Le thermalisme, une aide précieuse pour les patients atteints de la Maladie de Parkinson

« Vivre avec Parkinson » à l’occasion de la journée mondiale dédiée à cette maladie.

Comme chaque année, le 11 Avril est dédié à la maladie de Parkinson. A l’occasion de cette journée mondiale, l’association France Parkinson organise des conférences et des rassemblements à travers toute la France. La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative touchant le système nerveux central et entraîne des troubles moteurs évolutifs. La réalisation d’une cure thermale, par les nombreuses vertus des eaux, permet aux patients de stimuler leur mobilité.

parkinson

Aujourd’hui en France, plus de 200 000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson. La médecine traditionnelle actuelle a mis en place des traitements efficaces, mais qui, toutefois, ne permettent pas de la guérir. Ces traitements ont pour objectif de ralentir l’évolution de la maladie tout en réduisant les symptômes induits tels que :

  • Les tremblements de repos (interviennent au repos et disparaissent lors de mouvements),
  • L’akinésie (lenteur dans l’initialisation et la coordination des mouvements),
  • L’hypertonie (tension et raideur des muscles, parfois douloureuse).

L’ensemble de ces symptômes entraîne d’importantes difficultés dans la marche et dans les mouvements du quotidien, s’accompagnant de troubles de la parole et de l’écriture.

La cure thermale est une médecine complémentaire, naturelle et sans effet secondaire sur l’organisme. Elle peut être prescrite par le médecin traitant ou le neurologue, et se réalisera dans l’un des 3 établissements français ayant l’agrément en « Neurologie ».

Pourquoi faire une cure thermale, lorsqu’on est parkinsonien ?

La cure thermale est un traitement complémentaire qui ne doit pas se substituer à un traitement ni à un suivi médical régulier. La décision de partir en cure thermale « Parkinson » est prise dès lors que les traitements médicaux ne s’avèrent plus suffisants ou que le patient en émet le souhait.  Le départ en cure thermale est une démarche qui se réalise avec l’accord du médecin (traitant ou neurologue).  L’avantage d’une cure thermale est que celle-ci sera adaptée à chaque patient en fonction de l’avancée de sa maladie et de ses besoins. Le patient sera suivi tout au long de sa cure par un médecin thermal.

La cure thermale est une prise en charge globale.

Les eaux thermales, aux vertus antalgiques et antispasmodiques, utilisées au travers de soins très spécifiques, permettent :

  • de réduire considérablement les douleurs,
  • de réduire les contractures des muscles,
  • de réduire l’anxiété et le stress.

Les soins en immersion, encadrés par des kinésithérapeutes, permettent de stimuler la mobilité et de conserver une certaine autonomie.

En parallèle des soins à base d’eau, la cure thermale « parkinson » prévoit différentes activités. L’objectif étant de permettre aux patients une meilleure compréhension de leur maladie, d’adapter au mieux leur quotidien tout en échangeant avec des personnes dans le même cas.

Trois stations thermales proposent des cures « spécial Parkinson » pour lutter contre la rigidité et améliorer la motricité :

La station thermale de Lamalou-les-Bains, dans l’Hérault. Cette cure thermale est proposée en partenariat avec le CHU de Montpellier.

Les thermes de Ussat-les-Bains, en Ariège. Cette cure thermale est proposée en partenariat avec le CHU de Toulouse-Purpan.

L’établissement thermal de Néris-les-Bains, dans l’Allier.

Ces 3 établissements offrent également des activités en concertation avec l’association France Parkinson, afin d’aider au mieux les patients dans la prise en charge de leur pathologie au quotidien.

 

 

 

Journée Mondiale du Sommeil – Le thermalisme, une aide incontestable.

La journée mondiale du sommeil, ce vendredi 22 mars 2019, est une journée spécialement dédiée à la sensibilisation sur le sommeil. Son objectif est clair : « promouvoir la qualité du sommeil comme un élément majeur de santé publique ». Bon nombre de personnes sont affectées par des troubles du sommeil se répercutant sur la qualité de leur vie quotidienne. Alors, pourquoi ne pas envisager une cure thermale ? Il s’agit d’une solution naturelle, douce et sans effet secondaire qui permettra d’identifier l’origine du problème afin de retrouver les bras de Morphée.

