La mini-cure thermale pour apaiser les troubles liés à l’activité professionnelle

Les mini-cures thermales, ou courts séjours de santé, sont d’une durée de 2, 6 ou 12 jours. Ces séjours se réalisent au sein de certains établissements thermaux qui proposent une prise en charge identique à la cure thermale conventionnée. Les mini-cures, comme les cures thermales classiques, proposent des soins d’hydrothérapies et/ou de pélothérapies se basant sur les nombreuses vertus des eaux minérales thermales.

Mini cure thermale

Les cures libres sont destinées aux personnes soucieuses de prendre leur santé en charge dans une démarche de prévention, notamment face à certains maux pouvant être liés à leur activité professionnelle.
En effet, la profession de chaque individu peut entrainer certains troubles de la santé. Outre les professions reconnues comme pénibles, nombreux sont les emplois responsables de l’installation de certaines pathologies chroniques.

1 – Le mal de dos

Les maux de dos sont des pathologies très fréquentes.
Que ce soit une lombalgie, une sciatique, une hernie ou tout autres troubles musculo-squelettiques, ces affections peuvent apparaître à la suite d’une mauvaise posture, de gestes répétitifs chez les travailleurs manuels ou encore à la suite de contraintes excessives (le port de charge lourde).
La réalisation d’une mini-cure thermale dans une station prenant en charge les affections liées à la rhumatologie permettra d’apaiser les douleurs, de soulager les articulations et d’éviter les récidives.
En France, la mini-cure thermale « maux de dos » est proposée dans les établissements de Néris-les-Bains, du Mont-Dore, de Bourbon-l’Archambault, de Vichy, de Bourbon-Lancy, de La Léchère-les-Bains, d’Évaux-les-Bains, de Bains-les-Bains, de Molitg-les-Bains, d’Amélie-les-Bains et d’Aix-les-Bains.

 2 -  Le stress et le burn-out

Le stress est une pathologie présente au sein de nombreuses professions. Un stress trop important, sur une longue période, peut entrainer des troubles de l’humeur, du sommeil et conduire à une fatigue chronique. Les effets du stress sont divers et peuvent avoir de graves conséquences, voire conduire au burn-out.
La réalisation d’une mini-cure thermale sera l’opportunité pour les patients de prendre du temps pour eux tout en profitant des effets sédatifs et myorelaxants de l’eau thermale.
On retrouvera ces mini-cures dans des stations, ayant généralement l’agrément en affections psychosomatiques, telles que Néris-les-Bains, Divonne-les-Bains, Bourbon-Lancy, Chaudes-Aigues et Bagnères-de-Bigorre.

 3 -  Les jambes lourdes

Les jambes lourdes traduisent une insuffisance veineuse. Elles se manifestent par des douleurs, une sensation de gêne, des crampes, un engourdissement voire l’apparition d’un œdème.
Si des facteurs prédisposent certains individus à ce type d’affection, certaines professions présentent toutefois des facteurs aggravants (une station debout prolongée, les piétinements répétés).
Des stations thermales, spécialisées en phlébologie, comme La Léchère-les-Bains, Saubusse, Évaux-les-Bains, Balaruc-les-Bains, Barbotan-les-Thermes et les établissements thermaux de la station thermale du Grand Dax, proposent des mini-cures thermales « jambes légères ».

A savoir :

La mini-cure thermale est accessible à tous, sur réservation.
Véritable moment de bien-être et de détente, elle sera l’occasion de renouer avec les bonnes pratiques ainsi qu’une hygiène de vie adaptée.
Toutefois, il faut savoir que ce type de séjour n’est pas pris en charge par l’Assurance-maladie ou les mutuelles.
Pour autant, leur efficacité n’est pas remise en cause.

De nombreux établissements thermaux proposent des mini-cures thermales sur mesure, s’adossant à leur orientation primaire. N’hésitez pas à vous renseigner si vous souhaitez partir en séjour dans un établissement thermal spécifique.

