Les bienfaits de la médecine thermale sur les Affections de Longue Durée (ALD)

Les ALD regroupent différentes maladies qui nécessitent un suivi médical et des soins de santé prolongés, d’une durée généralement supérieure à 6 mois. Ce type d’affection bénéficie d’une prise en charge à 100 % des soins et des traitements de la part de la sécurité sociale.
Lorsque la cure thermale se réalise dans le cadre d’une ALD exonérante et reconnue par l’assurance maladie, celle-ci est prise en charge à 100% du forfait de surveillance médicale et du forfait thermal.
Le terme « exonérante » signifie qu’il s’agit d’affection dont la gravité et/ou le caractère chronique nécessitent un traitement prolongé et une thérapeutique particulièrement coûteuse, pour lesquels le ticket modérateur est supprimé. Vous retrouverez la liste de l’ensemble des ALD sur le site www.améli.fr.

Cure thermale ALD

 

La cure thermale, véritable démarche thérapeutique, permet d’apporter une amélioration concernant certaines des 30 ALD exonérantes.
Pour certaines pathologies et en fonction des stations thermales, des programmes d’Éducation Thérapeutique du Patient sont également proposés.  Cet accompagnement supplémentaire est une aide complémentaire pour le patient. Il permettra d’améliorer la gestion de la maladie dans la vie quotidienne par l’apprentissage de savoirs et de gestes adaptés.

La cure thermale, pour quelles ALD ?

La réalisation d’une cure thermale n’est pas indiquée pour l’ensemble des ALD.
On retrouvera généralement les pathologies suivantes prises en charge lors d’une cure thermale :

 

>> les suites d’accidents vasculaires cérébraux invalidants.
La réalisation d’une cure thermale en neurologie permettra de stimuler la motricité et de réduire les douleurs post AVC.
En France, 2 stations thermales proposent une cure adaptée : la station thermale de Néris-les-Bains ainsi que la station thermale de Lamalou-les-Bains.

 

>> la maladie de Parkinson.
Les eaux thermales, aux vertus antalgiques et antispasmodiques, utilisées au travers de soins d’hydrothérapie très spécifiques permettent de diminuer les douleurs, les contractures musculaires, l’anxiété et le stress.
La cure thermale pour la maladie de Parkinson est disponible au sein des établissements de Lamalou-les-Bains, d’Ussat-les-Bains ainsi que de Néris-les-Bains.

 

>> le diabète de type I et II.
Le thermalisme ne permet pas de soigner cette maladie, seulement d’en soulager les symptômes et dans certains cas d’en ralentir l’évolution. Il est indispensable de suivre scrupuleusement le traitement médical mis en place.
Dans les cas de diabète, la cure thermale en affections digestives et maladies métaboliques sera bénéfique pour le patient. Outre les bienfaits apportés par les soins d’eau thermale, les patients auront la possibilité de réapprendre les bons gestes à adopter au quotidien pour contenir la maladie et éviter les complications.

 

>> l’insuffisance respiratoire chronique grave.
Les eaux thermales sont bénéfiques dans la prise en charge de différentes pathologies respiratoires. Les soins réalisés durant une cure thermale en voies respiratoires se basent sur des techniques d’aérosolthérapie, dont le principe de la fragmentation de l’eau thermale, en fines particules,  assure la pénétration, la diffusion et la fixation des principes actifs de l’eau thermale au niveau de la muqueuse respiratoire. Cela permet d’améliorer progressivement le système respiratoire grâce aux vertus apaisantes, purifiantes, nettoyantes et cicatrisantes des eaux.

 

>> la maladie d’Alzheimer.
La cure thermale en neurologie ne peut pas guérir cette pathologie. Cependant, elle permettra d’améliorer la qualité du quotidien des patients.
Les vertus des eaux thermales utilisées seront apaisantes, relaxantes, calmantes et stimulantes.

 

>> la polyarthrite rhumatoïde évolutive.
La réalisation d’une cure thermale en rhumatologie permettra de soulager les douleurs dues à l’inflammation des différentes articulations et diminuera les raideurs et les gonflements.
De nombreuses études ont montré l’efficacité des cures thermales dans l’amélioration des capacités fonctionnelles et de la qualité de vie des patients atteints de polyarthrite.

 

>> la sclérose en plaques.
La réalisation d’une cure thermale en neurologie, en complément d’un traitement médical, a pour objectif d’améliorer la qualité de vie des patients.
Ce type de séjour se base sur des soins d’hydrothérapies (bains, douches), des massages et des soins de mobilisation en piscine.
Ces soins ont pour objectif de diminuer les douleurs tout en conservant une certaine mobilité.

 

>> la spondylarthrite grave.
La réalisation d’une cure thermale, en parallèle des soins médicaux, aidera le patient à maintenir une attitude positive, à diminuer les douleurs liées à l’inflammation de la colonne vertébrale ainsi qu’à réduire l’impact de la maladie sur le quotidien.
Les stations thermales ayant l’agrémentation « rhumatologie » peuvent accueillir les patients souffrant de spondylarthrite.

 

Afin de bénéficier d’une prise en charge par l’Assurance maladie, la cure thermale doit faire l’objet d’une prescription médicale (par un médecin traitant ou spécialiste). Une cure thermale conventionnée dure 21 jours, dont 18 jours de soins.
Une prise en charge du transport et de l’hébergement est possible, sous condition de ressources.

Quelles sont les étapes pour réaliser une cure thermale ?

