Movember, le symbole annuel d’une lutte contre le cancer chez l’homme.

Après le mois d’octobre « Rose » dédié au cancer du sein chez la Femme, le mois de « Movember » est consacré à la sensibilisation sur les cancers, la santé mentale et le suicide chez l’Homme.

movember copy

Chaque année, en novembre, a lieu Movember, un événement caritatif qui invite les homme à se faire pousser la moustache pour la bonne cause : sensibiliser le grand public aux maladies masculines (cancer de la prostate, cancer des testicules, santé mentale et suicide) et récolter des dons pour la recherche. En effet, « les hommes meurent six ans plus tôt que les femmes. Pour des raisons qui peuvent être largement évitées ». (Source : fr.movember.com)

La réalisation d’une cure thermale permet d’accompagner le patient dans sa convalescence, tant sur le plan physique que psychologique.

La cure thermale post-cancer

Chaque année en France, plus de 70 000 hommes sont touchés par le cancer de la prostate et 2 000 par le cancer des testicules. La réalisation d’une cure thermale permettra d’apporter du soutien aux patients tout en réduisant les effets secondaires laissés par les traitements parfois lourds.

Durant un séjour en cure thermale conventionnée, le patient recevra différents soins quotidiens à base d’eau thermale minérale (hydrothérapie) et de boue (pélothérapie). Les nombreux minéraux et oligo-éléments contenus dans les eaux permettront à la peau de retrouver un meilleur aspect, de réhydrater les muqueuses asséchées et de stimuler la repousse des ongles et des cheveux.

Des stations thermales comme Saint-GervaisUriage-Les-BainsAvène-Les-BainsLa Bourboule se sont spécialisées dans les cures thermales post-cancers. D’autres établissements  comme Luz-Saint-SauveurArgelès-GazostLa Léchère-Les-Bains ou Aix-Les-Bains se sont spécialisés dans les traitements du lymphœdème.

La cure thermale post-cancer doit faire l’objet d’une prescription par un médecin traitant ou spécialiste (oncologue, urologue). Cette prescription permettra une prise en charge partielle de la cure thermale conventionnée par l’Assurance-maladie.

Une cure est un traitement de confort. Elle ne doit en aucun cas se substituer à une prise en charge médicale.

À savoir : un cancer en évolution est une contre-indication à la réalisation d’une cure thermale.

Une cure thermale pour la prise en charge de la santé mentale

La médecine thermale est également indiquée dans la prise en charge des troubles psychosomatiques. En France, 5 stations thermales proposent l’orientation thérapeutique en affections psychosomatiques : les thermes de Néris-les-Bains, les thermes de Bagnères-de-Bigorre, les thermes de Saujon, les thermes d’Ussat-les-Bains et les thermes de Divonne-les-Bains.

Les soins thermaux dispensés durant cette cure thermale permettent de prendre en charge  :

Lors d’une cure thermale en affections psychosomatiques, différents ateliers et un accompagnement psychologique par des professionnels aident le curiste à retrouver un équilibre émotionnel.

Alors Messieurs, laissez pousser votre moustache et osez l’arborer en ce mois de novembre. Faites vous dépister et sensibilisez votre entourage sur son importance. Un dépistage précoce permet la mise en place d’un traitement ayant une forte probabilité de réussite.

Chaque année, durant le mois de novembre, de nombreux événements sont organisés pour soutenir la recherche et récolter des dons : concerts, courses à pied, soirées et journées à thèmes…
N’hésitez pas à vous renseigner sur les manifestations proches de chez vous.

Octobre Rose, le symbole annuel de la lutte contre le cancer du sein.

Comme chaque année depuis 26 ans, le mois d’Octobre est consacré à l’information et à la sensibilisation au dépistage du cancer du sein.

Octobre Rose 2019 et thermalisme

Symbolisé par des parapluies et des rubans roses, vous ne pourrez pas passer à côté des campagnes de mobilisations, des événements sportifs, des rencontres ainsi que des dépistages du cancer du sein organisés durant le mois d’octobre rose, en France et dans le monde.

L’objectif d’octobre rose est de sensibilisé la population sur cette maladie, à l’importance de la recherche, à l’importance d’accroître le soutien aux femmes atteintes d’un cancer, à l’importance de se faire dépister et de soutenir la recherche. En effet, il est primordial d’inciter les femmes à porter une attention particulière à la santé de leurs seins. La réalisation d’examens cliniques par un médecin traitant, un gynécologue ou une sage-femme ainsi que la réalisation systématique, tous les deux ans, d’une mammographie à partir de 50 ans est fortement conseillée. Se faire dépister n’empêche pas d’avoir un cancer du sein mais permet de le détecter plus tôt, avant l’apparition de symptômes ( source : Améli.fr) . Une détection précoce d’un cancer permet de réduire son taux de mortalité. Le cancer du sein est l’un des plus fréquents et des plus mortels (Source : santé.journéedesfemmes) chez la femme.

Les femmes ayant des antécédents familiaux, ainsi que des facteurs de risques de cancer, doivent être attentives car elles sont plus exposées.

Pourquoi faire une cure thermale post-cancer ?

