Le thermalisme pour apaiser les séquelles du zona

Le zona est une infection virale pouvant laisser, dans certains cas, de douloureuses séquelles. La médecine thermale se présente alors comme une alternative naturelle permettant de soulager les douleurs.

Source photo :  www.santemagazine.fr

Source photo : www.santemagazine.fr

Le zona

Le zona est une infection virale due à la réactivation du virus de la varicelle. Il entraine l’apparition de vésicules rouges localisées, de la fièvre ainsi que des maux de tête.  Ces lésions peuvent être suivies d’une diffusion virale dans les nerfs sensitifs, responsable de lésions neurologiques expliquant les douleurs qui précèdent, accompagnent et persistent après l’éruption. Une consultation médicale est indispensable afin de mettre en place un traitement adapté et ainsi éviter toutes complications. Dans la majeure partie des cas, le zona disparait au bout de quelques semaines.

Toutefois, chez certaines personnes, des douleurs intenses persistent après la guérison, on parlera alors de névralgies zostériennes.Des traitements médicaux sont mis en place afin de contenir les séquelles mais leur efficacité reste limitée. La cure thermale est alors une solution intéressante dans la prise en charge de ces douleurs.

 

Pourquoi faire une cure thermale « neurologie »  à la suite d’un zona ?

La réalisation d’une cure thermale en « neurologie » est une alternative naturelle qui n’aura aucun effet secondaire sur l’organisme. Elle permettra de soulager les douleurs chroniques dans les zones où les éruptions cutanées sont survenues.

Durant la cure thermale, plusieurs soins à base d’eau thermale seront mis en place afin d’apaiser les douleurs du patient :

  • Bains avec ou sans douches sous-marine,
  • Douches au jet,
  • Pulvérisations,
  • Applications de boues,
  • Mobilisations et massages des membres sous l’eau.

 

Où faire une cure thermale en France, à la suite d’un zona ?

En France, 2 stations thermales prennent en charge les séquelles de zona :

Les thermes d’Ussat-les-Bains

Les thermes de Néris-les-Bains

 

Le thermalisme, une aide précieuse pour les patients atteints de la Maladie de Parkinson

« Vivre avec Parkinson » à l’occasion de la journée mondiale dédiée à cette maladie.

Comme chaque année, le 11 Avril est dédié à la maladie de Parkinson. A l’occasion de cette journée mondiale, l’association France Parkinson organise des conférences et des rassemblements à travers toute la France. La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative touchant le système nerveux central et entraîne des troubles moteurs évolutifs. La réalisation d’une cure thermale, par les nombreuses vertus des eaux, permet aux patients de stimuler leur mobilité.

parkinson

Aujourd’hui en France, plus de 200 000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson. La médecine traditionnelle actuelle a mis en place des traitements efficaces, mais qui, toutefois, ne permettent pas de la guérir. Ces traitements ont pour objectif de ralentir l’évolution de la maladie tout en réduisant les symptômes induits tels que :

  • Les tremblements de repos (interviennent au repos et disparaissent lors de mouvements),
  • L’akinésie (lenteur dans l’initialisation et la coordination des mouvements),
  • L’hypertonie (tension et raideur des muscles, parfois douloureuse).

L’ensemble de ces symptômes entraîne d’importantes difficultés dans la marche et dans les mouvements du quotidien, s’accompagnant de troubles de la parole et de l’écriture.

La cure thermale est une médecine complémentaire, naturelle et sans effet secondaire sur l’organisme. Elle peut être prescrite par le médecin traitant ou le neurologue, et se réalisera dans l’un des 3 établissements français ayant l’agrément en « Neurologie ».

Pourquoi faire une cure thermale, lorsqu’on est parkinsonien ?