La réalisation d’une cure thermale peut paraître complexe, longue et source de stress. Vous trouverez dans cet article la liste détaillée des différentes étapes à suivre pour ne rien omettre.

calendar

Les personnes de tous âges, souffrant d’une pathologie chronique, peuvent suivre une cure thermale. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin.
Afin d’être remboursée, partiellement par la sécurité sociale, la cure thermale doit être prescrite par un médecin (traitant ou spécialiste) et durer 21 jours. Toutefois, plusieurs étapes doivent être respectées afin de bien préparer ce séjour.

1 -  De la prescription médicale au choix de la station thermale

Face à votre (vos) pathologie(s) chronique(s), votre médecin traitant (ou spécialiste) peut vous conseiller de réaliser une cure thermale dans l’une des 12 orientations thermales reconnues et prise en charge par la sécurité sociale :

Si vous décidez de réaliser une cure thermale, votre médecin vous proposera un ou plusieurs établissements correspondant à votre (vos) pathologie(s) et vos besoins.
Le lieu de cure thermale dépendra de l’affection à traiter. Toutes les stations thermales françaises ne sont pas indiquées dans le traitement des mêmes affections.

Une fois le lieu trouvé, l’étape suivante est celle de la prescription.
Celle-ci se réalise par votre médecin via un formulaire de demande de prise en charge (télécharger le formulaire). Le médecin prescripteur y indique l’orientation (voire la double orientation) et la station thermale choisie.

Ce formulaire comporte 2 parties qui doivent être transmises, par la suite, à la caisse d’affiliation :

  • un questionnaire de prise en charge rempli par le médecin,
  • une déclaration de ressources à remplir par le patient.

Cette prescription n’est valable que pour la station et l’orientation prescrites et pour l’année civile en cours.

A savoir : le temps entre la prescription médicale et le départ en cure et d’environ 4 à 6 mois.

2 – La prise en charge et l’accord de prise en charge

À la suite de l’envoi de l’imprimé à la caisse d’affiliation, celle-ci vous retournera un « document de prise en charge administrative de cure thermale et facturation ». Ce document est très important. Il doit être conservé car il dispense de l’avance des frais médicaux.

Ce document se compose de 3 volets :

  • Un volet « Honoraires médicaux » destiné au médecin de cure.
  • Un volet « Forfait thermal » destiné à l’établissement de cure.
  • Un volet « Frais de transport et d’hébergement », à adresser à la caisse au retour de cure, si les conditions de ressources sont inférieures au seuil.

Les cures thermales sont prises en charges à 70% pour des frais médicaux de surveillance (sur la base d’un tarif conventionnel)  et à 65% de la cure thermale.
La partie qui n’est pas remboursée par la sécurité sociale se nomme « ticket modérateur ». En fonction des contrats souscrits, celui-ci peut faire l’objet d’un complément par une mutuelle.
Vous trouverez des informations complémentaires sur la prise en charge par la mutuelle en cliquant ici.

La cure thermale conventionnée est d’une durée de 21 jours, soit 18 jours de soins. L’arrêt volontaire de celle-ci (outre cas particulier et raison médicale) ne donne pas droit au remboursement.

Les soins supplémentaires et de confort restent à la charge du patient.

> Cas particuliers :

  • Si vous n’avez pas reçu votre accord de prise en charge, pensez à consulter votre espace Améli.fr. Dans certains cas, l’accord de prise en charge peut être envoyé via cet espace et non par courrier postal.
  • Si les ressources sont inférieures à un plafond, les frais de séjours et de transport peuvent être pris en charge à 65%.
  • Dans les cas d’une ALD (Affection de Longue Durée), la cure thermale est exonérée du ticket modérateur.

3 – La réservation de la cure thermale au sein de l’établissement

Le patient contacte lui-même l’établissement thermal afin de fixer les dates du séjour. Une confirmation de réservation sera envoyée par la suite.
Ce papier est à conserver, il sera demandé dès l’arrivée dans l’établissement.
Par la suite, l’établissement thermal communiquera les numéros des médecins thermaux à rencontrer avant de débuter la cure thermale. Ce rendez-vous permettra d’établir le programme des soins quotidiens durant le séjour.

4  - La réservation de l’hébergement

À la suite de la réservation de votre période de cure, vous devrez choisir un hébergement. Celui-ci est important, il faut y apporter un soin tout particulier.
En effet, il vous assurera un certain confort tout au long du séjour et permettra de ne pas compromettre les bénéfices des soins thermaux.

Pour cela, vous pouvez :

  • Consulter notre site de location : LesCuristes.fr. Nous proposons plus de 2 800 annonces à travers la France. Vous y trouverez des meublés, des hôtels, des campings ainsi que des résidences thermales afin de répondre à vos besoins.
  • Vous renseigner auprès de l’établissement thermal.
  • Vous renseigner auprès de l’Office du tourisme de la station.

5 - Le départ

Avant de partir, vérifiez que vous avez bien l’ensemble des documents nécessaires à votre entrée cure :

  • document de prise en charge de la sécurité sociale,
  • confirmation de réservation de la cure thermale,
  • l’heure et la date de votre rendez-vous avec le médecin thermal.

6 -  L’arrivée

Votre séjour commencera par un rendez-vous avec le médecin thermal qui vous suivra durant les 3 semaines de soins. Généralement, ces médecins consultent le dimanche afin de vous permettre de débuter votre cure thermale dès le lundi matin.
L’inscription définitive à l’établissement se fera à la suite de ce rendez-vous médical, soit le dimanche, soit le lundi matin avant le début de votre cure thermale.
Le planning de soins pour la totalité du séjour vous sera alors remis.