Le traitement médical d’un cancer est lourd et invasif. Il comporte de nombreux effets secondaires, tant sur le plan physique que psychologique, pouvant persister même après une guérison. La cure thermale viendra accompagner la femme durant sa convalescence.

  • Les eaux thermales chaudes et les boues, utilisées au travers des soins thermaux, ont de nombreux effets bénéfiques et thérapeutiques sur l’organisme.
  • Les eaux permettent d’atténuer les douleurs laissées par la chimiothérapie et la radiothérapie, d’apaiser les cicatrices faisant suites à des interventions chirurgicales, notamment la mastectomie.
  • La cure thermale est une approche indispensable pour soulager le lymphœdème du membre supérieur, qui est l’un des effets secondaires post-opératoire d’un cancer du sein.
  • La cure thermale améliore l’aspect des muqueuses et de la peau, permet de réduire les douleurs articulaires, mais également d’atténuer l’anxiété et le stress engendrés par la maladie.
  • Le cadre de la cure thermale est un lieu propice à la reprise d’une activité physique, à l’amorce d’une perte de poids (chez les femmes en surpoids). C’est également un lieu idéal pour la remise en forme et la détente grâce aux nombreux soins de bien-être et massages accessibles dans les SPA Thermaux.

Véritable parenthèse de détente, la cure thermale est une prise en charge globale des séquelles post-cancer. Dans cette optique, des établissements thermaux français se sont spécialisés dans le traitement « post-cancer du sein » en s’adaptant au mieux à la demande de ses curistes et en proposant des soins, des ateliers et des activités qui leurs sont dédiés.

Une cure thermale peut être prescrite par un médecin traitant, un dermatologue, un gynécologue ou spécialiste. La réalisation d’une cure thermale peut être prise en charge, en partie, par l’assurance-maladie. La mutuelle peut venir en complément et prendre en charge les frais annexes. La composition de chaque source d’eaux minérales thermales étant différente, l’établissement de cure devra être choisi en fonction des besoins de la patiente en rémission.

Chaque jour, la curiste aura entre 4 et 6 soins thermaux, selon sa prescription médicale :

  • douche locale, pratiquée par un agent thermal
  • douche générale
  • bain général
  • bain local avec jet
  • étude
  • cataplasme de boue
  • mobilisation en piscine
  • modelage ou massage

Les cures conventionnées « Post Cancer du sein » :

Les thermes de Saint-Gervais-les-Bains
Les thermes de La Bourboule en orientation dermatologie, qui proposent le module complémentaire d’éducation thérapeutique du patient PACS.
Les thermes de La Roche-Posay, en orientation dermatologie.
Les thermes de Luz-Saint-Sauveur en phlébologie, spécialisés dans le traitement du lymphœdème.
Les thermes d’Argelès-Gazost, spécialisés dans le traitement du lymphœdème.
Les thermes de La Léchère en phlébologie, spécialisés dans le traitement du lymphœdème.
Les thermes d’Avène-les-Bains

Les cures thermales conventionnées avec des modules spécifiques :

Les thermes du Mont-Dore
Les thermes de Saint-Amand-les-Eaux
Les thermes de Gréoux-les-Bains
Les thermes de Molitg-les-Bains
Les thermes de Barbotan-les-Thermes
Les thermes de Cambo-les-Bains
Les thermes d’Eugénie-les-Bains
Les thermes d’Aix-les-Bains
Les thermes de Neyrac-les-Bains
Les thermes de Vals-les-Bains
Les thermes de Néris, qui proposent le module complémentaire d’éducation thérapeutique du patient PACS.

Les mini-séjours ou mini-cure « Post-cancer du sein » :

Les thermes de Challes-les-Eaux
Les thermes de Vichy – Thermes Callou qui proposent le module complémentaire d’éducation thérapeutique du patient PACS.
Les thermes de Capvern-les-Bains

La prescription d’une double orientation de cure thermale.

Certains établissements thermaux proposent également des cures thermales en double orientations. En fonction des séquelles et des besoins, la réalisation de celle-ci peut être intéressante. En effet, les traitements liés à l’oncologie sont responsables d’affections au niveau des muqueuses buccales. La cure thermale sera donc un lieu idéal afin de soulager les affections cutanées ou phlébologiques et les affections buccales.

Chaque année en France, plus de 12 000 femmes décèdent de ce cancer (source : fmr.org), majoritairement féminin, c’est trop !

Faites-vous dépister, mobilisez-vous contre le cancer, soutenez la recherche, arborez un ruban rose, participez aux journées de sensibilisation et encouragez le dépistage dans votre entourage. Chaque année, de nouveaux cas de cancer du sein chez la femme sont découverts trop tardivement…une prise en charge précoce permet de sauver des vies.

 A l’occasion d’Octobre Rose, de nombreuses stations thermales telles que les thermes de Barbotan-les-Thermes, Gréoux-les-Bains, Luz-Saint-Sauveur, La Roche-Posay….se mobilisent et organisent des événements pour soutenir le mouvement.