La cure thermale est un traitement complémentaire qui ne doit pas se substituer à un traitement ni à un suivi médical régulier. La décision de partir en cure thermale « Parkinson » est prise dès lors que les traitements médicaux ne s’avèrent plus suffisants ou que le patient en émet le souhait.  Le départ en cure thermale est une démarche qui se réalise avec l’accord du médecin (traitant ou neurologue).  L’avantage d’une cure thermale est que celle-ci sera adaptée à chaque patient en fonction de l’avancée de sa maladie et de ses besoins. Le patient sera suivi tout au long de sa cure par un médecin thermal.

La cure thermale est une prise en charge globale.

Les eaux thermales, aux vertus antalgiques et antispasmodiques, utilisées au travers de soins très spécifiques, permettent :

  • de réduire considérablement les douleurs,
  • de réduire les contractures des muscles,
  • de réduire l’anxiété et le stress.

Les soins en immersion, encadrés par des kinésithérapeutes, permettent de stimuler la mobilité et de conserver une certaine autonomie.

En parallèle des soins à base d’eau, la cure thermale « parkinson » prévoit différentes activités. L’objectif étant de permettre aux patients une meilleure compréhension de leur maladie, d’adapter au mieux leur quotidien tout en échangeant avec des personnes dans le même cas.

Trois stations thermales proposent des cures « spécial Parkinson » pour lutter contre la rigidité et améliorer la motricité :

La station thermale de Lamalou-les-Bains, dans l’Hérault. Cette cure thermale est proposée en partenariat avec le CHU de Montpellier.

Les thermes de Ussat-les-Bains, en Ariège. Cette cure thermale est proposée en partenariat avec le CHU de Toulouse-Purpan.

L’établissement thermal de Néris-les-Bains, dans l’Allier.

Ces 3 établissements offrent également des activités en concertation avec l’association France Parkinson, afin d’aider au mieux les patients dans la prise en charge de leur pathologie au quotidien.

 

 

 

Journée Mondiale du Sommeil – Le thermalisme, une aide incontestable.

La journée mondiale du sommeil, ce vendredi 22 mars 2019, est une journée spécialement dédiée à la sensibilisation sur le sommeil. Son objectif est clair : « promouvoir la qualité du sommeil comme un élément majeur de santé publique ». Bon nombre de personnes sont affectées par des troubles du sommeil se répercutant sur la qualité de leur vie quotidienne. Alors, pourquoi ne pas envisager une cure thermale ? Il s’agit d’une solution naturelle, douce et sans effet secondaire qui permettra d’identifier l’origine du problème afin de retrouver les bras de Morphée.

Sommeil

Le sommeil est primordial pour le bon fonctionnement de l’organisme et pour le bien-être mental et physique. Un mauvais sommeil ou des insomnies chroniques ont de nombreuses répercussions chez la personne qui en souffre : stress, fatigue, trouble de l’humeur, envie excessive de manger, répercussions professionnelles…Les causes de ce trouble sont nombreuses et des états tels que le stress et l’anxiété sont des facteurs aggravants. Il est important d’identifier l’origine de ce trouble, afin de le soulager à sa source et d’éviter la mise en place d’un cercle vicieux (j’ai de l’anxiété, je stresse, je dors mal donc je vais ressentir une plus grande anxiété, puis un plus grand stress…).

Une cure thermale doit être envisagée lorsque les traitements médicamenteux ne font plus effet, ou lorsque le patient souhaite trouver une alternative plus naturelle. Cette alternative a l’avantage de n’engendrer aucun effet secondaire ou addictif, contrairement aux traitements médicaux. La cure thermale est une approche pluridisciplinaire, permettant de soulager cette pathologie dans sa globalité (tant sur le plan physique que psychologique) et qui peut être prescrite par votre médecin. La cure thermale est une coupure du quotidien où l’on prend le temps d’écouter son corps et de se retrouver afin de tenter de recaler son horloge biologique et de mettre fin au cercle vicieux de l’insomnie.