Sommeil

Le sommeil est primordial pour le bon fonctionnement de l’organisme et pour le bien-être mental et physique. Un mauvais sommeil ou des insomnies chroniques ont de nombreuses répercussions chez la personne qui en souffre : stress, fatigue, trouble de l’humeur, envie excessive de manger, répercussions professionnelles…Les causes de ce trouble sont nombreuses et des états tels que le stress et l’anxiété sont des facteurs aggravants. Il est important d’identifier l’origine de ce trouble, afin de le soulager à sa source et d’éviter la mise en place d’un cercle vicieux (j’ai de l’anxiété, je stresse, je dors mal donc je vais ressentir une plus grande anxiété, puis un plus grand stress…).

Une cure thermale doit être envisagée lorsque les traitements médicamenteux ne font plus effet, ou lorsque le patient souhaite trouver une alternative plus naturelle. Cette alternative a l’avantage de n’engendrer aucun effet secondaire ou addictif, contrairement aux traitements médicaux. La cure thermale est une approche pluridisciplinaire, permettant de soulager cette pathologie dans sa globalité (tant sur le plan physique que psychologique) et qui peut être prescrite par votre médecin. La cure thermale est une coupure du quotidien où l’on prend le temps d’écouter son corps et de se retrouver afin de tenter de recaler son horloge biologique et de mettre fin au cercle vicieux de l’insomnie.

On retrouvera :

  • Un suivi médical régulier.
  • Une prise en charge thermale quotidienne (douche, piscine, cure de boisson…) favorisant la détente.
  • Une prise en charge psychologique, au travers de différents ateliers mis en place au sein de la cure thermale (entretiens individuels ou en groupes, ateliers de relaxation et de détente).
  • Incitation à la pratique sportive.

L’objectif de ce type de séjour est d’identifier l’origine du problème et de réduire le stress généré. La durée de la cure thermale et le cadre relaxant de celle-ci sont des facteurs de réussites supplémentaires permettant de prendre un patient en charge sur la durée. A la suite d’un séjour en eau thermale, le patient retrouvera calme et sérénité.

Afin de prolonger les effets bénéfiques de l’eau thermale dans le temps, et de réduire sa prise de médicament (voire de l’arrêter), il est conseillé de renouveler la cure thermale sur plusieurs années.

En France, 2 stations proposent des cures thermales dédiées au sommeil :

L’établissement de Saujon, situé en Charente-Maritime est spécialisé dans le traitement des troubles psychologiques et de l’anxiété depuis 1860. Vous bénéficiez de soins thermaux adaptés à cette pathologie et d’un suivi médical personnalisé. De plus, depuis 2017, l’Ecole thermale du stress propose un nouveau stage  » Retrouver un sommeil naturel  » avec des ateliers psycho-éducatifs spécifiques et des séances de relaxation. L’objectif du stage est de mieux comprendre son sommeil, d’identifier les causes de son dysfonctionnement et d’acquérir des outils permettant de retrouver un sommeil naturel.

L’établissement de Néris-Les-Bains, situé en Auvergne, utilise une eau hyperthermale oligométallique, bicarbonatée et sulfatée sodique faible, idéale dans le traitement des troubles du sommeil. La cure thermale pour les troubles du sommeil de Néris-Les-Bains est recommandée aux insomniaques. Son objectif est de déterminer les origines des troubles afin d’apprendre à les gérer. En complément, l’établissement de Néris-Les-Bains a mis en place le séjour GE-NERIS, disponible uniquement à certains dates, destiné aux personnes stressées, souffrant d’anxiété et/ou de troubles du sommeil. Combinant soins thermaux et activités complémentaires, ce séjour vise à apporter un traitement doux pour permettre aux personnes de redevenir pleinement actrices de leur santé.

La semaine nationale du rein. “Des reins en bonne santé, pour tous, partout”. La cure thermale peut vous y aider.

Du 9 au 16 mars 2019 a lieu la semaine nationale du rein. C’est l’occasion de faire un zoom sur les vertus de l’eau thermale utilisée dans le traitement des nombreuses affections rénales.

La preste Les Bains Cure thermale affection urianire

En France, plus de 3 millions de personnes sont touchées par une maladie rénale, et nombreuses sont celles qui l’ignorent. Pourtant les reins sont des organes essentiels  assurant le bon fonctionnement de l’organisme. Les reins, au nombre de 2, appartiennent au système urinaire. Ils permettent d’éliminer les déchets du sang afin de purifier ce dernier avant son retour dans l’organisme. Cependant, les reins ont bien d’autres fonctions, notamment celle de réguler la quantité d’eau et de minéraux ainsi que la production de certaines des hormones nécessaires à l’organisme. Indispensable au bon fonctionnement général du corps humain, les reins sont malheureusement sujets à de nombreuses affections pouvant à terme affecter très fortement la qualité de vie du patient.

