Journée Mondiale du Sommeil – Le thermalisme, une aide incontestable

La journée mondiale du sommeil, dédiée à la sensibilisation,  se déroule ce vendredi 13 mars 2020. En effet, nombreuses sont les personnes à souffrir de troubles du sommeil chroniques, se répercutant sur la qualité de la vie quotidienne. De nombreuses solutions existent, toutefois la réalisation d’une cure thermale est une solution naturelle, douce et sans effet secondaire aidant les patients à retrouver les bras de Morphée.

Sommeil

Le sommeil est primordial pour le bon fonctionnement de l’organisme, pour le bien-être mental et physique. Un mauvais sommeil et/ou des insomnies chroniques sont à l’origine de nombreuses répercussions : stress, fatigue, trouble de l’humeur, envie excessive de manger, conséquences professionnelles…

Les causes de ce trouble sont nombreuses et des états tels que le stress et l’anxiété sont des facteurs aggravants. Il est important d’identifier l’origine de ce trouble afin de le soulager à sa source et ainsi éviter la mise en place d’un cercle vicieux (j’ai de l’anxiété, je stresse, je dors mal donc je vais ressentir une plus grande anxiété, puis un plus grand stress…).

>> Une cure thermale peut s’envisager :

  • lorsque les traitements médicamenteux ne font plus effet,
  • lorsque le patient souhaite trouver une alternative plus naturelle.

La médecine thermale a l’avantage de n’engendrer aucun effet secondaire sur l’organisme et de ne pas créer de dépendance, contrairement aux traitements médicaux classiques.

Prescrite par un médecin (traitant ou spécialiste), la cure thermale est une approche pluridisciplinaire qui permet de soulager cette pathologie dans sa globalité (tant sur le plan physique que psychologique).

La cure thermale est une solution douce et naturelle dont les effets ne sont plus à démontrer. La composition des eaux thermales riches en minéraux et oligo-éléments est réputée pour ses bienfaits dans la lutte contre les troubles du sommeil. Associée à un cadre relaxant, la cure thermale permet aux patients de retrouver calme, sérénité et d’évacuer toute l’anxiété accumulée en se coupant des habitudes quotidiennes.

 >> Lors d’un séjour en cure thermale, on retrouvera :

  • Un suivi médical régulier avec le médecin de cure,
  • Une prise en charge thermale quotidienne (douche, piscine, cure de boisson…) favorisant la détente, la relaxation et le bien-être,
  • Une prise en charge psychologique au travers de différents ateliers mis en place au sein de la cure thermale (entretiens individuels ou en groupes, ateliers de relaxation et de détente).
  • Une incitation à la pratique sportive.

L’objectif de cette prise en charge de 3 semaines est d’identifier l’origine des insomnies tout en réduisant le stress généré.  A la suite d’un séjour en eau thermale, le patient retrouvera calme et sérénité.

Afin de prolonger les effets bénéfiques de l’eau thermale dans le temps et de réduire sa prise de médicament (voire de l’arrêter sur avis médical), il est conseillé de renouveler la cure thermale sur plusieurs années.

En France, 3 stations proposent des cures thermales dédiées au sommeil :

> L’établissement de Saujon, situé en Charente-Maritime, est spécialisé dans le traitement des troubles psychologiques et de l’anxiété depuis 1860. Vous bénéficiez de soins thermaux adaptés à cette pathologie et d’un suivi médical personnalisé. De plus, depuis 2017, l’Ecole thermale du stress propose un stage  « Retrouver un sommeil naturel  » avec des ateliers psycho-éducatifs spécifiques et des séances de relaxation. L’objectif du stage est de mieux comprendre son sommeil, d’identifier les causes de son dysfonctionnement et d’acquérir des outils permettant de retrouver un sommeil naturel.

> L’établissement de Néris-Les-Bains, situé en Auvergne, utilise une eau hyperthermale oligométallique, bicarbonatée et sulfatée sodique faible, idéale dans le traitement des troubles du sommeil. La cure thermale pour les troubles du sommeil de Néris-Les-Bains est recommandée aux insomniaques. Son objectif est de déterminer les origines des troubles afin d’apprendre à les gérer. En complément, l’établissement de Néris-Les-Bains a mis en place le séjour GE-NERIS, disponible uniquement à certains dates, destiné aux personnes stressées, souffrant d’anxiété et/ou de troubles du sommeil. Combinant soins thermaux et activités complémentaires, ce séjour vise à apporter un traitement doux pour permettre aux personnes de redevenir pleinement actrices de leur santé.

> L’établissement thermal de Bagnères-de-Bigorre, situé dans les Hautes-Pyrénées propose une cure thermale en affections psychosomatiques. Cette cure thermale peut agir efficacement et en douceur sur les troubles du sommeil. Elle a pour intérêt principal de réduire l’anxiété ; permettant ainsi de dénouer les tensions créées par le stress, souvent cause d’insomnie. Elle crée un changement salutaire permettant au curiste de changer d’univers pendant 3 semaines, de rompre avec ses habitudes et de mettre de côté ses soucis quotidiens.
Profiter des effets sédatifs et myorelaxants de la thermalité, se laisser « cocooner » par des soignants expérimentés,  bénéficier d’une écoute, d’un confort et d’un mieux-être, sont autant d’éléments propices à une meilleure qualité de sommeil.