On retrouvera :

  • Un suivi médical régulier.
  • Une prise en charge thermale quotidienne (douche, piscine, cure de boisson…) favorisant la détente.
  • Une prise en charge psychologique, au travers de différents ateliers mis en place au sein de la cure thermale (entretiens individuels ou en groupes, ateliers de relaxation et de détente).
  • Incitation à la pratique sportive.

L’objectif de ce type de séjour est d’identifier l’origine du problème et de réduire le stress généré. La durée de la cure thermale et le cadre relaxant de celle-ci sont des facteurs de réussites supplémentaires permettant de prendre un patient en charge sur la durée. A la suite d’un séjour en eau thermale, le patient retrouvera calme et sérénité.

Afin de prolonger les effets bénéfiques de l’eau thermale dans le temps, et de réduire sa prise de médicament (voire de l’arrêter), il est conseillé de renouveler la cure thermale sur plusieurs années.

En France, 2 stations proposent des cures thermales dédiées au sommeil :

L’établissement de Saujon, situé en Charente-Maritime est spécialisé dans le traitement des troubles psychologiques et de l’anxiété depuis 1860. Vous bénéficiez de soins thermaux adaptés à cette pathologie et d’un suivi médical personnalisé. De plus, depuis 2017, l’Ecole thermale du stress propose un nouveau stage  » Retrouver un sommeil naturel  » avec des ateliers psycho-éducatifs spécifiques et des séances de relaxation. L’objectif du stage est de mieux comprendre son sommeil, d’identifier les causes de son dysfonctionnement et d’acquérir des outils permettant de retrouver un sommeil naturel.

L’établissement de Néris-Les-Bains, situé en Auvergne, utilise une eau hyperthermale oligométallique, bicarbonatée et sulfatée sodique faible, idéale dans le traitement des troubles du sommeil. La cure thermale pour les troubles du sommeil de Néris-Les-Bains est recommandée aux insomniaques. Son objectif est de déterminer les origines des troubles afin d’apprendre à les gérer. En complément, l’établissement de Néris-Les-Bains a mis en place le séjour GE-NERIS, disponible uniquement à certains dates, destiné aux personnes stressées, souffrant d’anxiété et/ou de troubles du sommeil. Combinant soins thermaux et activités complémentaires, ce séjour vise à apporter un traitement doux pour permettre aux personnes de redevenir pleinement actrices de leur santé.

L’Etude Thermarthrose démontre l’efficacité de la cure thermale dans le traitement de l’arthrose du genou.

De nombreux patients suivant une cure thermale en « rhumatologie » viennent soulager leur l’arthrose, plus particulièrement celle affectant les cartilages du genou. Mais quels sont les véritables bienfaits scientifiques de la cure thermale sur le traitement de ce type d’affection ? Les résultats sont-ils réellement au rendez-vous ? C’est ce que l’étude scientifique Thermarthrose a voulu démontrer.

Source : Communiqué de presse – Résultat de l’essai clinique Afreth.

Etude Thermarthrose

Dans la continuité de notre article présentant l’étude MAATHERMES, nous allons voir au travers de l’étude Thermarthrose comment le thermalisme vient en aide aux patients atteints d’arthrose du genou (ou gonarthrose).

La gonarthrose est une des principales affections articulaires des membres inférieurs de nature mécanique. Elle est due à une usure progressive du cartilage protégeant l’articulation du genou. La gonarthrose se manifeste par des douleurs articulaires au moment de la marche, dans les escaliers ou après une position assise prolongée. Ces douleurs, au fur et à mesure du temps, limitent les mouvements et par conséquent la qualité de vie et le confort du patient.

Le traitement thermal dédié à cette pathologie repose principalement sur des pratiques de crénothérapie (soins à base d’eau thermale), d’applications de boues et vapeurs thermales et des soins de kinésithérapie. L’Afreth (Association Française des établissements thermaux) a réalisé en 2009 une étude visant l’évaluation de la cure thermale dans le traitement de l’arthrose.