A savoir : En fonction de votre orientation, du matériel peut être nécessaire, celui-ci vous sera indiqué et prescrit par votre médecin thermal. Il faudra vous rendre dans la pharmacie thermale de la station afin de vous le procurer.

7 - Les questions fréquentes 

  • « Comment faire si la cure thermale se déroule durant une période d’arrêt de travail ? » La prescription de la cure thermale équivaut à une prescription d’arrêt de travail dans certains cas et sous certaines conditions.  Concernant l’indemnisation de l’arrêt de travail, le patient doit se référer à son régime d’affiliation afin d’en connaitre les modalités
  • « La cure thermale peut-elle avoir une double orientation ? » Une cure thermale peut avoir une « double orientation », c’est-à-dire qu’elle peut soulager 2 pathologies durant une même cure. Par exemple Rhumatologie+ ORL //  Phlébologie + Rhumatologie // Affections psychosomatiques + Voies respiratoires.
  • « Les soins thermaux individuels se déroulent-ils nus ? » Les soins thermaux individuels peuvent se dérouler nus dans certains établissements, au bon vouloir du curiste. Il est conseillé d’émettre sa préférence au praticien au moment du soin.

Le top 10 des idées reçues sur la cure thermale

Le thermalisme est une médecine naturelle et alternative qui suscite de nombreuses interrogations. Basée sur l’utilisation des minéraux et oligo-éléments, l’eau thermale soigne de nombreuses affections depuis des siècles.
Comme toutes les médecines, elle a dû prouver son efficacité.
Toutefois, certains stéréotypes et idées reçues subsistent.

cure thermale

1 – « Le thermalisme est réservé aux séniors »

Malgré le fait que nos ainés représentent la part la plus importante de curistes, le thermalisme est indiqué à tout âge.
Il n’est pas rare de voir certains enfants souffrir d’affections au niveau des voies respiratoires, des adolescents de troubles au niveau de la croissance, des actifs de stress et des séniors de rhumatismes.
La cure thermale est donc un traitement alternatif adapté à tous. Il saura soulager les différents maux, quand parfois la médecine classique peine.
Le thermalisme est notamment indiqué dans le traitement des affections chroniques afin d’éviter l’évolution et l’installation de celles-ci. Il permettra de soulager les douleurs et déviter les récidives tout en diminuant la prise de traitements médicaux.

2 -    « Le thermalisme ne soigne que les rhumatismes »

L’indication en rhumatologie représente plus de 70% des cures totales prescrites chaque année.
Cependant, l’Assurance-maladie reconnaît 12 orientations thérapeutiques allant des voies respiratoires à la neurologie, en passant par la gynécologie et les affections urinaires et digestives.
En fonction de la composition du sol dans lequel l’eau s’infiltre, sa teneur en oligo-éléments et minéraux sera différente d’une source d’eau à l’autre. De ce fait, chaque établissement thermal sera indiqué dans la prise en charge de maladies chroniques spécifiques.
Tous les établissements thermaux ne sont pas indiqués et n’ont pas la capacité de soulager les rhumatismes.

3 – « Le thermalisme c’est la même chose que la thalassothérapie »

Souvent confondus, le thermalisme et la thalassothérapie sont 2 choses très distingues.
Les séjours de thalassothérapie se pratiquent en bordure de littoral et basent leurs bienfaits sur l’utilisation de l’eau de mer. Généralement à visée préventive, les séjours en thalassothérapie durent entre 2 et 10 jours.
A contrario, la cure thermale est prescrite par un médecin (traitant ou spécialiste) dans un cadre curatif, vis-à-vis d’une pathologie chronique, et dure obligatoirement 21 jours.
La différence la plus importante réside dans la prise en charge de la cure thermale par la sécurité sociale, contrairement à la thalassothérapie qui reste à la charge intégrale du client.

4 – « La cure thermale : c’est des  vacances ! »

Encore aujourd’hui, de nombreux témoignages vont dans ce sens.
Cependant, il est essentiel de noter que la cure thermale est une véritable démarche de soins réalisée par le patient.
Les soins quotidiens sont très contraignants. Ils entrainent une importante fatigue et les premiers jours de soins peuvent réveiller de nombreuses douleurs.
De plus, les curistes ne choisissent pas la destination de leur séjour, mais doivent suivre les indications du médecin prescripteur (traitant ou spécialiste).
Loin d’être un séjour de vacances, les curistes investissent du temps et de l’argent pour leur santé.

5 -  « La cure thermale coûte chère (très chère) à la sécurité sociale »

Au détour d’une conversation, il n’est pas rare d’entendre cette affirmation.
Cependant, chaque année, les cures thermales coûtent 273 millions d’euros à la Sécurité Sociale, soit 0.15% des dépenses de santé …
De plus, à la suite d’un séjour en cure thermale, nombreux sont les curistes à noter une amélioration concernant leur état de santé.
Cette amélioration leur permet :
-       de réduire leur consommation de médicaments,
-       de diminuer leurs besoins en actes médicaux,
-       de réduire le nombre d’arrêt de travail.

Dans le temps, la cure thermale est une source d’économie pour la sécurité sociale.

6 -   Les soins individuels se réalisent nu

De nombreuses personnes sont réticentes à l’idée de réaliser une cure thermale car les soins thermaux individuels se déroulent « obligatoirement »  nu.
En réalité, les soins individuels peuvent se dérouler nu si, et uniquement si, le patient le désire et en émet le souhait.
Certains établissements thermaux le proposent mais ce n’est en aucun cas obligatoire. Il est conseillé, au moment du soin, d’émettre son souhait au praticien.