Pensez à la mini-cure thermale « sommeil »

D’un format plus court, la mini-cure thermale s’adapte plus facilement à l’emploi du temps des personnes actives. D’une durée de 3, 6 ou 12 jours, des établissements thermaux proposent une mini-cure thermale dédiée au sommeil :

> Les Thermes de Molitg-les-Bains

> Les Thermes de Bourbon-l’Archambault 

 

 

La cure thermale nocturne : une solution adaptée à la vie active

Le thermalisme est une médecine naturelle qui se base sur les vertus des oligo-éléments et des minéraux présents dans l’eau thermale. Réaliser une cure thermale demande du temps, parfois délicat à trouver. Certaines stations thermales ont donc mis en place des séjours adaptés aux actifs.

Source photo : https://www.chainethermale.fr/

Source photo : https://www.chainethermale.fr/

Afin d’être prise en charge par la sécurité sociale, une cure thermale conventionnée doit durer 21 jours. Cependant, le rythme de vie, l’activité professionnelle, les enfants à charge ou certaines obligations personnelles ne permettent pas à tous les patients de suivre une cure thermale.
Dans cette situation, pourquoi ne pas opter pour une cure thermale nocturne ?

Pour permettre à chacun de bénéficier des vertus d’une cure thermale, certains établissements thermaux français ont mis en place des cures nocturnes, durant certaines périodes de l’année.
Le principe est de réaliser une cure thermale conventionnée, en fonction de votre orientation thérapeutique, sur un créneau s’étalant entre 17h et 20h.

Démarches et prise en charge 

Une cure thermale nocturne est accessible aux mêmes conditions qu’une cure thermale conventionnée, se déroulant en journée.
Pour en savoir plus concernant les démarches et les modalités de prise en charge pas l’Assurance maladie et les mutuelles, n’hésitez pas à consulter notre article :

 

> Prise en charge et démarches pour partir en cure thermale <

 

Les établissements thermaux proposant une cure thermale nocturne :

Les Thermes Chevalley d’Aix-les-Bains
Les Thermes d’Amnéville-les-Thermes
Les Thermes d’Amélie-les-Bains
Les Thermes de Bourbon-l’Archambault
Les Thermes de Challes-les-Eaux
Les Thermes de Cransac
Les Thermes des Arènes dans la station thermale du Grand Dax
Les Thermes du Régina dans la station thermale du Grand Dax
Les Thermes Sarrailh dans la station thermale du Grand Dax
Les Thermes d’Eugénie-les-Bains
Les Thermes de Jonzac
Les Thermes de Saint-Amand-les-Eaux
Les Thermes de Saint-Honoré-les-Bains
Les Thermes des Chênes dans la station thermale du Grand Dax
Les Thermes de Royat-Chamalières
L’établissement thermal Les Thermes dans la station thermale du Grand Dax

Les cures nocturnes permettront aux personnes résidant à proximité de ces villes de réaliser une cure thermale conventionnée après leurs journées de travail.
Généralement, les cures thermales nocturnes sont disponibles uniquement durant certaines périodes, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de l’établissement de soins qui vous convient.

La certification AQUACERT HACCP Thermalisme

 

Le thermalisme est une médecine naturelle qui se base sur l’exploitation des vertus thérapeutiques (anti-inflammatoires, apaisantes, décontractantes, cicatrisantes, calmantes et antalgiques…) de l’eau thermale, des boues, des gaz et des vapeurs. Les bienfaits de l’eau thermale permettent de prendre en charge 12 orientations thérapeutiques reconnues par l’Assurance-maladie. Afin de bénéficier des vertus de l’eau thermale, un médecin (traitant ou spécialiste) doit prescrire une cure thermale conventionnée dans l’un des 110 établissements thermaux français. Chaque station thermale, en fonction de la qualité de ses sols et du trajet souterrain de l’eau, sera indiquée dans le traitement de pathologies chroniques spécifiques.

Logo certification AQUACERT HACCP

 

L’hygiène et la sécurité sanitaire sont au cœur des préoccupations des établissements thermaux. En effet, ceux-ci sont amenés à accueillir des personnes à risques dans un environnement particulier.
Afin d’être utilisée à des fins médicales, l’eau thermale doit être préservée dans son état de pureté originelle, ne présenter aucune contamination (microbiennes ou bactériologiques) et ne subir aucun traitement.  Les établissements thermaux français sont donc soumis à d’importantes normes d’hygiène afin de limiter les différents risques de contamination durant son cheminement, du point de forage jusqu’à son utilisation au niveau des cabines de soins.
Les différents risques sanitaires et microbiologiques peuvent provenir de l’eau, des usagers ou d’une mauvaise pratique du personnel soignant. La mise en place de procédures spécifiques est donc nécessaire afin d’écarter les risques. Des contrôles et des prélèvements sont effectués quotidiennement.