Le salon des Thermalies revient en 2020, à Paris et Lyon

Comme chaque début d’année, rendez-vous au salon des Thermalies de Paris en janvier, puis en février à Lyon. Durant ces quelques jours, venez rencontrer plus de 300 exposants et professionnels du thermalisme, de la thalassothérapie, de la balnéothérapie et du SPA.

salon des thermalies 2020

Ce salon annuel est l’unique salon dédié au bien-être et à la santé par l’eau en France.
Que vous soyez un curiste expérimenté ou un futur curiste souhaitant découvrir l’univers de la médecine thermale et les vertus ses eaux, ce salon est fait pour vous.
En effet, en parcourant les différents des stands vous pourrez découvrir les orientations thérapeutiques proposées dans les stations thermales ainsi que les différents soins thermaux et leurs bienfaits.
Si vous le souhaitez, vous aurez également la possibilité d’assister à des conférences thématiques ainsi qu’à des débats animés par des experts du thermalisme, de la thalassothérapie et des spas.

Le salon des Thermalies est l’occasion parfaite pour vous renseigner auprès des différentes destinations thermales et ainsi organiser vos séjours dans les nombreuses villes d’eaux françaises.

A savoir : tout au long de l’évènement, vous pourrez bénéficier d’offres et de tarifs préférentiels sur vos réservations.

Informations pratiques et horaires pour Paris

Lieu : Carrousel du Louvre – 99, rue de Rivoli 75001 PARIS

Horaires d’ouverture :
Les jeudi 23, vendredi 24 et samedi 25 janvier de 10h00 à 19h00
Le dimanche 26 janvier 2020 de 10h00 à 18h00

Pour bénéficier d’une entrée gratuite pour le salon des Thermalies de Paris : ICI
Contact : info@thermalies.com

Informations pratiques et horaires pour Lyon

Lieu : La Sucrière – 49-50 Quai Rambaud, 69002 LYON

Horaires d’ouverture :
De 10h à 18h du vendredi 14 février au dimanche 16 février 2020

Pour bénéficier d’une entrée gratuite pour le salon des Thermalies de Lyon : ICI
Contact : info@thermalies.com

Le point sur les travaux des thermes de Vals-les-Bains

Après un important chantier de modernisation et d’agrandissement, estimé à plus de 12 millions d’Euros, les thermes de Vals-les-Bains ont fait peau neuve. Le nouveau centre accueillera ses premiers visiteurs, curistes et curieux dès le début de la prochaine saison thermale, en avril 2020.
Réalisé par l’architecte Luc Demolombe, cet établissement s’inspire de l’environnement géologique et paysagé du site. L’utilisation de matériaux tels que le bois et le basalte a été préconisée afin de créer une harmonie totale avec le cadre naturel de la station.

source photo : www.brefeco.com

source photo : www.brefeco.com

Ce nouveau complexe mettra le bien-être de ses curistes au centre de ses préoccupations. Les nouveaux aménagements, la qualité des équipements, l’acoustique et l’éclairage ont ainsi été pensés afin d’assurer un confort optimal.

Un centre thermal qui s’est agrandi

Les thermes de Vals-les-Bains sont indiqués dans la prise en charge des affections digestives et des troubles métaboliques grâce à leurs eaux bicarbonatées. Ils sont notamment spécialisés dans le traitement du diabète et des maladies métaboliques. Chaque année, plus de 2 600 curistes viennent bénéficier des bienfaits de cette eau thermale.

Le programme de modernisation et d’agrandissement a prévu de multiplier par deux la surface de l’établissement thermal. Le nombre de curistes par saison pourra ainsi être doublé.

(Crédits : Office de tourisme Pays d'Aubenas Vals-Antraigues)

(Crédits : Office de tourisme Pays d’Aubenas Vals-Antraigues)

Un espace innovant dédié au bien-être : le Spa Séquoïa RedWood

Un tout nouveau centre de bien-être sera accessible à l’étage du bâtiment, il offrira une vue directe sur le parc du Casino. Ce centre de bien-être sera axé autour d’une piscine en forme de goutte.
Un parcours sensoriel, inspiré du cycle de vie de l’eau thermale de Vals-les-Bains, sera proposé aux visiteurs. Il se composera d’une succession de soins alternant chaud et froid (une piscine, un bassin froid, un hammam…).

 

Source photo : www.thermesdevals.com

Source photo : www.thermesdevals.com

D’ici 10 ans, ce nouvel espace de balnéothérapie prévoit d’accueillir jusqu’à 80 000 clients par an.

Véritable moteur économique, cette modernisation permettra la création d’une vingtaine d’emplois directs ainsi qu’une quarantaine d’emplois indirects. Ce projet s’inscrit dans la mise en place du « plan de développement 2016-2020 » de la région Auvergne-Rhône-Alpes visant à positionner la région comme la première destination thermale de France.