7 – « Le thermalisme, ça ne marche pas »

L’efficacité des soins thermaux fait régulièrement débat.
Saviez-vous que la médecine thermale, via l’Afreth, réalise chaque année des études visant à démontrer l’efficacité du thermalisme en comparaison d’une prise en charge classique ?
Des études comme Maathermes, Stop-Tag, Thermarthrose et Specth en démontrent l’efficacité.
Les études concernant le thermalisme sont disponibles et rendues publiques, quelque soit le résultat. N’hésitez pas à les consulter afin de vous faire votre propre avis.

8 -   « Pas de cure thermale pour les femmes enceintes »

Contrairement à certaines idées reçues, la cure prénatale n’est pas dangereuse si elle est adaptée à chaque femme, en fonction de son stade de grossesse et de sa condition physique habituelle. Il est ainsi tout à fait possible pour une femme enceinte, suivant avis médical, de réaliser une cure thermale prénatale afin de soulager ses maux de grossesse (douleur articulaire, fatigue).
Si certaines précautions doivent être prises, la cure thermale (voire la mini-cure thermale) est accessible aux femmes enceintes entre le 4eme et le 7eme mois. Il s’agit évidemment du cas général, un avis médical adapté à la patiente doit être donné avant toute cure.

9 -  « Pas de bébé en cure thermale »

Les nouveau-nés peuvent présenter certaines pathologies dès leur naissance.
La cure thermale, notamment en dermatologie, est accessible dès 3 mois.
Accompagné d’au moins un parent, ce séjour permettra de prendre en charge certaines pathologies (dermatite atopique, eczéma…) de l’enfant afin d’éviter la mise en place d’une chronicité.

10 -    « Il faut avoir les « moyens » pour faire une cure thermale »

Lorsqu’une personne annonce qu’elle part en cure thermale, l’aspect financier est régulièrement soulevé .
Si elle est prescrite par un médecin et correspond à l’une des 12 orientations thermales reconnues par l’Assurance maladie, une cure thermale sera prise en charge à hauteur de 65% des frais liés aux soins thermaux et 70 % des soins médicaux. Les frais restants seront à la charge du patient mais peuvent être complétés par une mutuelle.
De plus, en fonction des revenus, l’Assurance maladie peut prendre en charge une partie des  frais de transport et d’hébergement.

Où en est le projet d’ouverture des thermes de Saint-Jean-d’Angély ?

Il y a plusieurs mois, le groupe Valvital annonçait son projet concernant le rachat d’une ancienne friche militaire à Saint-Jean-d’Angély, en Charente-Maritime, afin d’y ouvrir une station thermale. Nous avions évoqué ce sujet lors de notre interview avec Mr Riac, le PDG du groupe.

 

Source photo : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/la-rochelle/municipalite-saint-jean-angely-relance-projet-thermalisme-1437459.html

Source photo : https://france3-regions.francetvinfo.fr/

Après plusieurs mois de travaux, une partie du bâtiment dédiée aux soins expérimentaux est sur le point de voir le jour. Dès mars 2020, les premiers curistes pourront y être accueillis dans le cadre d’un module expérimental permettant de faire reconnaître les vertus médicinales de l’eau de source comme étant une eau minérale thermale. Cet essai se réalisera avec la participation d’une trentaine de volontaires qui recevront différents soins d’hydrothérapie durant 3 semaines : cataplasmes de boue, bains d’eau thermale et douches.

Les candidats seront sélectionnés sur des critères larges, concernant notamment les pathologies liées à la vieillesse, afin de ne pas les influencer.

A la fin de cet essai, le groupe Valvital devrait recevoir l’agrément de l’Académie de Médecine lui donnant l’autorisation d’utiliser ses eaux à des fins médicales. L’obtention de cet agrément marquera le début du chantier de rénovation dont l’ouverture est prévue en 2023.

La certification AQUACERT HACCP Thermalisme

 

Le thermalisme est une médecine naturelle qui se base sur l’exploitation des vertus thérapeutiques (anti-inflammatoires, apaisantes, décontractantes, cicatrisantes, calmantes et antalgiques…) de l’eau thermale, des boues, des gaz et des vapeurs. Les bienfaits de l’eau thermale permettent de prendre en charge 12 orientations thérapeutiques reconnues par l’Assurance-maladie. Afin de bénéficier des vertus de l’eau thermale, un médecin (traitant ou spécialiste) doit prescrire une cure thermale conventionnée dans l’un des 110 établissements thermaux français. Chaque station thermale, en fonction de la qualité de ses sols et du trajet souterrain de l’eau, sera indiquée dans le traitement de pathologies chroniques spécifiques.

Logo certification AQUACERT HACCP

 

L’hygiène et la sécurité sanitaire sont au cœur des préoccupations des établissements thermaux. En effet, ceux-ci sont amenés à accueillir des personnes à risques dans un environnement particulier.
Afin d’être utilisée à des fins médicales, l’eau thermale doit être préservée dans son état de pureté originelle, ne présenter aucune contamination (microbiennes ou bactériologiques) et ne subir aucun traitement.  Les établissements thermaux français sont donc soumis à d’importantes normes d’hygiène afin de limiter les différents risques de contamination durant son cheminement, du point de forage jusqu’à son utilisation au niveau des cabines de soins.
Les différents risques sanitaires et microbiologiques peuvent provenir de l’eau, des usagers ou d’une mauvaise pratique du personnel soignant. La mise en place de procédures spécifiques est donc nécessaire afin d’écarter les risques. Des contrôles et des prélèvements sont effectués quotidiennement.