N’hésitez pas à vous renseigner sur la programmation d’Octobre Rose près de chez vous. Nombreuses sont les marches et les foulées, les courses féminines, les flash-mob, les cours de Zumba, les randonnées pédestres, les triathlons, les concerts et autres activités organisés par les communes et les associations. L’ensemble des événements caritatifs permettra de récolter des fonds pour soutenir la recherche.

 

Source photo : https://www.liguecancer44.fr

Source photo : https://www.liguecancer44.fr

 

« Accompagnement et Réhabilitation post-cancer du sein » : l’Etude scientifique PacThe

Dans la continuité de nos précédents articles concernant les différentes études thermales et leur légitimité, le zoom du jour sera porté sur l’étude Pacthe : « Le programme d’accompagnement et de réhabilitation post-thérapeutique pour les femmes en rémission complète de leur cancer du sein en milieu thermal ».

Source : Communiqué de presse – Mai 2013

photos

En France, le cancer du sein touche chaque année plus de 50 000 nouvelles patientes. A l’issue des programmes thérapeutiques, les séquelles laissées par les traitements par oncologies sont nombreuses (cicatrices, peaux et muqueuses sèches, fatigue, anxiété, perte de confiance en soi…).

Financée par l’AFRETh, l’étude PACTHE a été conduite par Yves-Jean Bignon (directeur scientifique du centre Jean Perrin – Clermont-Ferrand), dans trois stations thermales françaises : Vichy, Châtel-Guyon et Le Mont-Dore.

  • L’étude

L’étude PacThe veut répondre à la question suivante :

Peut-on améliorer durablement la qualité de vie des femmes par une intervention d’accompagnement médical et paramédical multidisciplinaire, en station thermale, dans les suites immédiates de cancer du sein mis en rémission complète par un traitement comportant une chimiothérapie adjuvante ?

L’objectif de ce type de séjour est d’améliorer la qualité de vie de ces femmes en leur permettant de se réintégrer plus facilement dans leur vie sociale et familiale après avoir retrouvé confiance et sérénité. L’étude se base sur 270 femmes ayant reçu un traitement (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie) et se trouvant en rémission.

  • Méthodologie

Entre le 20 mars 2008 et le 21 octobre 2010 : 270  femmes ont participé à l’étude et ont été réparties de façon aléatoire en 2 groupes :

  1.  Le groupe « cure » dans lequel 135 femmes ont bénéficié d’une cure thermale ainsi que d’une prise en charge concernant une éducation nutritionnelle, un accompagnement aux activités physiques, une prise en charge psychologique, des soins esthétiques, des soins de kinésithérapie. Cette prise en charge s’est effectuée durant deux semaines en pension complète. En complément, les patientes ont bénéficié d’un suivi hygiéno-diététique.
  2. Le groupe témoin : 135 femmes ont eu un suivi hygiéno-diététique simple.
  • Résultats

Les résultats de cette étude ont été évalués selon différents indicateurs :

*La qualité de vie de la patiente. Celle-ci est nettement meilleure dans le groupe ayant suivi la cure thermale.

*L’anxiété et la dépression. Il y a une différence significative en faveur du groupe thermal concernant la dépression. Toutefois, aucune différence nette n’est notée concernant l’anxiété entre les 2 groupes.

*La qualité du sommeil. Celle-ci est meilleure, jusqu’à 2 ans après, pour le groupe ayant bénéficié d’un traitement en cure thermale.

Si vous souhaitez connaitre les résultats détaillés, nous vous invitons à consulter l’ensemble de l’étude et des résultats : ICI.

Retrouvez le programme Pacthe :

Aux thermes de Cambo Les Bains

Aux thermes de Gréoux Les Bains

Aux thermes de Vichy

D’autres stations thermales françaises se sont spécialisées dans l’accueil de femme en rémission du cancer du sein, pour des cures thermales conventionnées ou bien des courts séjours de santé :

Les thermes de Challes Les Eaux

Les thermes de Saint Amand Les Eaux

Les thermes de Capvern Les Bains

Les Thermes de Molitg Les Bains

Les Thermes de Brides Les Bains

Les thermes de La Léchère Les Bains

Les thermes de Eugénies Les bains

Les thermes de Barbotan Les Thermes

Les Thermes Bérot à Dax

 

Actualité – Mars Bleu aux Thermes de Cambo Les Bains pour lutter contre le cancer. Rendez-vous le 15 Mars 2018

Pour la deuxième année consécutive, l’établissement thermal de Cambo-Les-Bains s’est engagé aux côtés de l’opération Mars Bleu afin de dépister le cancer colorectal.

mars bleu

Au programme :

  • Promotion du dépistage présentée par la CPAM de Bayonne et PYRADEC
  • Des stands d’informations et de sensibilisation
  • Des stands d’animation de la Ligue contre le Cancer.

Le cancer colorectal est l’un des cancers les plus fréquents (3ème) mais surtout l’un des plus meurtriers (le 2nd). Une bonne sensibilisation à cette maladie est importante dans la mesure où 9 cancers colorectaux sur 10 peuvent être guéris lorsqu’ils sont détectés précocement.

C’est pourquoi, il est important de se rendre à ce rendez-vous du 15 Mars dans le Hall des Thermes de Cambo Les Bains.