[Publi-rédactionnel] En 2020, rendez-vous pour une cure thermale à Bourbon-Lancy

bourbon

Bourbon-Lancy est une destination thermale du sud de la Bourgogne. Après l’annulation de la saison thermale en 2019, suite à un incendie sur la toiture de l’établissement, les Thermes seront prêts pour accueillir leurs curistes dès le 18 mars 2020 et pour fêter les 30 & 1 ans de la station thermale !

 

Pourquoi faire une cure thermale à Bourbon-Lancy ?

 

1 – Pour la qualité de l’eau thermale et des soins

La station thermale de Bourbon-Lancy est reconnue pour la qualité de son eau thermale depuis plus de 2 000 ans. Cette eau, si particulière, émerge à 58°C dans la cours des thermes. Appartenant au groupe des eaux hyperthermales, elle bénéficie d’une multitude de vertus, notamment dans la prise en charge des affections liées à la rhumatologie (RH) et aux maladies cardio-artérielles (MCA).
Avec sa forte teneur en lithium, elle est un excellent régulateur d’humeur en plus de soulager angoisse, stress et anxiété.
Les Thermes de Bourbon-Lancy proposent également une prise en charge personnalisée de la Fibromyalgie à travers des séjours spécifiques.

bourbonjets

Entre les soins en piscine, les bains, les massages, les étuves, les cataplasmes de boue et le couloir de marche, chaque curiste pourra bénéficier de soins adaptés à ses pathologies. Il pourra également participer, en complément des soins thermaux, aux activités du programme de Prévention Santé : Taï-Chi aquatique, marche nordique, aquagym, Pilates, conférences santé…

 

2 – Pour l’établissement thermal et les équipements

Les thermes construits au XIXème siècle se trouvent au cœur du Quartier thermal, entourés de parcs verdoyants. Cet établissement est en constante évolution afin de garantir à ses curistes une offre de soins toujours plus performante.
L’établissement thermal de Bourbon-Lancy est une structure à taille humaine, familiale et passionnée, où le bien-être, la santé et la convivialité sont au cœur des préoccupations de l’équipe thermale.

 

3 – Pour prendre du temps pour soi et profiter des atouts de la destination.

Bourbon-Lancy est une destination de bien-être à découvrir, qui sera vous fera oublier les tracas du quotidien.
Le centre CeltÔ Spa et Bien-Être, composé de ses Espaces Thermoludiques (piscine d’eau thermale, sauna, hammam,…) et de ses espaces de soins, est un véritable lieu de détente dédié au bien-être.

bourbonmassage
Profitez également des atouts de la région et de la ville de Bourbon-Lancy (nature, patrimoine, culture…) avec les activités et sorties organisées par l’Office de Tourisme et du Thermalisme, votre séjour thermal vous sera ainsi des plus bénéfique.

 

Pour contacter le centre thermal :

 

Thermes de Bourbon-Lancy
Place D’Aligre
71140 BOURBON-LANCY

www.thermes-bourbon-lancy.fr

03 85 89 18 84

 

bourboncouple

Interview du mois – Valvital, un groupe thermal aux projets uniques.

Découvrez le groupe Valvital aux côtés de Monsieur Riac qui en est le Directeur et le Fondateur.

Portrait M Riac valvital

Valvital est le 2ème  groupe thermal français. Il compte actuellement 11 stations thermales réparties sur l’ensemble du territoire.

Pouvez-vous présenter le groupe Valvital à nos lecteurs ?

Je suis Bernard RIAC, le PDG et le fondateur du groupe Valvital.
J’ai créé ce groupe en 1989, nous allons donc fêter ses 30 ans cette année.
Le groupe Valvital est le 2ème groupe thermal français. Chaque année, nous recevons 57 000 curistes conventionnés par la sécurité sociale. Nous avons également un chiffre d’affaires important au niveau du bien-être, de nos 4 résidences et plus récemment d’un hôtel 4* dont nous venons de faire l’acquisition.

Le groupe Valvital a annoncé le développement d’un important projet : Le Grand Nancy Thermal.
Pouvez-vous nous présenter ce nouvel établissement ?