Afin de garantir aux usagers une sécurité sanitaire optimale, certains centres thermaux ont fait la démarche volontaire pour obtenir la certification AQUACERT HACCP Thermalisme. Cette certification permet d’identifier, d’évaluer, d’analyser, de maitriser et de prévenir les risques liés à la contamination de l’eau thermale.

Cette certification française a été mise au point par un groupe d’experts, de scientifiques et de professionnels des eaux minérales. Ils ont été accompagnés par des représentants d’associations de consommateurs ainsi que par le Ministère de la Santé afin d’établir un Guide des bonnes pratiques.

Cette certification innovante se base sur :

  • l’analyse du système de management par la qualité,
  • les compétences du personnel,
  • le suivi des protocoles de soins,
  • la traçabilité des produits thermaux utilisés (boues),
  • l’hygiène et la propreté de l’établissement.

Afin de garantir ce gage de qualité et de sécurité sanitaire optimale, les établissements thermaux ayant obtenus cette certification sont soumis à des audits et un suivi annuel par un tiers indépendant certifié.
En France, vous retrouverez les normes AQUACERT HACCP Thermalisme dans les établissements des villes thermales suivants :

Les thermes d’Avène-les-Bains
Les thermes de La Roche-Posay
Les thermes de Vichy
Les thermes de Chaudes-Aigues
Les thermes de Saint-Gervais-les-Bains
Les thermes  de Vernet-les-Bains
Les thermes de Rochefort
Les thermes d’Évian-Les-Bains
Les thermes  de Saujon
Les thermes de Salies-de-Béarn
Les Grands Thermes de Bagnères-de-Bigorre
Les thermes  de La Léchère-les-Bains
Les thermes d’Évaux-Les-Bains
Les thermes d’Évian-Les-Bains
Les thermes de Châtel-Guyon
Les thermes de Bagnères-de-Luchon
Les thermes Borda- Station thermale du Grand-Dax
Les thermes Bérot – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes DaxAdour – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes des Arènes – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes Foch – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes des Bains-Saint-Pierre – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes des Bains Sarrailh – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes Des Écureuils – Station thermale du Grand-Dax
Les Thermes – Station thermale du Grand-Dax
Les thermes de Saubusse-les-Bains
Les thermes de Néris-les-Bains
Les Grands Thermes de La Bourboule
Les thermes de Royat-Chamalières
Les thermes de Cambo-les-Bains

 

La norme AQUACERT HACCP est devenue un standard international. On la retrouve maintenant sur les 5 continents. Pour plus d’informations sur cette certification : www.aquacert-certification.com

 

L’Education Thérapeutique du Patient pendant une cure thermale. Pourquoi et pour qui ?

L’éducation thérapeutique du patient (ETP) a été définie en 1998 par l’Organisation Mondiale de la Santé comme étant un « processus continu, intégré dans les soins et centré sur le patient ». Ces programmes s’adressent aux patients atteints d’une maladie dite « chronique » et se déroulent en parallèle des soins d’une cure thermale.

Groupe de discussion

De nombreuses personnes souffrent d’une maladie chronique, c’est-à-dire d’une maladie nécessitant de nombreuses années de soins. Dans certains cas, les patients se retrouvent face à une inefficacité dans la prise en charge médicale et pharmaceutique de leur pathologie. La cure thermale peut alors constituer une alternative à la médecine classique grâce aux effets antalgiques, anti-inflammatoires et décontractants de l’eau thermale.
La participation à un programme d’ETP, en parallèle d’une cure thermale, permet  d’accompagner le patient dans l’apprentissage de gestes adaptés.

Un programme d’Éducation Thérapeutique pour le Patient : c’est quoi ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, « l’Education Thérapeutique du Patient vise à aider les patients à acquérir des compétences dont ils ont besoin pour gérer leur vie avec une maladie chronique. Elle comprend des activités organisées y compris un soutien psychosocial, conçues pour rendre les patients conscients et informés des soins et des comportements liés à leur maladie ».

Le programme d’Éducation Thérapeutique est constitué de différentes étapes et de différents ateliers réalisés par des professionnels multidisciplinaires.
On retrouvera :

  • Un premier entretien privé permettant d’établir un 1er bilan et un programme adapté au patient afin de répondre à ses besoins et ses attentes.
  • Des activités thérapeutiques individuelles.
  • Des activités thérapeutiques de groupe afin de réunir des personnes ayant des caractéristiques communes vis-à-vis de leur maladie. Cela permettra de créer des situations de partage et d’échange d’expériences.
  • Un soutien psychosocial conçu pour rendre les patients conscients et informés de leur maladie.
  • Des séances afin d’évaluer la progression du patient dans la compréhension de sa maladie.
  • Un bilan éducatif.