L’étude

L’étude Thermarthrose a évalué l’ASMR (Amélioration du Service Médical Rendu) de la cure thermale dans le traitement de la gonarthrose. Cette étude a pour objectif d’apporter une preuve scientifique solide de l’efficacité de la prise en charge thermale dans cette pathologie. À ce jour, il s’agit du plus important essai contrôlé réalisé en médecine thermale.

Méthodologie

Cette étude a été effectuée sur 462 patients, répartis de façon aléatoire en 2 groupes, dans trois centres thermaux (Les thermes de Aix les Bains, Les thermes de Balaruc-Les-Bains, Les établissements thermaux de Dax).

  • Le groupe témoin : il a suivi le traitement habituel prescrit afin de soulager cette pathologie. Ce traitement a été complété par un programme d’auto-exercices validé et recommandé à effectuer 3 fois par jour.
  • Le groupe expérimental : Ce groupe a reçu le traitement habituel et le programme d’auto-exercices validé et recommandé à effectuer 3 fois par jour. En complément, des soins thermaux durant 18 jours ont été prescrits.

Résultats et conclusion

L’analyse de l’efficacité de la cure thermale a été observée à différents stades, après 3 mois, 6 mois et 9 mois par des médecins indépendants. Ces médecins ont noté, entre autres, une amélioration significative des douleurs et des capacités fonctionnelles chez les patients ayant reçu un traitement à base d’eau thermale, par rapport au traitement non chirurgical habituel. De plus, cette amélioration se maintient stable au 9e mois chez 50% des curistes.

L’étude Thermarthrose a donc su démontrer l’effet thérapeutique de la prise en charge en cure thermale et cela, de façon statistique et officielle.

Afin de bénéficier de l’ensemble des bienfaits de l’eau thermale sur le long terme, il est conseillé de réaliser une cure thermale plusieurs années de suite.

Pour consulter l’ensemble de cette étude, cliquez ICI.

 

 

MAATHERMES, une étude qui démontre l’efficacité de la prise en charge du surpoids et de l’obésité en milieu thermal

L’eau thermale est connue pour ses bienfaits dans le traitement des rhumatismes, dans la prise en charge des affections ORL et des problèmes de peau… Néanmoins, les bienfaits ne s’arrêtent pas là. Le thermalisme est également conseillé dans la prise en charge du surpoids et de l’obésité. Comme toutes les médecines du 20ème siècle, le thermalisme a dû prouver scientifiquement l’efficacité de ses soins concernant le traitement de nombreuses pathologies. Mais qu’en est-il des bienfaits de ce type de traitement sur l’obésité ? L’étude Maâthermes a répondu scientifiquement à cette question. 

* source : communiqué de presse Maâthermes – Janvier 2011

 

L'étude Maâthermes

Il existe de nombreuses études ayant vu le jour concernant l’efficacité d’une cure thermale dans la prise en charge des 12 orientations reconnues par la sécurité sociale. A travers l’étude Maâthermes, cet article mettra en lumière comment le thermalisme peut être une aide supplémentaire pour les patients dans leur lutte contre le surpoids et l’obésité.

 

L’étude

Publiée en 2011, Maâthermes est une étude clinique d’évaluation de la prise en charge du surpoids et de l’obésité en milieu thermal. Elle a été réalisée par le Docteur Patrick Serog et le Docteur Thierry HANH sur 257 patients (obèses ou en surpoids) en bonne santé.  Cette étude consiste en une approche de la cure thermale ajoutée :

  • à une prise en charge diététique,
  • à la pratique d’activités physiques,
  • à la mise en place d’actions de types comportementales.

Le but est de modifier le style de vie des patients sur le long terme.

Maâthermes vise à démontrer qu’une prise en charge globale en cure thermale, associée à une hygiène de vie adaptée, permet d’obtenir de meilleurs résultats sur le long terme vis-à-vis d’un régime « classique » basé uniquement sur une amélioration de l’hygiène de vie.