Il y a eu un appel d’offre de la métropole du Grand Nancy. Elle recherchait un concepteur, constructeur et exploitant dans le cadre d’une délégation de service public (DSP). Au bout d’une procédure qui a duré 2 ans, sur un dossier extrêmement complexe, notre projet a été retenu. C’est un projet qui sera de loin le plus grand projet thermal réalisé en France. On est sur un investissement de 97 Millions d’euros.

Il y aura essentiellement 4 volets dans ce projet :

  • Le deuxième volet concerne la partie sportive. Nous allons construire sur un ancien établissement thermal, au centre ville de Nancy, qui était ouvert jusque dans les années 30. Actuellement, sur ce site, il existe la piscine municipale sportive. C’est cette infrastructure que nous allons rénover et agrandir de façon à poursuivre l’activité de piscine sportive et bien-être. Il y aura une piscine olympique couverte et une piscine olympique nordique ouverte toute l’année à l’extérieur pour la nage. A côté de ces piscines, nous aurons également une partie thermo-ludique, notamment avec les toboggans pour les enfants, ainsi qu’une partie ludique pour toute la famille.
  • Ensuite, il y aura une partie SPA dédiée au bien-être. On sera sur le modèle de la thalassothérapie.
  • Pour finir, la partie concernant la résidence hôtelière pour les clients. Elle se trouvera dans le bâtiment et se composera de 72 studios et appartements.

 

Vous allez donc créer un véritable pôle de bien-être au cœur de la ville, c’est très innovant pour la France et rarement vu ?

C’est original car c’est la première fois qu’une station thermale se construit de cette manière, en plein centre ville et en pleine métropole. Nous serons sur un véritable établissement thermal urbain.
C’est un projet innovant mais également complexe. D’abord le projet prévoit d’englober de nombreuses activités sur un site existant, que l’on va doubler en volume. C’est également innovant sur le plan architectural.
C’est un projet très important où beaucoup de choses sont à faire, le montage financier est à la hauteur de l’enjeu.

Quelle est la date d’ouverture prévue de l’établissement ?
Les travaux ont-ils commencé ?

Ce sera pour janvier 2023.

Les travaux n’ont pas commencé. C’est assez complexe car il y a plusieurs étapes. Le permis de construire devrait être déposé rapidement, d’ici un ou deux mois. Ensuite, il y a ce que l’on appelle le recours des tiers. Enfin nous pourrons démarrer les travaux, si tout se passe bien, dès le début de l’année prochaine.

A partir de quand les curistes pourront-ils réserver une cure thermale dans ce nouvel établissement ?

Les curistes pourront réserver leurs cures thermales en 2022, pour une cure thermale en 2023. C’est à dire que dès l’année 2022, les médecins pourront prescrire une cure thermale en rhumatologie au sein de l’établissement thermal de Nancy.

Nous avons également pu lire dans la presse qu’un projet d’ouverture d’un établissement thermal à Saint-Jean-d’Angély était possible. Qu’en est-il ?

En effet, nous avons racheté une source d’eau thermale connue dans la région. Elle est intéressante car son débit est important, nous avons  50m3 par heure à une température de 42°C. Nous avons racheté au même endroit une friche militaire qui été abandonnée en plein centre ville de Saint-Jean-d’Angély. Elle va nous permettre de créer une nouvelle station thermale dans la région Poitou-Charentes.
On espère d’ailleurs pouvoir ouvrir cet établissement en 2024, juste après Nancy.

Est-ce que cette source d’eau thermale a déjà reçu un agrément ?

Elle n’a pas d’agrément, nous venons de démarrer les études pour l’avoir. C’est une eau minérale naturelle mais il nous faut un agrément pour l’orientation en rhumatologie. Nous allons réaliser un module expérimental qui va nous permettre de traiter 120 patients. Ils feront une cure thermale de 3 semaines et à l’issue de cette cure et des études menées, nous pourrons déposer un dossier de demande. Par la suite, nous déposerons un avis à l’Académie de médecine qui permettra au Ministère de la santé de nous octroyer l’agrément.

Comment allez-vous procéder pour trouver ce groupe de personnes nécessaire à la réalisation votre expérimentation ?

Dans un premier temps, nous allons procéder avec les médecins traitants que nous contactons régulièrement. Ils verront naturellement, au niveau de leur patientèle, les personnes qui pourraient être intéressées.