L’ensemble des ateliers a pour objectif de faire comprendre au patient sa maladie par l’acquisition de compétences (savoir sur sa pathologie et les traitements liés) et de gestes adaptés (pratique d’une activité physique, alimentation adaptée, gestion du stress). Cela permet de rendre le patient acteur de sa maladie et donc plus autonome.
A la suite d’un séjour en cure thermale et du suivi d’un programme d’ETP, le patient retrouve une certaine qualité de vie personnelle et professionnelle.

Quels sont les différents programmes d’ETP ?

Les programmes d’ETP font l’objet d’une autorisation par l’Agence Régionale de Santé (ARS) et sont encadrés par différentes lois et décrets.
La prescription de l’ETP, en parallèle d’une cure thermale, pour un patient souffrant d’une maladie chronique devrait devenir plus fréquente de la part des médecins. En effet, l’ETP présente de meilleurs résultats lorsqu’il se déroule durant une cure thermale. Cela est notamment dû au cadre de vie différent qui éloigne le patient de son quotidien, de ses soucis et du stress. Il est donc plus reposé, plus à l’écoute et donc plus enclin à réaliser un travail sur lui-même et sa maladie. Les établissements thermaux sont des lieux permettant de réunir des patients ayant la même pathologie durant plusieurs semaines, conduisant à des discussions entre eux afin de recroiser les différents témoignages.

Les professionnels du thermalisme ont conçu des programmes spécifiques pour certaines maladies chroniques.
Ci-après une liste des programmes certifiés par l’Agence Régionale de Santé en fonction des pathologies :

L’asthme :

  • Les thermes de La Bourboule

L’insuffisance veineuse chronique :

 Le syndrome métabolique :

La fibromyalgie :

La polyarthrite rhumatoïde : 

  • Les thermes de Barbotan-les-Thermes

Les pathologies dermatologiques :

La maladie de Parkinson : 

  • Les thermes d’Ussat-les-Bains

Le post-cancer :

Comment participer à un programme d’ETP ?

L’Éducation Thérapeutique du Patient se déroule les après-midis, après les soins thermaux.
Généralement, ces programmes se réalisent sur inscription en raison des dates fixes et du nombre de places limité. La demande de réservation se fait auprès de l’établissement thermal qui pourra, dans certains cas, demander un certificat médical.

Une cure thermale conventionnée dans l’une des 12 orientations thermales est prise en charge, partiellement, par l’Assurance-maladie si elle est prescrite par un médecin traitant ou spécialiste (rhumatologie, ORL, dermatologue, oncologue, phlébologue…). Cependant, les programmes complémentaires ne sont pas pris en charge par l’Assurance-maladie mais ils peuvent toutefois faire l’objet d’un remboursement auprès d’une assurance complémentaire ou une mutuelle.

Movember, le symbole annuel d’une lutte contre le cancer chez l’homme.

Après le mois d’octobre « Rose » dédié au cancer du sein chez la Femme, le mois de « Movember » est consacré à la sensibilisation sur les cancers, la santé mentale et le suicide chez l’Homme.

movember copy

Chaque année, en novembre, a lieu Movember, un événement caritatif qui invite les homme à se faire pousser la moustache pour la bonne cause : sensibiliser le grand public aux maladies masculines (cancer de la prostate, cancer des testicules, santé mentale et suicide) et récolter des dons pour la recherche. En effet, « les hommes meurent six ans plus tôt que les femmes. Pour des raisons qui peuvent être largement évitées ». (Source : fr.movember.com)

La réalisation d’une cure thermale permet d’accompagner le patient dans sa convalescence, tant sur le plan physique que psychologique.

La cure thermale post-cancer

Chaque année en France, plus de 70 000 hommes sont touchés par le cancer de la prostate et 2 000 par le cancer des testicules. La réalisation d’une cure thermale permettra d’apporter du soutien aux patients tout en réduisant les effets secondaires laissés par les traitements parfois lourds.

Durant un séjour en cure thermale conventionnée, le patient recevra différents soins quotidiens à base d’eau thermale minérale (hydrothérapie) et de boue (pélothérapie). Les nombreux minéraux et oligo-éléments contenus dans les eaux permettront à la peau de retrouver un meilleur aspect, de réhydrater les muqueuses asséchées et de stimuler la repousse des ongles et des cheveux.

Des stations thermales comme Saint-GervaisUriage-Les-BainsAvène-Les-BainsLa Bourboule se sont spécialisées dans les cures thermales post-cancers. D’autres établissements  comme Luz-Saint-SauveurArgelès-GazostLa Léchère-Les-Bains ou Aix-Les-Bains se sont spécialisés dans les traitements du lymphœdème.

La cure thermale post-cancer doit faire l’objet d’une prescription par un médecin traitant ou spécialiste (oncologue, urologue). Cette prescription permettra une prise en charge partielle de la cure thermale conventionnée par l’Assurance-maladie.

Une cure est un traitement de confort. Elle ne doit en aucun cas se substituer à une prise en charge médicale.

À savoir : un cancer en évolution est une contre-indication à la réalisation d’une cure thermale.

