d’une opération bariatrique), la peau n’a pas le temps de s’adapter. La chirurgie réparatrice permet d’enlever ces excédents de peau, qu’ils se situent au niveau du ventre, des bras, des cuisses ou de la poitrine. Pour réaliser cette intervention, il est conseillé d’avoir atteint un poids stable afin d’optimiser au maximum les effets dans le temps.

 

Une cure thermale peut-être réalisée à différentes étapes du processus « post » obésité.

  • Post opération bariatrique
  • En préparation d’une chirurgie réparatrice
  • Post chirurgie réparatrice

 

En effet, les vertus de l’eau sur la peau sont nombreuses. L’eau thermale permet d’améliorer :

  • L’élasticité de la peau,
  • L’hydratation de la peau,
  • L’état des cheveux et des ongles, dues à l’importante perte de poids
  • Le sommeil et l’état dépressif pouvant survenir après une modification et de la perception du corps.

Elle permet également de limiter les inflammations en diminuant les douleurs et en aidant à la cicatrisation.

La cure thermale est également une aide sur le plan psychologique. En effet, en plus des soins d’eau, le patient rencontre des psychologues et des diététiciens.  Ces professionnels sont une aide importante dans l’acceptation de son nouveau corps et de sa nouvelle hygiène de vie.

 

Ces actes chirurgicaux ne sont pas sans conséquence. Les différentes étapes sont encadrées par des professionnels (médecins, diététiciens, chirurgiens, psychologues…) et perdurent bien après les interventions.

 

Où réaliser une cure thermale « post » obésité :

 

Les thermes de Vichy ont récemment mis en place un programme d’éducation thérapeutique (ETP) appelé Bariatherme. L’objectif de ce programme est de diminuer le risque d’échec et de complications « post » chirurgie obésité en assurant un suivi « post » opératoire.

La station thermale de La Roche Posay propose une cure « réparer sa peau », pouvant être réalisée aux différentes étapes du processus de perte de poids.

Pour réduire votre consommation de benzodiazépine, essayez la cure thermale !

Les benzodiazépines (ou plus communément appelées les anxiolytiques ou hypnotiques) sont des médicaments prescrits afin de soigner des maux tels que l’angoisse, les troubles du sommeil ou la dépression. Ce type de médicaments agît sur les neurotransmetteurs. Ils ne sont délivrés que sur ordonnance en raison de risques majeurs liés à leur surconsommation. En effet, la France est l’un des pays de l’Union Européenne où l’on consomme le plus de benzodiazépines. Ce phénomène alarmant est devenu un enjeu majeur de santé publique.

thermalisme et benzodiazepines

 

La consommation de benzodiazépines est sous étroite surveillance puisque leur utilisation ne doit pas dépasser une certaine durée (12 semaines pour les anxiolytiques et 4 semaines pour les hypnotiques). Les benzodiazépines sont utilisés afin de réduire les états d’anxiétés en agissant sur les neurotransmetteurs et les neurones responsables des émotions tout en réduisant leur hyperactivité. De nombreuses études ont cependant démontré que la durée de ces traitements est supérieure à la durée recommandée chez une grande partie des patients suivis. Le mauvais usage de ce médicament au potentiel addictif entraine une dépendance chez le patient. L’arrêt de ce type de traitement est compliqué et non anodin, une aide extérieure est nécessaire.

La prise d’un traitement de ce type sur le long terme est associée à de nombreux effets secondaires :

  • Cauchemar
  • Insomnie
  • Agitation
  • Idée délirante
  • Hallucination
  • Irritabilité
  • Euphorie

Dans les cas les plus importants, des effets néfastes sont observés :

  • Une amnésie antérograde
  • Une altération des fonctions psychomotrices dans les heures après la prise du traitement
  • Des troubles du comportement et de la mémoire
  • Une altération de l’état de conscience

Il existe également un lien entre la prise de benzodiazépine et la maladie d’Alzheimer.

Les études STOP TAG en 2006 et SPECTh en 2015 ont démontré l’efficacité de la cure thermale dans le sevrage aux benzodiazépines.

Des cures thermales conventionnées de 3 semaines ont été mises en place par des établissements thermaux. Afin d’en bénéficier, vous devez en discuter avec votre médecin traitant qui pourra vous indiquer si vous êtes prêt pour un sevrage. Dans ce cas, il pourra vous la prescrire.

Benzodiazepines

L’objectif est de diminuer progressivement la prise de benzodiazépines pour tendre vers un arrêt complet. Selon les cas, le médecin va prescrire un programme de balnéothérapie adapté au patient à base de bains bouillonnants, massages sous l’eau, douches thermales et sous-marines en piscine

La cure thermale, dédiée au sevrage des benzodiazépines, est axée autour :

  • D’un programme en balnéothérapie qui permet de compenser l’effet thérapeutique. Les eaux thermales sont reconnues pour avoir un effet bénéfique sur l’anxiété et le stress.
  • D’un suivi médical, psychothérapique et motivationnel
  • D’une thérapie cognitivo-comportementale permettant au patient d’apprendre des outils pour mieux gérer son anxiété.
  • D’ateliers psychoéducatifs en groupe de patients

L’environnement de la cure thermale est également un facteur important dans la réussite du sevrage. En effet, celle-ci permet au patient de se sentir en sécurité dans un environnement médicalisé, ainsi que d’évacuer son stress et son anxiété en s’éloignant de son cadre de vie anxiogène.

Selon l’étude SPECTh, les résultats obtenus à 6 mois montrent que 41 % des patients ont pu arrêter totalement et de manière stable leur consommation médicamenteuse en benzodiazépines. Que 80 % d’entre eux ont pu réduire d’au moins 50 % l’ensemble des médicaments qu’ils prenaient régulièrement avant l’entrée dans le protocole. Cependant, 16 % ont été en échec thérapeutique.

 

Station thermale de Bagnères de Bigorre
Station thermale de Néris-les-Bains
Station thermale de Saujon
Station thermale d’Ussat les bains