Nous allons également faire une petite promotion de cette étude au niveau de la région.

Aujourd’hui, il n’y a rien. C’est un projet qui a démarré sur le plan de l’étude. Nous sommes actuellement en train de construire ce module expérimental. Il sera éphémère puisqu’il sera détruit à l’issue de l’étude afin de construire les futurs thermes.

Un petit mot sur la saison 2019, comment se déroule-t-elle ? Le dynamisme du groupe Valvital en terme d’investissement profite-t-il d’ores et déjà à l’ensemble de vos établissements ?

Nous poursuivons notre campagne.
On est un groupe thermal français et nous faisons de la publicité au niveau national. On a donc poursuivi en 2019 sur la tendance des années précédentes, avec une petite hausse du nombre de curistes.
De plus, on est très heureux d’avoir ouvert notre premier hôtel 4*  à Lectoure, dans le Gers, qui est une station thermale du groupe Valvital. Dans cet établissement nous avons construit un souterrain pour se rendre directement, depuis l’hôtel, jusqu’au spa ou directement dans le centre de cure thermale.

Nous avons eu une année 2018 chargée avec de nombreux projets. Nous avons notamment récupéré la gestion des thermes d’Enghien-les-Bains près de Paris.

Depuis cette année 2019, nous commençons à développer nos projets et nous allons les mener à terme.

 

 

Actualité : La construction du SPA thermal de Dignes-les-Bains est lancée

Située dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la station thermale de Digne-les-Bains proposera bientôt à ses visiteurs une toute nouvelle offre dédiée au bien-être.

Source photo : www.hauteprovenceinfo.com

Source photo : www.hauteprovenceinfo.com

Début juillet, la première pierre du futur SPA thermal de la ville a été posée. Ce chantier d’agrandissement, estimé à plus de 6 300 000 euros, prévoit d’accueillir ses premiers clients d’ici la fin de l’année 2020.
Au programme des travaux, un agrandissement de 475 m2 de la surface au sol, soit plus de 1345 m2 répartis sur 3 niveaux. Ces nouveaux espaces seront dédiés à la santé et au bien-être avec :

  • un espace fitness
  • deux salles polyvalentes
  • un espace accueil pour le Spa Thermal
  • un espace boutique
  • une salle de repos cocoon
  • une grande terrasse solarium
  • un bassin extérieur
  • un bassin intérieur

Avec ce projet, les thermes de Digne-les-Bains souhaitent diversifier leur clientèle. En effet, la réalisation d’un espace de bien-être permettra à l’établissement thermal d’attirer une nouvelle clientèle, plus jeune et soucieuse de préserver sa santé.

Interview du mois – Le CNETh, véritable pilier du secteur thermal

Découvrez le CNETh,  une organisation unique en son genre au service du thermalisme, avec Monsieur Claude-Eugène BOUVIER, Délégué Général.

M Bouvier - Interview Cnth jpg

Le CNETh est le Conseil National des Établissements Thermaux Français. Peu connu du grand public, il est toutefois le garant de ce secteur. Structure incontournable au fonctionnement unique, nous allons vous présenter aujourd’hui ses différentes missions avec Monsieur Claude-Eugène BOUVIER.

Pouvez-vous présenter le CNETh à nos lecteurs ? 

Le CNETh est une organisation professionnelle née en 2012. Il est l’unique syndicat professionnel du thermalisme. À ce jour, le CNETh représente l’intégralité des 109 établissements thermaux, tous adhérents du syndicat professionnel. Comme tous les syndicats professionnels, nous assurons différentes missions :