Une cure thermale pour la prise en charge de la santé mentale

La médecine thermale est également indiquée dans la prise en charge des troubles psychosomatiques. En France, 5 stations thermales proposent l’orientation thérapeutique en affections psychosomatiques : les thermes de Néris-les-Bains, les thermes de Bagnères-de-Bigorre, les thermes de Saujon, les thermes d’Ussat-les-Bains et les thermes de Divonne-les-Bains.

Les soins thermaux dispensés durant cette cure thermale permettent de prendre en charge  :

Lors d’une cure thermale en affections psychosomatiques, différents ateliers et un accompagnement psychologique par des professionnels aident le curiste à retrouver un équilibre émotionnel.

Alors Messieurs, laissez pousser votre moustache et osez l’arborer en ce mois de novembre. Faites vous dépister et sensibilisez votre entourage sur son importance. Un dépistage précoce permet la mise en place d’un traitement ayant une forte probabilité de réussite.

Chaque année, durant le mois de novembre, de nombreux événements sont organisés pour soutenir la recherche et récolter des dons : concerts, courses à pied, soirées et journées à thèmes…
N’hésitez pas à vous renseigner sur les manifestations proches de chez vous.

« Le moi(s) sans tabac ? » La cure thermale pour arrêter de fumer, fallait y penser.

 Novembre est le traditionnel « moi(s) sans Tabac » qui est un défi national pour arrêter de fumer en 30 jours. Si vous avez déjà essayé d’arrêter de fumer en utilisant les moyens traditionnels (patch, cigarette électronique, hypnose, chewing-gum) et qu’ils ont échoué sur le long terme, pourquoi ne pas se tourner vers un séjour en cure thermale ?

Mois sans tabac et cure thermale

 

La médecine thermale est une approche globale.
Le nombre de personnes souhaitant arrêter de fumer est en constante augmentation (60% selon tabac info service). Certaines stations thermales ont donc mis en place des séjours de « sevrage tabagique » afin d’accompagner les personnes dans leurs démarches.

Un séjour en cure thermale repose sur l’association :

  • de différents soins thermaux qui ont pour objectif de réduire le stress et l’anxiété chez le fumeur, tout en apaisant les parties de son corps exposées au tabac.
  • d’ateliers, de conférences et de rendez-vous avec une multitude d’intervenants pluridisciplinaires (tabacologue, sophrologue, diététicien, coach sportif) afin d’aider la personne à adopter une meilleure hygiène de vie face à l’addiction.

L’addiction au tabac 
Le tabac agit comme une drogue sur l’organisme en raison de la nicotine qui entraîne une rapide dépendance.
Cette addiction se traduit par plusieurs symptômes :

  • une sensation de manque,
  • un besoin de tabac lors d’une situation de stress,
  • un réflexe créé par un mécanisme d’habitude.

Étant composé de très nombreuses substances, le tabac a des effets négatifs sur l’organisme dès qu’il est inhalé. La cigarette, qu’elle soit industrielle ou roulée, est l’un des premiers facteurs de risque de cancers.

Les effets du tabac sont sournois. Ils mettent de très nombreuses années à apparaitre chez le fumeur ou chez son entourage. Il n’existe pas de « petit » ou « grand » fumeur, le contact avec les différentes substances inhalées entraine d’importants soucis au niveau des différents organes (les poumons, le cœur, la langue, la gorge mais également la vessie ou la peau).

End of smoking

Thermalisme et sevrage tabagique

Face aux effets néfastes du tabac sur l’organisme, des stations thermales ont mis en place des mini-cures thermales ou des modules complémentaires dédiés au sevrage tabagique.

Ce type de séjour vise :

  • à favoriser le bien-être mental et physique dans le but de diminuer le « besoin » en nicotine,
  • à réduire le stress et l’anxiété,
  • à soulager les parties du corps exposées aux effets du tabac,
  • à retarder l’installation de maladies chroniques.

Plusieurs stations thermales françaises proposent des cures thermales non conventionnées dédiées aux personnes souhaitant poursuivre leur processus de sevrage. Leurs indications sont adossées aux orientations thérapeutiques, à leur savoir-faire ainsi qu’à la composition des eaux minérales utilisées.

En plus des soins d’eaux, différents programmes sont proposés (activités sportives, cours de sophrologie, participation à des conférences) afin d’accompagner le patient. En sus, la mise en place d’un programme alimentaire  est fréquente car l’arrêt du tabac peut participer à une augmentation de l’appétit, voire une possible prise de poids.

Les stations thermales prenant en charge le sevrage tabagique 

Ces séjours commencent généralement par un rendez-vous chez un tabacologue afin d’évaluer la situation de départ de chaque fumeur.

La station thermale du Boulou, spécialisée dans les maladies cardio-vasculaires, propose un module complémentaire en parallèle de la réalisation d’une cure thermale conventionnée de 3 semaines. Les soins dispensés se focaliseront autour du cœur et des artères afin de favoriser la circulation sanguine.