Afin de garantir aux usagers une sécurité sanitaire optimale, certains centres thermaux ont fait la démarche volontaire pour obtenir la certification AQUACERT HACCP Thermalisme. Cette certification permet d’identifier, d’évaluer, d’analyser, de maitriser et de prévenir les risques liés à la contamination de l’eau thermale.

Cette certification française a été mise au point par un groupe d’experts, de scientifiques et de professionnels des eaux minérales. Ils ont été accompagnés par des représentants d’associations de consommateurs ainsi que par le Ministère de la Santé afin d’établir un Guide des bonnes pratiques.

Cette certification innovante se base sur :

  • l’analyse du système de management par la qualité,
  • les compétences du personnel,
  • le suivi des protocoles de soins,
  • la traçabilité des produits thermaux utilisés (boues),
  • l’hygiène et la propreté de l’établissement.

Afin de garantir ce gage de qualité et de sécurité sanitaire optimale, les établissements thermaux ayant obtenus cette certification sont soumis à des audits et un suivi annuel par un tiers indépendant certifié.
En France, vous retrouverez les normes AQUACERT HACCP Thermalisme dans les établissements des villes thermales suivants :

Les thermes d’Avène-les-Bains
Les thermes de La Roche-Posay
Les thermes de Vichy
Les thermes de Chaudes-Aigues
Les thermes de Saint-Gervais-les-Bains
Les thermes  de Vernet-les-Bains
Les thermes de Rochefort
Les thermes d’Évian-Les-Bains
Les thermes  de Saujon
Les thermes de Salies-de-Béarn
Les Grands Thermes de Bagnères-de-Bigorre
Les thermes  de La Léchère-les-Bains
Les thermes d’Évaux-Les-Bains
Les thermes d’Évian-Les-Bains
Les thermes de Châtel-Guyon
Les thermes de Bagnères-de-Luchon
Les thermes Borda- Station thermale du Grand-Dax
Les thermes Bérot – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes DaxAdour – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes des Arènes – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes Foch – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes des Bains-Saint-Pierre – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes des Bains Sarrailh – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes Des Écureuils – Station thermale du Grand-Dax
Les Thermes – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes de Saubusse-les-Bains
Les thermes de Néris-les-Bains
Les Grands Thermes de La Bourboule
Les thermes de Royat-Chamalières
Les thermes de Cambo-les-Bains

 

La norme AQUACERT HACCP est devenue un standard international. On la retrouve maintenant sur les 5 continents. Pour plus d’informations sur cette certification : www.aquacert-certification.com

 

Lichens : avez-vous pensé au thermalisme ?

Le lichen est une maladie auto-immune qui se traduit par la présence incommodante de papules (lésions de la peau) prurigineuses (qui démangent) sur la peau.  La réalisation d’une cure thermale est une alternative naturelle qui permettra de soulager la peau et les muqueuses en profondeur.

Source photo : http://centre-thermal.uriage.com/

Source photo : http://centre-thermal.uriage.com/

Les lichens sont des affections dermatologiques inflammatoires auto-immunes dont l’origine exacte reste inconnue. Les traitements qui sont mis en place ont pour objectif de contrôler les symptômes et d’apaiser le patient plutôt que de guérir cette dermatose.
Le lichen se manifeste par différents symptômes (démangeaisons, lésions cutanées rosées/violacées, stries blanches) qui impactent fortement la qualité de vie des patients.

Il existe différentes sortes de lichens :

  • Le lichen plan cutané est la forme de lichen la plus fréquente. Les éruptions cutanées se localisent  sur la face antérieure du poignet, des bras, aux plis des coudes, aux niveaux des chevilles et au dos du pied.
  • Le lichen plan muqueux (buccal ou génital) entraine d’importantes démangeaisons  s’accompagnant d’une sensation de brûlure. Ce type d’atteinte nécessite un traitement adapté et une surveillance médicale régulière afin d’écarter toutes complications.
  • Le lichen plan du cuir chevelu provoque des démangeaisons et une chute de cheveux.
  • Le lichen plan des ongles se manifeste par une striation de l’ongle. Un traitement est indispensable afin d’éviter la destruction totale de l’ongle.
  • Le lichen corné se caractérise par l’apparition de tâches de coloration rosée, sombres, accompagnées d’importantes démangeaisons. Le lichen corné est principalement localisé sur les jambes.
  • Le lichen érosif est une affection de la bouche, de l’œsophage (gorge comprise) et de la région anogénitale. Cette forme de lichen est très handicapante.

Une prise en charge médicale est indispensable pour soulager les gênes et contenir l’évolution de cette dermatose. Cependant, lorsque celle-ci devient chronique, les traitements perdent en efficacité et peinent à soulager le patient.
La cure thermale est alors une alternative à prendre en compte afin d’atténuer durablement les effets négatifs de cette affection.

La médecine thermale base ses bienfaits sur les vertus des eaux minérales chaudes, riches en minéraux et oligo-éléments.  Les eaux thermales ont de nombreuses qualités apaisantes, cicatrisantes et anti-inflammatoires.

La prise en charge du lichen se déroulera dans les établissements thermaux ayant l’orientation en dermatologie.

Quels sont les soins réalisés lors d’une cure thermale en dermatologie ?

Durant une cure thermale conventionnée, le curiste recevra plusieurs soins thermaux quotidiens adaptés à sa pathologie.
L’objectif  sera de nettoyer la peau en profondeur, de stimuler la cicatrisation, de réduire les démangeaisons et d’espacer les récidives.