  • Nous représentons l’ensemble des professionnels du thermalisme français auprès des partenaires institutionnels, c’est à dire des pouvoirs publics et des instances de tutelle. Nous représentons notamment la profession thermale auprès de l’UNCAM (Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie), par l’intermédiaire d’une commission paritaire qui est chargée de l’élaboration, de l’application et de l’interprétation de la convention nationale thermale.
    Nous sommes en effet liés à l’assurance maladie par une convention quinquennale, renouvelée en décembre 2017, qui sera appliquée jusqu’en 2022. C’est dans ce cadre que nous représentons nos adhérents, en particulier lorsqu’il y a un litige lié à l’application de la convention nationale thermale.
    Le Ministère de la santé est notre second interlocuteur public, notamment dans le cadre de la préparation des lois et des règlements. Nous sommes consultés, généralement, en amont de la publication d’un décret ou d’un quelconque texte de lois touchant au thermalisme.
  • Le syndicat, par le biais de la délégation patronale, participe à la négociation de la convention collective qui s’applique à tous les salariés du secteur.
  • Le CNETh est également un centre de ressources. C’est une activité moins exposée au grand public, mais qui est très importante. Dès qu’un établissement thermal rencontre une difficulté au niveau de l’application d’un texte (conventionnel ou légal), et qu’il n’arrive pas à le résoudre à l’échelle locale, il se tourne vers le CNETh. On essaye alors de lui apporter de notre expertise afin qu’il puisse prendre les bonnes décisions.
  • Ensuite, nous intervenons dans  l’évolution des pratiques professionnelles. C’es-à-dire que nous organisons toute la démarche liée à la qualité au sein des établissements thermaux, avec la participation à la rédaction du guide des bonnes pratiques thermales. Celle-ci a permis la définition du référentiel de qualité AQUACERT.
    On anime également un certain nombre d’ateliers consacrés à l’optimisation des soins, notamment au travers des programmes d’ETP
    (Education Thérapeutique du Patient).
  • Nous concevons et finançons la campagne de communication collective en relais de la communication des établissements, auprès du public et du corps médical.
  • Et le dernier point, qui n’est pas des moindres, est celui du financement de la recherche scientifique et médicale. Le CNETh est le principal contributeur et financeur de la recherche médicale thermale en France. En effet, il a financé plus de 90% des études de SMR (Service Médical Rendu) et de Recherche et Développement du milieu thermal.

Concernant le financement des recherches scientifiques, comment cela se passe-t-il ?

La recherche scientifique et le financement sont réalisés via l’AFRETH (Association Française pour la Recherche thermale). Le CNETh collecte, auprès de ses adhérents, une contribution financière qui permet de dégager un budget pour l’AFRETH, abondé par l’association des Maires des communes thermales.
Depuis 2005, 15 millions d’euros ont été récoltés afin de financer la recherche, c’est un effort sans équivalent en Europe et même dans le monde.

 

L’efficacité des cures thermales est sujette à controverse. Certaines personnes considèrent que cette pratique ressemble à des « vacances » et non à un véritable séjour de santé. Que pensez vous de ces propos ?

Je serais tenté de reprendre les propos de Michel CYMES, qui est intervenu il y a peu dans sa rubrique quotidienne sur RTL. Il a fait une assez bonne synthèse de ce qui peut distinguer le thermalisme de la thalassothérapie et des séjours de bien-être.
Concrètement, qu’est ce qui fait qu’on les distingue et qu’on parle de patient et non pas de client ?
Premièrement, c’est une démarche médicale, soumise à une prescription, par un médecin généraliste ou spécialiste. C’est une démarche très normée du point de vue administratif, puisque le format de la cure thermale et les conditions de sa prise en charge sont définis dans une convention nationale thermale avec un nombre de soins précis.

Après, ce qu’on distingue d’un point de vue administratif, ce sont les conditions de prise en charge et d’accès au remboursement partiel.
Si on veut rester sur le plan médical, ce qui distingue le thermalisme et le séjour en thalassothérapie, c’est essentiellement la durée. On parle de 18 jours dans un cas, d’une moyenne de 3 jours dans un autre cas. De plus, la démarche médicale est confortée par toutes les prestations annexes qui sont accessibles dans un établissement thermal : les ateliers, les conférences de santé, l’éducation thérapeutique ainsi que toutes les démarches de dépistages qui peuvent être mises en place dans un établissement thermal. On est donc réellement, en tant qu’établissement thermal, un acteur du système de santé. Je dirais que la prestation ne se limite pas à la cure thermale mais qu’il faut prendre en compte également tous les à-côtés, qui font que nous avons une démarche plus globale.

Et puis il y a le suivi médical sur place, au cours de son séjour, le patient est suivi au minimum 3 fois pas un médecin thermal. Celui-ci va prescrire les soins et les adapter si besoin. Ensuite, il va établir en fin de séjour un bilan adressé au médecin prescripteur. On boucle ainsi le suivi médical.

Actuellement, des études sont-elles menées ?