Les stations thermales de la Bourboule, de Cambo-les-Bains, de Saint-Amand-les-Eaux, d’Amélie-les-Bains, de Préchacq-les-Bains ou de Saint-Honoré-les-Bains proposent un module complémentaire se réalisant en parallèle de la cure thermale conventionnée en voies respiratoires.

Les stations thermales de Challes-les-Eaux et de Bagnères-de-Luchon, spécialisées dans le traitement des troubles des voies respiratoires, proposent quant-à-elles des cures courtes (d’une durée de 6 jours) ayant pour objectif de soulager les muqueuses respiratoires.

L’établissement thermal de Castera-Verduzan, reconnu pour la qualité de ses eaux dans la prise en charge des affections des muqueuses bucco-linguales ainsi que des affections digestives et maladies métaboliques, propose un court séjour d‘initiation au sevrage tabagique. Cette cure libre d’une durée de 6 ou 12 jours permet d’accompagner en douceur le curiste dans la décision de se libérer du tabac.

Source photo : www.chainethermale.frCure thermale Cambo les Bains

Source photo : www.chainethermale.fr
Cure thermale Cambo-les-Bains

La cure et le cadre de vie des villes thermales constituent un environnement propice à l’arrêt du tabac. Le patient se retrouve loin de sa vie quotidienne et de toutes sources de stress. Contrairement à d’autres méthodes médicamenteuses de sevrage, la réalisation d’un séjour en eaux thermales est naturelle, bénéfique pour l’organisme et sans effet secondaire.

La mini-cure thermale et les modules complémentaires ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale et de ce fait, ne peuvent pas être remboursés. Les mini-cures sont donc accessibles sans prescription médicale.

 

Comment réduire son cholestérol grâce à l’eau thermale ?

Le thermalisme est une médecine naturelle reconnue depuis des siècles pour ses nombreuses vertus. Saviez-vous qu’il était également préconisé dans la prise en charge du cholestérol ?

Source : www.thermes-de-vichy.fr

Source : www.thermes-de-vichy.fr

Le cholestérol est une graisse naturelle indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Toutefois, un taux trop important n’est pas conseillé. Le taux de cholestérol est analysé lors de la réalisation d’un bilan lipidique mesurant notamment le cholestérol HDL et LDL, le « bon et mauvais » cholestérol.
Le cholestérol peut contribuer au développement de plusieurs pathologies sur le long terme (AVC, infarctus du myocarde), principalement lorsqu’il s’ajoute à d’autres facteurs tels que l’obésité, la sédentarité, l’insuffisance cardiaque, l’absence d’activité sportive ou un régime alimentaire non adapté.
Afin de réduire le taux de cholestérol, la réalisation d’une cure thermale peut être envisagée. Elle permettra d’accompagner globalement et durablement le patient dans sa démarche.

Le thermalisme est une prise en charge globale qui se base sur :

1 – Les vertus des eaux thermales

Le thermalisme est une médecine alternative qui tire ses bienfaits des eaux minérales thermales chaudes. Après un long trajet souterrain, les eaux se chargent en minéraux et oligo-éléments aux multiples vertus (diurétique, dépurative, laxative, tonifiante, anti-inflammatoire, antalgique). L’ensemble des vertus des eaux est alors utilisé au travers de soins thermaux spécifiques.

Source photo : Thermes de Vichy, Thermes d'Aulus, Thermes de Contrexéville.

Source photo : Thermes de Vichy, Thermes d’Aulus, Thermes de Contrexéville.

2- La qualité des soins

Le savoir-faire des équipes thermales dans la réalisation des soins thérapeutiques est essentiel.
Au programme, des soins d’hydrothérapies internes (cure de boisson) et externes (bain local, douche générale, massage et modelage sous eau thermale, cataplasme de boue thermale) qui sont adaptés à chaque patient.
Outre les soins thermaux, certains établissements proposent des programmes d’Éducation Thérapeutique du Patient, des ateliers diététiques, des conférences ou encore des activités physiques. Ces programmes et modules complémentaires, faisant intervenir des professionnels multidisciplinaires, aident les patients à mieux gérer leur quotidien dans la durée.

3 – Le cadre de la cure

Le cadre de la cure thermale fait partie à part entière du processus du soin. En effet, celui-ci permet d’éloigner le patient de son quotidien et ainsi de le couper avec ses habitudes et ses soucis. Véritable parenthèse de bien-être et de détente, celui-ci motive les patients à reprendre une activité sportive régulière et à adopter un mode de vie plus sain et adapté.