Au programme d’une cure thermale :

  • bains d’eau thermale
  • douches sous affusion
  • douches locales
  • gargarismes
  • bains de bouche
  • douches au jet
  • douches générales
  • pulvérisations
  • enveloppements
  • cataplasmes de boue
  • séances de mobilisation en piscine
  • cure de boisson

Quels sont les établissements thermaux ayant l’orientation en dermatologie ?

En France, 9 stations thermales détiennent l’orientation thérapeutique en dermatologie :

Les thermes de Rochefort
Les thermes d’Avène-les-Bains
Les thermes de la Roche-Posay
Les thermes d’Uriage-les-Bains
Les thermes de Neyrac-les-Bains
Les thermes de Saint-Gervais-les-Bains
Les thermes de La Bourboule
Les thermes de Les Fumades-Allègre
Les thermes de Molitg-les-Bains

Afin de bénéficier des bienfaits de l’eau thermale, votre médecin traitant ou spécialiste (dermatologue) devra vous prescrire une cure thermale conventionnée. Cette prescription permettra un remboursement partiel par l’Assurance-maladie. La part restante (le ticket modérateur) pourra être prise en charge par votre mutuelle en fonction du contrat souscrit.

L’Education Thérapeutique du Patient pendant une cure thermale. Pourquoi et pour qui ?

L’éducation thérapeutique du patient (ETP) a été définie en 1998 par l’Organisation Mondiale de la Santé comme étant un « processus continu, intégré dans les soins et centré sur le patient ». Ces programmes s’adressent aux patients atteints d’une maladie dite « chronique » et se déroulent en parallèle des soins d’une cure thermale.

Groupe de discussion

De nombreuses personnes souffrent d’une maladie chronique, c’est-à-dire d’une maladie nécessitant de nombreuses années de soins. Dans certains cas, les patients se retrouvent face à une inefficacité dans la prise en charge médicale et pharmaceutique de leur pathologie. La cure thermale peut alors constituer une alternative à la médecine classique grâce aux effets antalgiques, anti-inflammatoires et décontractants de l’eau thermale.
La participation à un programme d’ETP, en parallèle d’une cure thermale, permet  d’accompagner le patient dans l’apprentissage de gestes adaptés.

Un programme d’Éducation Thérapeutique pour le Patient : c’est quoi ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, « l’Education Thérapeutique du Patient vise à aider les patients à acquérir des compétences dont ils ont besoin pour gérer leur vie avec une maladie chronique. Elle comprend des activités organisées y compris un soutien psychosocial, conçues pour rendre les patients conscients et informés des soins et des comportements liés à leur maladie ».

Le programme d’Éducation Thérapeutique est constitué de différentes étapes et de différents ateliers réalisés par des professionnels multidisciplinaires.
On retrouvera :

  • Un premier entretien privé permettant d’établir un 1er bilan et un programme adapté au patient afin de répondre à ses besoins et ses attentes.
  • Des activités thérapeutiques individuelles.
  • Des activités thérapeutiques de groupe afin de réunir des personnes ayant des caractéristiques communes vis-à-vis de leur maladie. Cela permettra de créer des situations de partage et d’échange d’expériences.
  • Un soutien psychosocial conçu pour rendre les patients conscients et informés de leur maladie.
  • Des séances afin d’évaluer la progression du patient dans la compréhension de sa maladie.
  • Un bilan éducatif.

L’ensemble des ateliers a pour objectif de faire comprendre au patient sa maladie par l’acquisition de compétences (savoir sur sa pathologie et les traitements liés) et de gestes adaptés (pratique d’une activité physique, alimentation adaptée, gestion du stress). Cela permet de rendre le patient acteur de sa maladie et donc plus autonome.
A la suite d’un séjour en cure thermale et du suivi d’un programme d’ETP, le patient retrouve une certaine qualité de vie personnelle et professionnelle.

Quels sont les différents programmes d’ETP ?

Les programmes d’ETP font l’objet d’une autorisation par l’Agence Régionale de Santé (ARS) et sont encadrés par différentes lois et décrets.
La prescription de l’ETP, en parallèle d’une cure thermale, pour un patient souffrant d’une maladie chronique devrait devenir plus fréquente de la part des médecins. En effet, l’ETP présente de meilleurs résultats lorsqu’il se déroule durant une cure thermale. Cela est notamment dû au cadre de vie différent qui éloigne le patient de son quotidien, de ses soucis et du stress. Il est donc plus reposé, plus à l’écoute et donc plus enclin à réaliser un travail sur lui-même et sa maladie. Les établissements thermaux sont des lieux permettant de réunir des patients ayant la même pathologie durant plusieurs semaines, conduisant à des discussions entre eux afin de recroiser les différents témoignages.

Les professionnels du thermalisme ont conçu des programmes spécifiques pour certaines maladies chroniques.
Ci-après une liste des programmes certifiés par l’Agence Régionale de Santé en fonction des pathologies :

L’asthme :

  • Les thermes de La Bourboule

L’insuffisance veineuse chronique :

 Le syndrome métabolique :

La fibromyalgie :

La polyarthrite rhumatoïde : 

  • Les thermes de Barbotan-les-Thermes

Les pathologies dermatologiques :

La maladie de Parkinson : 

  • Les thermes d’Ussat-les-Bains

Le post-cancer :

Comment participer à un programme d’ETP ?

L’Éducation Thérapeutique du Patient se déroule les après-midis, après les soins thermaux.
Généralement, ces programmes se réalisent sur inscription en raison des dates fixes et du nombre de places limité. La demande de réservation se fait auprès de l’établissement thermal qui pourra, dans certains cas, demander un certificat médical.