Les 1ères études de l’AFRETH étaient essentiellement concentrées sur la rhumatologie, puisque qu’elle représente 78% des prescriptions. On avait le devoir de s’intéresser en priorité à cette orientation. Il y a toujours des études dans ce domaine là, notamment consacrées à la lombalgie et à la gonarthrose

Mais la volonté de l’AFRETH a été de diversifier le champ des études.

Au cours des dernières années, on a abordé de nouvelles pathologies qui n’avaient pas encore fait l’objet d’étude, je pense à la neurologie par exemple.

Actuellement, des études se mettent en place :

  • dans le domaine urinaire concernant l’élimination des fragments lithiasiques et post-lithotripsie,
  • sur la sclérose en plaques,
  • sur les troubles du sommeil,
  • sur le psoriasis,
  • sur la prévention des chutes,
  • sur les troubles mictionnels de l’homme.

Enfin, dans le domaine de la Recherche Fondamentale, nous étudions l’effet de certains éléments (soufre et sélénium) sur le statut de la peau.

En parallèle, depuis quelques années et de façon générale, la fréquentation des établissements thermaux augmente. Comment pouvez-vous l’expliquer ?

Le constat était exact jusqu’à l’année passée durant laquelle nous avons subi un petit tassement et même une petite régression du nombre de curistes. L’une des  raisons est l’évolution du pouvoir d’achat des curistes, qui sont pour la plupart des cas des retraités. Cette année sera une année difficile. En effet, certains de nos établissements sont fermés pour des raisons diverses et variées (travaux, sinistres ou non conformité sanitaire). Néanmoins, l’évolution de la fréquentation sur le long terme est favorable,  tout simplement parce que le vieillissement de la population amène des curistes supplémentaires dans les établissements thermaux. Il y a donc un phénomène démographique qui est très important et qui va perdurer encore quelques décennies.

Il y a également une meilleure adaptation de l’offre thermale qui a beaucoup progressé ces dernières années. Notamment par l’inscription dans la démarche qualité (AQUACERT), la professionnalisation des personnels de soins ainsi que des investissements qui ont été très importants, de l’ordre de 400 millions d’euros sur les 5 dernières années.
Globalement, les conditions d’accueil, les équipements, les compétences du personnel et les conditions sanitaires ont largement progressé. Il y a eu une réelle amélioration des services dans les établissements thermaux, tous les indicateurs sont donc favorables.
De plus, l’élément majeur, c’est le nouveau regard que porte les médecins sur le thermalisme. Jusqu’à un passé récent, cette option thérapeutique était déconsidérée.
Depuis peu, et grâce aux études menées, le thermalisme a reconquis une partie du corps médical. En effet, elle a su gagner en crédibilité. Maintenant, elle fait l’objet d’une prescription d’adhésion, autrefois, c’était une prescription négociée avec ou par le curiste.

Quels sont les prochains enjeux de la pratique thermale en France ?

Les enjeux, c’est la poursuite de la certification AQUACERT des établissements thermaux. Actuellement, ils sont de l’ordre de 33 inscrits dans cette démarche, mais il faut progresser.
Ce qui va également caractériser les années à venir, c’est une meilleure information et expression du curiste par rapport à son traitement. La convention thermale a introduit une charte du curiste qui va bientôt se mettre en place.
Les autres enjeux, pour nous, seront de poursuivre la recherche et de couvrir la totalité des orientations thérapeutiques, car nous n’y sommes pas encore parvenus.
Nous avons compris, après le rapport auprès de la Cour des Comptes que l’évaluation du maintien de la prise en charge serait conditionnée par les preuves scientifiques. On a donc tout intérêt à poursuivre nos efforts avec la même exigence méthodologique.

Actualité – Lancement du second Plan Thermal de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Source : communiqué de Presse de la région Auvergne-Rhône-Alpes – Juillet 2019.

 La Région Auvergne-Rhône-Alpes lance le deuxième volet de son Plan Thermal. Elle souhaite ainsi bâtir la station thermale de demain et devenir la destination thermale de référence en France.

 

Source : Lamontagne.fr - Thierry LINDAUER

Source : Lamontagne.fr – Thierry LINDAUER – Thermes du Mont-Dore.