 

Méthodologie

Les patients ont été divisées en 2 groupes :

  • Un premier groupe « cure » composé de 120 personnes.  Ce groupe a été reçu dans cinq stations thermales participantes : Brides‐les‐Bains, Capvern‐les‐ Bains, Vals‐les‐Bains, Vichy et Vittel. Durant les 3 semaines de cure, ils ont suivi le traitement thermal spécifique pour l’obésité (cure de boisson, bain bouillonnant d’eau thermale, enveloppement de boue thermale, massage sous affusion, exercices en piscine, conseils diététiques) ainsi que la remise du livret « Programme National de Nutrition Santé ». Les curistes se sont également vu proposer des activités physiques non obligatoires, et pouvaient bénéficier, s’ils le souhaitaient, d’un régime diététique durant toute la durée du séjour thermal.
  • Un second groupe « témoin » composé de 137 personnes. Chaque patient a été suivi par son médecin généraliste qui lui a prodigué des conseils diététiques avec remise du livret « Programme National de Nutrition Santé ».

 

 

Résultats et Conclusion

L’évaluation et la comparaison entre les deux traitements ont été effectuées au 14ème mois après la prise en charge. Celle-ci a notamment permis de constater une perte de poids moyenne et une réduction d’IMC deux fois plus importante dans le groupe « cure thermale » que dans le « groupe témoin ».

Cette étude a démontré l’efficacité d’une prise en charge globale du patient durant une cure thermale dans l’indication métabolique avec surpoids et/ou obésité. Il est vrai que la cure thermale permet au patient de s’éloigner de son quotidien, de modifier son alimentation et de reprendre une activité physique. En complément, les soins à base d’eau thermale accompagnés d’une cure de boisson aident le patient dans sa volonté de retrouver un poids santé. L’efficacité de la cure thermale repose sur une prise en charge optimisée durant les 3 semaines de soins. Ces derniers aident le patient à acquérir de bons réflexes.

Source :  Vichy

Source : Thermes de Vichy

Vous retrouvez des cures thermales ou des courts séjours de santé spécialisés dans les établissements ayant reçu l’agrément pour les AFFECTIONS URINAIRES (AU)  et / ou AFFECTIONS DIGESTIVES (AD).

Pour plus d’informations sur le déroulement de cette étude et les résultats  ICI

 

 

Le point sur votre arrêt de la cigarette à l’occasion du Moi(s) sans tabac.

Novembre ou « le Moi(s) sans Tabac », un défi national pour arrêter de fumer pendant 30 jours touche à sa fin.  Afin d’aider l’ancien fumeur dans sa volonté de continuer son sevrage, une solution naturelle existe : un séjour en eaux thermales. Pourquoi ne pas l’essayer ?  La cure thermale, par son environnement relaxant, est un cadre propice à l’arrêt du tabac. Le patient se retrouve loin de sa vie quotidienne et de toutes formes de stress. L’accompagnement et la rencontre avec d’autres personnes dans la même démarche, rendent le sevrage moins difficile et permettent de conserver la détermination.

le mois sans tabac

Les cures thermales ou les courts séjours de santé sur le thème du « sevrage tabagique »  proposent une multitude de soins. Ils ont pour objectif de diminuer le besoin en nicotine tout en favorisant le bien-être mental et physique de la personne.

A savoir, il n’existe pas une cure thermale dédiée en totalité au sevrage tabagique. Les cures spécifiques sont donc adossées aux orientations primaires des stations et sur leurs savoir-faire (maladies cardio-artériellestroubles respiratoires…).

La station thermale du Boulou, spécialisée dans les maladies cardio-vasculaires, propose un module supplémentaire à cure thermale conventionnée. Les soins dispensés se focaliseront autour du cœur et des artères avec des soins d’eaux tels que : douche à jet, couloir de marche,  bains ou encore cures de boissons afin de favoriser la circulation sanguine. Toutefois, ce module n’est pas remboursé par la sécurité sociale.