Une cure thermale conventionnée dans l’une des 12 orientations thermales est prise en charge, partiellement, par l’Assurance-maladie si elle est prescrite par un médecin traitant ou spécialiste (rhumatologie, ORL, dermatologue, oncologue, phlébologue…). Cependant, les programmes complémentaires ne sont pas pris en charge par l’Assurance-maladie mais ils peuvent toutefois faire l’objet d’un remboursement auprès d’une assurance complémentaire ou une mutuelle.

Comment soigner une algodystrophie ?

Suite à un traumatisme au niveau d’une articulation, vous avez peut-être déjà ressenti une douleur intense, un gonflement et une sensibilité de la peau au toucher ? N’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé, vous souffrez peut-être d’algodystrophie, une maladie chronique très douloureuse pour laquelle les bienfaits de l’eau thermale peuvent vous venir en aide.

Source photo : https://www.doctissimo.fr/

Source photo : https://www.doctissimo.fr/

L’algodystrophie (ou syndrome douloureux régional complexe) est une maladie survenant à la suite d’une intervention chirurgicale, d’une fracture, d’une luxation ou d’une entorse. Les douleurs survenant sont d’une intensité disproportionnée par rapport à l’accident initial.
Même si son origine est encore floue, il semblerait qu’elle soit due à une perturbation au niveau du système nerveux.
L’algodystrophie affecte les tissus d’une région articulaire (peau, os, tendons…) et entraine :

  • d’importantes douleurs,
  • des raideurs articulaires,
  • des troubles de la sensibilité,
  • des troubles de la sudation au niveau de la zone affectée,
  • une atrophie,
  • un changement de texture de la peau,
  • l’apparition d’un œdème.

Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique à l’algodystrophie. Les différentes prises en charge médicales (traitement à base d’antalgiques et séances de rééducation avec un kinésithérapeute) ont pour objectifs de soulager les douleurs du patient et de réduire les séquelles.

La cure thermale, une prise en charge globale afin de lutter contre les douleurs et les raideurs articulaires

La cure thermale est une alternative naturelle, douce et sans effet secondaire pour le patient. Véritable approche globale de la maladie, elle permettra d’améliorer la qualité de vie du patient et de rompre l’isolement induit.
Une cure thermale conventionnée est soumise à une prescription médicale par un médecin traitant ou spécialiste (rhumatologue). Une fois prescrite, celle-ci pourra faire l’objet d’une prise en charge partielle par la caisse d’Assurance-maladie.

En fonction du stade d’évolution de la maladie, la cure thermale conventionnée  permettra soit de diminuer les douleurs, soit d’éviter la survenue de raideurs irréversibles.

La médecine thermale base son savoir faire sur l’utilisation des eaux minérales thermales et des boues au travers de différentes techniques de soins adaptées :

  • Les soins ayant pour objectif  de réduire les douleurs et les œdèmes : douches locales, bains, douches locales écossaises ou douche kneipp (alternance d’eau chaude et froide provoquant une succession de vasoconstrictions et vasodilatations).
  • Les soins ayant pour objectif de lutter contre l’atrophie et la raideur articulaire : cataplasmes ou illutations de boue ou d’argile, soins de mobilisation en piscine avec un kinésithérapeute.
Source photo : https://www.dax-tourisme.com

Source photo : https://www.dax-tourisme.com

Les eaux thermales utilisées, riches en minéraux et oligo-éléments, ont des propriétés antalgiques, anti-inflammatoires et vasodilatatrices.

Quel établissement thermal pour soulager l’algodystrophie ?

Cette affection est prise en charge par les 72 centres thermaux ayant l’orientation en rhumatologie.
La rhumatologie est l’une des 12 orientations thermales reconnues et prise en charge par la sécurité sociale.

Toutefois, certains des établissements y sont plus appropriés, par exemple :

Les thermes de Barèges
Les établissements thermaux de la station du Grand Dax
Les thermes de Bourbon-l’Archambault
Les thermes de Digne-les-Bains
Les thermes de Bagnols-les-Bains
Les thermes de Balaruc-les-Bains
Les thermes d’Aix-les-Bains
Les thermes d’Allevard-les-Bains
Les thermes de Brides-les-Bains
Les thermes de La Léchère-les-Bains
Les thermes d’Ax-les-Thermes
Les thermes de Bagnères-de-Bigorre
Les thermes de Luchon
Les thermes de Saint-Lary-Soulan
Les thermes de Préchacq-les-Bains
Les thermes de Salies-de-Béarn
Les thermes de Rochefort
Les thermes de Salins-les-Bains
Les thermes de Bagnoles-de-l’Orne
Les thermes de Bourbonne-les-Bains
Les thermes d’Amnéville
Les thermes de Plombières-les-Bains

(LISTE NON EXHAUSTIVE)

A savoir :

Dans certains établissements thermaux français, il est possible de suivre une cure thermale en double orientation. En effet, il n’est pas rare de devoir faire face à plusieurs pathologies chroniques liées aux voies respiratoires ou à la phlébologie par exemple.

N’hésitez pas à vous renseigner et à consulter notre article dédié : ICI.