La région Auvergne-Rhône-Alpes est consciente de l’évolution des modes de vie et du vieillissement de la population. La société actuelle démontre de plus en plus son souhait de préserver son capital santé, il est donc nécessaire de construire la station thermale de demain. Cette station du futur sera une véritable destination touristique, au sein de laquelle l’ensemble des composantes de la prévention santé seront présentes.
En 2017, la région Auvergne-Rhône-Alpes a donc lancé la première phase de son Plan Thermal. Celle-ci visait à l’accompagnement et au soutien des projets concernant 15 des 24 stations thermales que compte la région. Ces projets avaient pour objectif de rénover et de moderniser les structures vieillissantes pour en faire des stations de nouvelles générations et ainsi hisser la région à la place de 1ère destination thermale Française. 

La première phase du plan thermal arrivant à échéance, la région a lancé un nouvel appel à projet, en juillet, donnant le départ à la 2ème partie du Plan Thermal. Cette fois, la région se fixe de nouveaux objectifs :

  • Être une destination de référence sur le champ de la prévention santé et du mieux-être.
  • Devenir, d’ici quelques années, la première région thermale de France en termes de fréquentation.

Cette nouvelle étape du Plan Thermal se déroulera entre 2020 et 2024 et sera dans la continuité de la précédente. Elle permettra d’accompagner les stations qui n’étaient pas matures en 2016 afin de lancer un programme d’investissement partagé à l’échelle de la station.
Pour cela, l’ensemble des stations participantes devront se mobiliser autour de quatre piliers prioritaires : la santé, les activités physiques, le volet mental et la nutrition.

Au-delà de cette aide, la Région renforcera son soutien aux projets innovants. Cela dans le but de permettre à la région Auvergne-Rhône-Alpes de se différencier des autres destinations thermales en France et à l’étranger.

Les stations thermales ont jusqu’à fin octobre pour déposer leur dossier de candidature. La liste des stations retenues sera dévoilée le 16 décembre prochain.

Actualité : La date de réouverture de l’établissement thermal de Bourbon-Lancy a été dévoilée

À la suite de l’incendie de la toiture de l’Établissement Thermal de Bourbon-Lancy, survenu le 16 avril dernier, le centre thermal a été contraint d’annuler la totalité des cures thermales pour la saison 2019. Les travaux ayant débuté, le centre thermal de Bourbon-Lancy a pu annoncer sa réouverture et donner rendez-vous aux curistes le mercredi 18 Mars 2020.

réouverture bourbon lancy

Dès le lundi 30 septembre 2019, l’équipe administrative des Thermes sera présente pour accueillir, accompagner et répondre aux curistes afin d’organiser leur prochaine cure thermale en 2020.

Jusqu’à la réouverture du centre thermal, le centre CeltÔ et ses 1 400m² dédiés au bien-être prennent le relais des Thermes. Le centre CeltÔ propose de nombreuses prestations et profite notamment de la présence de l’eau thermale dans son établissement pour proposer des mini-séjours thermaux.

Le Salon « Thalasso et Cure Thermale » 2019 – 6 villes – 6 dates

Le salon « Thalasso et Cure thermale » revient pour une nouvelle édition, dans 6 villes françaises.

 

Salon, SPA, Thalasso et cures thermales

Plus de 70 établissements seront présents dans chacune des villes où de nombreuses conférences, des ateliers, des animations et des stands animeront ce salon.

L’objectif est de présenter aux français ce secteur en pleine croissance et les innovations associées. Durant ses rencontres, les visiteurs pourront découvrir des offres de :

  •  séjours aux bienfaits thérapeutiques,
  • courts séjour de santé,
  • week-ends cocooning pour décompresser.

Les conférences leurs permettront d’en apprendre plus sur les bienfaits et les vertus des eaux de santé.  Ces salons seront le moment idéal pour échanger avec les professionnels de ce secteur et poser les bonnes questions : comment préparer sa cure thermale ? Thermalisme ou Thalassothérapie ? Cure thermale ou court séjour ?

Le rendez-vous est donné :

A Toulouse les 1 et 2 Février 2019 // Centre de Congrès Pierre Baudis

A Pau les 8 et 9 Février 2019 // Parc des expositions

A Bordeaux les 14 et 15 Février 2019 // Hangar 14

A Strasbourg les 22 et 23 Février 2019 // Hôtel Hilton

A Nantes les 22 et 23 Février 2019 // Centre des Congrès La Fleuriaye

A Lille les 1er et 2 Mars 2019 // Salle Du Gymnase

 

Pour bénéficier d’une invitation gratuite c’est ICI