D’autres stations thermales telles que Challes-Les-Eaux, Bagnères-de-Luchon, Cambo-Les-Bains, Castera Verduzan, La Bourboule sont spécialisées dans le traitement des troubles des voies respiratoires grâce à des eaux soufrées. Elles présentent des courts séjours de santé (d’une durée de 6 à 12 jours) avec des soins tels que les irrigations nasales, les gargarismes ou encore les aérosols dédiés au sevrage tabagique afin de ré-équilibrer et assainir les muqueuses respiratoires.

 

 

 

Movember, le symbole annuel d’une lutte contre le cancer chez l’homme.

Après le mois d’octobre « Rose » dédié au cancer du sein chez la Femme, le mois de « Movember » sera dédié aux cancers de l’Homme.

movember

Au mois de novembre, les hommes sont invités à se faire pousser la moustache pour la bonne cause : sensibiliser le grand public aux cancers masculins.

Chaque année en France, plus de 70 000 hommes sont touchés par le cancer de la prostate et 2 000 par le cancer des testicules. Un dépistage précoce permet la mise en place d’un traitement ayant une forte probabilité de réussite.

La réalisation d’une cure thermale accompagne le patient dans sa convalescence. Un séjour en eau thermale doit être réalisé sur avis et prescription médicale.Durant un séjour en cure thermale, le patient recevra différents soins. L’objectif sera de réduire les douleurs et les effets secondaires laissés par les lourds traitements (cicatrices, sécheresses des muqueuses, anxiété, lymphœdèmes).

Des stations thermales comme Luz-Saint-Sauveur, Argelès-Gazost, La Léchère-Les-Bains ou encore AixLes-Bains se sont spécialisées dans les traitements du lymphœdème post cancer. D’autres stations thermales comme Saint-Gervais, Uriage-Les-Bains, Avène-Les-Bains, La Bourboule se sont quant à elles spécialisées dans les cures thermales post-cancers.

Grâce aux vertus des eaux utilisées, la peau du patient retrouve un meilleur aspect, ses muqueuses sont réhydratées, la pousse des ongles et des cheveux peut être stimulée.

Une cure est un traitement de confort, qui ne doit en aucun cas se substituer à une prise en charge médicale. Un cancer en évolution est une contre-indication dans la réalisation d’une cure.

La cure thermale, une alliée dans la rééducation après une chirurgie de prothèse articulaire.

A la suite d’une opération chirurgicale orthopédique, la rééducation, encadrée par un kinésithérapeute, est une étape très importante. Elle permet aux patients de réapprendre les gestes du quotidien. La cure thermale post-opération orthopédique permet notamment de consolider le travail réalisé en rééducation.

Source photo : Chatel Guyon

Source photo : Chatel Guyon

Une chirurgie de prothèse articulaire est un ajout, ou mieux une substitution synthétique, destinée à remplacer (en partie ou en totalité) les surfaces d’une articulation usée et permet de diminuer les douleurs articulaires. Elle est proposée lorsque l’on souffre « trop » d’une articulation très abîmée. Actuellement, aucun traitement disponible ne permet de réparer une articulation vieillissante. Les traitements existants ont actuellement une efficacité modérée dans le soulagement des douleurs mais entraînent certaines complications (problème circulatoire, problème de digestion). L’intervention chirurgicale et la pose de prothèse donnent à l’heure actuelle de bons résultats. Il s’agit cependant d’un geste lourd qui, en post opératoire, demande une importante rééducation et un suivi régulier. Un séjour dans une station thermale spécialisée offre un complément efficace dont l’objectif est de calmer la douleur tout en améliorant la mobilité dans le temps. Les eaux thermales chaudes et les applications de boues calment les douleurs et agissent comme un dé-contracturant grâce à l’effet antalgique et anti-inflammatoire des eaux thermales. Les soins tels que la piscine de mobilisation, les massages, les douches et les cataplasmes de boue thermale (ou d’eau thermale) permettent de diminuer la raideur des articulations et de récupérer de meilleures amplitudes articulaires. Les stations thermales ayant l’orientation en rhumatologie, tels que la station thermale de Châtel-Guyon, les thermes de Salies De Béarn ou encore les thermes de Bains les Bains sont aptes à vous recevoir dès la fin de votre rééducation et après l’avis de votre médecin.