La cure thermale conventionnée est une prise en charge médicale. Elle doit faire l’objet d’une prescription, par un médecin traitant ou spécialiste, afin d’être partiellement prise en charge par l’assurance-sociale.
Vous souhaitez bénéficier des bienfaits de l’eau thermale pour réduire votre cholestérol ?
Rendez-vous dans l’un des établissements thermaux français ayant l’agrément en « Affections Digestives et maladies métaboliques (AD) » ou en « Affections Urinaires et maladies métaboliques » (AU) et prenant en charge cette affection :

La station thermale de Contrexéville
La station thermale de Capvern-les-Bains
La station thermale d’Aulus-les-bains
La station thermale de Brides-les-Bains
La station thermale de Montrond-les-Bains
La station thermale de Vals-les-Bains
La station thermale de Vichy
La station thermale d’Eugénie-les-Bains
La station thermale du Boulou

A l’heure actuelle, les traitements médicaux (notamment à base de statines) visant à diminuer le taux de mauvais cholestérol (LDL) au profit du bon (HDL) sont remis en cause, tant au niveau de leur efficacité que de leurs effets secondaires.
La réalisation d’une cure thermale ajoutée à une bonne hygiène de vie, à la pratique d’une activité physique et à l’arrêt du tabac semble être une démarche adaptée, bénéfique et efficace.
A savoir : une cure thermale peut également être préconisée dans les cas d’obésité, de surpoids, de diabète de type II, de syndrome métabolique ou bien de maladies cardio-artérielles.

 

Le thermalisme pour apaiser les séquelles du zona

Le zona est une infection virale pouvant laisser, dans certains cas, de douloureuses séquelles. La médecine thermale se présente alors comme une alternative naturelle permettant de soulager les douleurs.

Source photo :  www.santemagazine.fr

Source photo : www.santemagazine.fr

Le zona

Le zona est une infection virale due à la réactivation du virus de la varicelle. Il entraine l’apparition de vésicules rouges localisées, de la fièvre ainsi que des maux de tête.  Ces lésions peuvent être suivies d’une diffusion virale dans les nerfs sensitifs, responsable de lésions neurologiques expliquant les douleurs qui précèdent, accompagnent et persistent après l’éruption. Une consultation médicale est indispensable afin de mettre en place un traitement adapté et ainsi éviter toutes complications. Dans la majeure partie des cas, le zona disparait au bout de quelques semaines.

Toutefois, chez certaines personnes, des douleurs intenses persistent après la guérison, on parlera alors de névralgies zostériennes.Des traitements médicaux sont mis en place afin de contenir les séquelles mais leur efficacité reste limitée. La cure thermale est alors une solution intéressante dans la prise en charge de ces douleurs.

 

Pourquoi faire une cure thermale « neurologie »  à la suite d’un zona ?

La réalisation d’une cure thermale en « neurologie » est une alternative naturelle qui n’aura aucun effet secondaire sur l’organisme. Elle permettra de soulager les douleurs chroniques dans les zones où les éruptions cutanées sont survenues.

Durant la cure thermale, plusieurs soins à base d’eau thermale seront mis en place afin d’apaiser les douleurs du patient :

  • Bains avec ou sans douches sous-marine,
  • Douches au jet,
  • Pulvérisations,
  • Applications de boues,
  • Mobilisations et massages des membres sous l’eau.

 

Où faire une cure thermale en France, à la suite d’un zona ?

En France, 2 stations thermales prennent en charge les séquelles de zona :

Les thermes d’Ussat-les-Bains

Les thermes de Néris-les-Bains

 

Le thermalisme, une aide précieuse pour les patients atteints de la Maladie de Parkinson

« Vivre avec Parkinson » à l’occasion de la journée mondiale dédiée à cette maladie.

Comme chaque année, le 11 Avril est dédié à la maladie de Parkinson. A l’occasion de cette journée mondiale, l’association France Parkinson organise des conférences et des rassemblements à travers toute la France. La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative touchant le système nerveux central et entraîne des troubles moteurs évolutifs. La réalisation d’une cure thermale, par les nombreuses vertus des eaux, permet aux patients de stimuler leur mobilité.

parkinson

Aujourd’hui en France, plus de 200 000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson. La médecine traditionnelle actuelle a mis en place des traitements efficaces, mais qui, toutefois, ne permettent pas de la guérir. Ces traitements ont pour objectif de ralentir l’évolution de la maladie tout en réduisant les symptômes induits tels que :

  • Les tremblements de repos (interviennent au repos et disparaissent lors de mouvements),
  • L’akinésie (lenteur dans l’initialisation et la coordination des mouvements),
  • L’hypertonie (tension et raideur des muscles, parfois douloureuse).

L’ensemble de ces symptômes entraîne d’importantes difficultés dans la marche et dans les mouvements du quotidien, s’accompagnant de troubles de la parole et de l’écriture.

La cure thermale est une médecine complémentaire, naturelle et sans effet secondaire sur l’organisme. Elle peut être prescrite par le médecin traitant ou le neurologue, et se réalisera dans l’un des 3 établissements français ayant l’agrément en « Neurologie ».

Pourquoi faire une cure thermale, lorsqu’on est parkinsonien ?

La cure thermale est un traitement complémentaire qui ne doit pas se substituer à un traitement ni à un suivi médical régulier. La décision de partir en cure thermale « Parkinson » est prise dès lors que les traitements médicaux ne s’avèrent plus suffisants ou que le patient en émet le souhait.  Le départ en cure thermale est une démarche qui se réalise avec l’accord du médecin (traitant ou neurologue).  L’avantage d’une cure thermale est que celle-ci sera adaptée à chaque patient en fonction de l’avancée de sa maladie et de ses besoins. Le patient sera suivi tout au long de sa cure par un médecin thermal.