En 2020, l’Oréal lancera la réfection des thermes de La Roche-Posay

Il y a un an,  le groupe l’Oréal annonçait avoir racheté les thermes de La Roche-Posay, dont il exploite la marque depuis 1989.  Cet établissement est la première station thermale européenne spécialisée en dermatologie et plus précisément dans le traitement de certaines maladies de peau (eczéma, psoriasis, brûlure). En  reprenant les deux établissements thermaux que compte la ville, le groupe industriel souhaite amplifier le rayonnement international de la marque.
Pour cela, il souhaite étendre l’activité de bien-être de la station afin d’accueillir un plus grand nombre de curistes étrangers.

source photo : www.larocheposay-tourisme.com

source photo : www.larocheposay-tourisme.com

Un chantier ambitieux démarrera au début de l’année 2020 afin de moderniser des équipements de distribution des eaux, de rénover et d’agrandir l’établissement thermal du Connétable.  Durant les travaux, cet établissement fermera ses portes aux curistes qui pourront toutefois réaliser leur cure au sein du second établissement de la ville : les Thermes Saint-Roch.
Par la suite, l’espace Spa-Source fermera ses portes durant quelques mois au début de l’année 2021 afin de bénéficier de travaux de modernisation.

Thermalisme et diabète. Une prise en charge complémentaire de la maladie pour des effets bénéfiques à long terme

Le diabète est une maladie chronique affectant le pancréas et la régulation de la glycémie dans le sang. C’est une maladie incurable touchant de nombreuses personnes en France, qu’elles soient jeunes ou plus âgées, avec ou sans surpoids.
La mise en place d’un traitement médical adapté, en fonction du type de diabète, permet de contenir la maladie et d’éviter les évolutions et les complications possibles. Une bonne hygiène alimentaire, la pratique d’une activité sportive ainsi qu’une assiduité optimale dans la prise du traitement permettent de stabiliser la maladie.

Source photo : www.thermes-de-vichy.fr

Source photo : www.thermes-de-vichy.fr

La cure thermale sera prescrite comme complément éducatif dans le traitement global de la maladie. Un séjour dans un établissement thermal apporte des réponses aux questions des patients et les accompagne dans la mise en place de règles d’hygiène de vie adaptées.
À la suite d’une cure thermale, des effets à court et long terme sont visibles chez les curistes !

Il existe différents types de diabètes :

  • Le diabète de type I (diabète insulino-dépendant) qui touche des sujets jeunes (enfants ou adolescents) et dont le pancréas ne fonctionne quasiment plus suite à la destruction de certaines de ses cellules.  La cure thermale permettra aux patients de stabiliser leur maladie et d’éviter l’apparition ou l’évolution de certains symptômes.
  • Le diabète de type II est la forme la plus fréquente de diabète (92 % des cas). Il  touche les personnes plus âgées (principalement de plus de 50 ans) ayant une alimentation trop riche en graisses et en sucres, associée à un manque d’activité physique. Cela entraîne une résistance des cellules à l’insuline. Le pancréas n’étant pas totalement endommagé, la cure thermale permettra une stimulation de son fonctionnement et une prise en charge des troubles métaboliques liés.

Cure thermale et diabète

La prescription d’une cure thermale à un patient diabétique est fréquente.
Le séjour en cure thermale aura une plus grande efficacité s’il est prescrit au moment du diagnostic.
Une cure thermale conventionnée est une prise en charge globale. Les soins d’hydrothérapie et de pélothérapie réalisés au quotidien (bain, douche sous marine, cure de boisson, modelage, cataplasme de boue) se basent sur les vertus des minéraux et oligo-éléments contenus dans l’eau minérale thermale.

En fonction du type de diabète, les résultats ne seront pas les mêmes.
Les soins d’eaux thermales permettront :

  • de stimuler le pancréas afin d’augmenter naturellement la production d’insuline,
  • de stimuler le système veineux
  • de réguler les pathologies métaboliques.

De réels bénéfices seront visibles sur le plan vasculaire, musculaire, anti-inflammatoire et digestif.

En parallèle, certains établissements thermaux proposent des ateliers thématiques, des modules complémentaires ou des programmes d’Éducation Thérapeutique du Patient afin d’accompagner le curiste dans la gestion de sa pathologie au quotidien. Ces ateliers permettent d’initier le patient une meilleure hygiène de vie alimentaire et l’encouragent à reprendre une activité physique régulière.

Cependant, la cure thermale ne peut être efficace à condition de :

  • respecter son traitement médicamenteux.
  • respecter une hygiène diététique stricte.
  • pratiquer une activité sportive régulière.

Quels établissements thermaux proposent des cures thermales pour les personnes diabétiques ?

Les établissements thermaux prenant en charge le diabète détiennent l’agrément en Affections digestives et maladies métaboliques, qui fait partie des 12 orientations thérapeutiques reconnues par la sécurité sociale.

Les Thermes de Vals-les-Bains
Les Thermes de Brides-les-Bains
Les Thermes de Capvern-les-Bains
Les Thermes de Castera-Verduzan
Les Thermes de Châtel-Guyon
Les Thermes de Contrexéville
Les Thermes de Évian-les-bains
Les Thermes du Boulou
Les Thermes de Montrond-les-Bains
Les Thermes de Plombières-les-Bains
Les Thermes de Vichy
Les Thermes de Thonon-les-Bains
Les Thermes de Vittel

Une cure thermale conventionnée doit faire l’objet d’une prescription médicale par un médecin traitant ou spécialiste. Dès lors, une prise en charge partielle par l’Assurance-maladie pourra être envisagée.

Dans certains cas et en fonction des conditions de ressources, l’Assurance-maladie peut prendre en charge des frais médicaux, de transport et d’hébergement ainsi que les indemnités journalières. Ces différents remboursements sont soumis à un certain plafonnement des revenus.