La cure thermale à la suite d’une phlébite, une alliée pour prévenir les complications

La phlébite, aussi appelée thrombose veineuse profonde, est une pathologie à prendre au sérieux. En effet, elle est susceptible d’entraîner d’importantes complications. La réalisation d’une cure thermale, peu de temps après cet incident, permet de réduire les complications et les séquelles post-phlébite.

phlebite

Source photo : Thermes de Sarrailh, Dax.

Une phlébite est le résultat d’un caillou de sang obstruant une veine profonde dans les membres inférieurs, créant ainsi un blocage du flux sanguin. Celui-ci est redirigé en amont du caillot et une hyperpression se forme dans la zone concernée. Les phlébites touchent principalement les jambes, entrainant différents symptômes, tels que des œdèmes, des douleurs dans les mollets ainsi qu’une sensation de lourdeur dans les jambes. Toutefois, chez certains patients, aucun symptôme n’est visible, cela rend la pathologie difficile à détecter et augmente le risque de récidives et de complications (ulcères, varices, œdèmes, atrophies blanches et troubles cutanés…).  La réalisation d’une cure thermale après une phlébite permettra de limiter l’apparition de complications dans le temps, ou de limiter celes menaçant ou déjà présentes.

Un séjour en eau thermale est conseillé dans les 3 à 4 mois suivant une phlébite, après l’accord de votre médecin. Les cures thermales de 3 semaines sont remboursées par la sécurité sociale lorsque celles-ci sont prescrites par un professionnel de la santé (Médecin traitant, phlébologue ou angiologue). Elles permettent d’améliorer la santé et la qualité de la peau et du système circulatoire.

Durant un séjour en eau thermale, plusieurs soins vous seront dispensés. L’objectif est de bénéficier de toutes les vertus de l’eau (décongestionnante, tonifiante, phlébotonique) en fonction de vos besoins :

  • Le couloir de marche : Permet de réaliser un massage circulatoire des jambes, ainsi qu’un effet drainant entraîné par la marche à contre-courant.
  • La douche à pulvérisation des membres inférieurs : Permet de créer un massage léger des veines superficielles et d’améliorer le retour veineux.
  • L’aérobain local : C’est un bain individuel parcouru de bulles d’air comprimé. L’effet vibratoire des bulles d’air réalise un massage musculaire et circulatoire général. Cela permet d’améliorer la micro-circulation cutanée.
  • Application de compresses d’eau thermale : Des compresses imbibées d’eau thermale sont appliquées sur les zones définies par le médecin, cela permet de calmer les douleurs dues à l’insuffisance veineuse (crampes…)
  • Massage sous l’eau : Allongé sous une rampe d’eau thermale, le curiste bénéficie d’un massage doux, à visée circulatoire et drainante, pratiqué par un masseur-kinésithérapeute. Cela permet l’amélioration du retour veineux des jambes et d’assouplir les tissus.

En fonction des stations thermales et de la prescription de votre médecin de cure, vous pouvez également retrouver des soins tels que la douche de forte pression sous immersion en piscine, les bains de jambes, les bains carbo-gazeux, les cataplasmes de boue…

Les stations thermales spécialisées dans le traitement post-phlébite :

Station thermale de Evaux Les Bains

Station thermale de Aix Les Bains

Station thermale de Dax

Station thermale de Bagnole de l’Orne

Station thermale de Luz Saint Sauveur

Station thermale de La Léchère les Bains

Station thermale de Argelès Gazost

Station thermale de Balaruc Les Bains

Station thermale de Saubusse Les Bains

La phlébite est un problème médical qui doit être pris en charge par le corps médical du fait qu’elle peut avoir des conséquences graves lorsqu’elle se complique, par la migration d’un caillot sanguin dans les vaisseaux pulmonaires et engendrer une embolie pulmonaire.