La cure thermale est une prise en charge globale.

Les eaux thermales, aux vertus antalgiques et antispasmodiques, utilisées au travers de soins très spécifiques, permettent :

  • de réduire considérablement les douleurs,
  • de réduire les contractures des muscles,
  • de réduire l’anxiété et le stress.

Les soins en immersion, encadrés par des kinésithérapeutes, permettent de stimuler la mobilité et de conserver une certaine autonomie.

En parallèle des soins à base d’eau, la cure thermale « parkinson » prévoit différentes activités. L’objectif étant de permettre aux patients une meilleure compréhension de leur maladie, d’adapter au mieux leur quotidien tout en échangeant avec des personnes dans le même cas.

Trois stations thermales proposent des cures « spécial Parkinson » pour lutter contre la rigidité et améliorer la motricité :

La station thermale de Lamalou-les-Bains, dans l’Hérault. Cette cure thermale est proposée en partenariat avec le CHU de Montpellier.

Les thermes de Ussat-les-Bains, en Ariège. Cette cure thermale est proposée en partenariat avec le CHU de Toulouse-Purpan.

L’établissement thermal de Néris-les-Bains, dans l’Allier.

Ces 3 établissements offrent également des activités en concertation avec l’association France Parkinson, afin d’aider au mieux les patients dans la prise en charge de leur pathologie au quotidien.

 

 

 

L’Etude Thermarthrose démontre l’efficacité de la cure thermale dans le traitement de l’arthrose du genou.

De nombreux patients suivant une cure thermale en « rhumatologie » viennent soulager leur l’arthrose, plus particulièrement celle affectant les cartilages du genou. Mais quels sont les véritables bienfaits scientifiques de la cure thermale sur le traitement de ce type d’affection ? Les résultats sont-ils réellement au rendez-vous ? C’est ce que l’étude scientifique Thermarthrose a voulu démontrer.

Source : Communiqué de presse – Résultat de l’essai clinique Afreth.

Etude Thermarthrose

Dans la continuité de notre article présentant l’étude MAATHERMES, nous allons voir au travers de l’étude Thermarthrose comment le thermalisme vient en aide aux patients atteints d’arthrose du genou (ou gonarthrose).

La gonarthrose est une des principales affections articulaires des membres inférieurs de nature mécanique. Elle est due à une usure progressive du cartilage protégeant l’articulation du genou. La gonarthrose se manifeste par des douleurs articulaires au moment de la marche, dans les escaliers ou après une position assise prolongée. Ces douleurs, au fur et à mesure du temps, limitent les mouvements et par conséquent la qualité de vie et le confort du patient.

Le traitement thermal dédié à cette pathologie repose principalement sur des pratiques de crénothérapie (soins à base d’eau thermale), d’applications de boues et vapeurs thermales et des soins de kinésithérapie. L’Afreth (Association Française des établissements thermaux) a réalisé en 2009 une étude visant l’évaluation de la cure thermale dans le traitement de l’arthrose.

L’étude

L’étude Thermarthrose a évalué l’ASMR (Amélioration du Service Médical Rendu) de la cure thermale dans le traitement de la gonarthrose. Cette étude a pour objectif d’apporter une preuve scientifique solide de l’efficacité de la prise en charge thermale dans cette pathologie. À ce jour, il s’agit du plus important essai contrôlé réalisé en médecine thermale.

Méthodologie

Cette étude a été effectuée sur 462 patients, répartis de façon aléatoire en 2 groupes, dans trois centres thermaux (Les thermes de Aix les Bains, Les thermes de Balaruc-Les-Bains, Les établissements thermaux de Dax).

  • Le groupe témoin : il a suivi le traitement habituel prescrit afin de soulager cette pathologie. Ce traitement a été complété par un programme d’auto-exercices validé et recommandé à effectuer 3 fois par jour.
  • Le groupe expérimental : Ce groupe a reçu le traitement habituel et le programme d’auto-exercices validé et recommandé à effectuer 3 fois par jour. En complément, des soins thermaux durant 18 jours ont été prescrits.

Résultats et conclusion

L’analyse de l’efficacité de la cure thermale a été observée à différents stades, après 3 mois, 6 mois et 9 mois par des médecins indépendants. Ces médecins ont noté, entre autres, une amélioration significative des douleurs et des capacités fonctionnelles chez les patients ayant reçu un traitement à base d’eau thermale, par rapport au traitement non chirurgical habituel. De plus, cette amélioration se maintient stable au 9e mois chez 50% des curistes.

L’étude Thermarthrose a donc su démontrer l’effet thérapeutique de la prise en charge en cure thermale et cela, de façon statistique et officielle.

Afin de bénéficier de l’ensemble des bienfaits de l’eau thermale sur le long terme, il est conseillé de réaliser une cure thermale plusieurs années de suite.

Pour consulter l’ensemble de cette étude, cliquez ICI.