Les épisodes d’insuffisance veineuse et leurs complications peuvent être soignés s’ils sont pris en charge suffisamment tôt. Toutefois, la prévention reste le meilleur des traitements. Si vous souffrez d’une insuffisance veineuse, vous pouvez réaliser une cure thermale en prévention afin d’éviter les diverses complications possibles. La cure thermale étant une approche globale de cette pathologie, différents conseils vous seront apportés afin de réagir au mieux face à cette pathologie.

Consulter les stations thermales traitant les problèmes de phlébologie.

Une cure thermale pour soulager les symptômes liés à la maladie de Charcot Marie Tooth.

La maladie de Charcot Marie Tooth est une maladie génétique héréditaire touchant progressivement les nerfs périphériques et les neurones moteurs. Cette affection évolutive entraine une importante perte de motricité. Il n’existe aucun traitement curatif à l’heure actuelle. La cure thermale viendra comme un traitement de confort afin de soulager les symptômes.

Source photo : Thermes de Lamalou Les Bains

Source photo : Thermes de Lamalou Les Bains

La maladie de Charcot Marie Tooth (CMT) touche autant les hommes que les femmes, les enfants que les adultes. Son apparition est variable au cours de la vie. Cependant elle est souvent diagnostiquée à l’enfance ou chez le jeune adulte en raison de divers problèmes :

  • De déformations des pieds,
  • De sensations anormales,
  • De la perte de la motricité fine

Le diagnostic final de cette pathologie est établi en combinant les caractéristiques cliniques à un test de conduction nerveuse.

L’évolution de cette pathologie est différente en fonction de chaque personne. En effet, la maladie de CMT est une pathologie lente et chronique, dont l’évolution ne peut pas être prédite.

Cette maladie peut affecter lourdement le quotidien des personnes en perturbant la mobilité. Elle entraine des chutes, des entorses, une difficulté à courir et à marcher, des rétractions tendineuses pouvant provoquer la mise en « griffe » des orteils et des doigts… L’évolution lente de la maladie permet toutefois de s’adapter progressivement.

Actuellement, aucun traitement curatif n’existe pour combattre cette maladie. Il existe uniquement des soins de confort. La cure thermale fait partie de cette catégorie. Il est vrai qu’elle ne permet pas de guérir l’affection neurologique mais permet néanmoins d’améliorer la qualité de vie des patients en ralentissant la progression de la maladie et du handicap.

Une cure thermale ayant une orientation en neurologie, en complément de soins médicaux, est d’autant plus intéressante et efficace lorsqu’elle est débutée tôt dans l’évolution de la maladie. Une cure thermale en neurologie a pour objectif de ralentir l’installation des symptômes et des douleurs qui leurs sont liées.

Durant les 3 semaines de cure thermale, le curiste reçoit différents soins à base d’eau thermale aux nombreuses vertus bénéfiques (antalgique, tonique, anti-inflammatoire…).

Au programme :

  • Bains avec ou sans douches sous-marine,
  • Douches au jet,
  • Pulvérisations,
  • Applications de boues,
  • Mobilisations et massages des membres sous l’eau.

Des cours de Gymnastique, des ateliers d’ergothérapie, de rééducation orthophoniste relaxation et sophrologie sont également au programme.
Il existe 3 établissements en France ayant l’orientation neurologie :

La Station thermale de Néris-les-Bains

La Station thermale de Ussat-les-Bains

 

Ainsi que la station thermale de Lamalou Les Bains, qui a mis en place une cure thermale spécifique à la maladie de CMT. Cela signifie que cette station, en plus de la cure thermale en neurologie, a mis en place un module spécifique proposant des soins spécifiques et adaptés à la pathologie.