Les maladies qui affectent « fréquemment » les reins et pouvant être prises en charge en cure thermale sont les suivantes :

  • L’infection urinaire (également appelée cystite) est une inflammation de la muqueuse de la vessie bénigne, aux symptômes bien distincts (des maux en bas du ventre, une envie d’uriner très fréquente pour un petit volume d’urine, des brûlures ainsi que des urines troubles et malodorantes).
  • La lithiase rénale (ou calculs rénaux) se caractérise par des cristaux durs qui se forment dans les reins et pouvant entraîner de vives douleurs.
  • La glomérulonéphrite est une affection des glomérules. Ces dernières sont une structure indispensable pour le fonctionnement rénal, permettant la filtration du sang et la production d’une urine primaire.
  • L’insuffisance rénale qui est une dégradation et une détérioration de la fonction rénale.

Certaines affections peuvent devenir chroniques (infection urinaire ou lithiase rénale). Leur prise en charge est importante afin de ne pas altérer le fonctionnement des reins au fil du temps.

La réalisation d’une cure thermale ou d’un court séjour de santé dans une station thermale spécialisée permettra de soulager les pathologies rénales. Les eaux thermales, utilisées au travers des soins (cure de boissons, cataplasme de boues/vapeurs thermales, bains, douches…), ont différentes vertus : drainante, apaisante, anti inflammatoire et anti spasmodique.

Les établissements spécialisés dans les affections urinaires :

Les thermes de Châtel Guyon

Les thermes de Eugénie Les Bains

Les thermes de Capvern Les Bains

Les thermes de Aulus Les Bains

Les thermes de Vittel

Les thermes de Thonon Les Bains

Les thermes de Evian Les Bains

Les thermes de La Preste, Prats De Mollo

Les thermes de Contrexéville

La maladie rénale est dite « silencieuse » car elle ne se manifeste par aucun symptôme perceptible. C’est généralement à un stade très avancé de la maladie que l’on se rend compte de l’affection. Aujourd’hui en France, plus d’un tiers des personnes entrent en urgence en traitement de suppléance, greffe ou dialyse. Alors, profitez de cette semaine nationale et des nombreux centres de prévention mis en place à cette occasion pour vous faire dépister. La Semaine Nationale du Rein est une bonne occasion de se faire dépister et de vérifier le bon fonctionnement de ses reins. En cas d’anomalie, ce dépistage peut permettre une prise en charge précoce. La Semaine nationale du Rein vise aussi plus largement à sensibiliser le grand public aux problématiques relatives aux maladies rénales.

 

la semaine nationale du rein 2019

« Accompagnement et Réhabilitation post-cancer du sein » : l’Etude scientifique PacThe

Dans la continuité de nos précédents articles concernant les différentes études thermales et leur légitimité, le zoom du jour sera porté sur l’étude Pacthe : « Le programme d’accompagnement et de réhabilitation post-thérapeutique pour les femmes en rémission complète de leur cancer du sein en milieu thermal ».

Source : Communiqué de presse – Mai 2013

photos

En France, le cancer du sein touche chaque année plus de 50 000 nouvelles patientes. A l’issue des programmes thérapeutiques, les séquelles laissées par les traitements par oncologies sont nombreuses (cicatrices, peaux et muqueuses sèches, fatigue, anxiété, perte de confiance en soi…).

Financée par l’AFRETh, l’étude PACTHE a été conduite par Yves-Jean Bignon (directeur scientifique du centre Jean Perrin – Clermont-Ferrand), dans trois stations thermales françaises : Vichy, Châtel-Guyon et Le Mont-Dore.

  • L’étude

L’étude PacThe veut répondre à la question suivante :

Peut-on améliorer durablement la qualité de vie des femmes par une intervention d’accompagnement médical et paramédical multidisciplinaire, en station thermale, dans les suites immédiates de cancer du sein mis en rémission complète par un traitement comportant une chimiothérapie adjuvante ?

L’objectif de ce type de séjour est d’améliorer la qualité de vie de ces femmes en leur permettant de se réintégrer plus facilement dans leur vie sociale et familiale après avoir retrouvé confiance et sérénité. L’étude se base sur 270 femmes ayant reçu un traitement (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie) et se trouvant en rémission.

  • Méthodologie

Entre le 20 mars 2008 et le 21 octobre 2010 : 270  femmes ont participé à l’étude et ont été réparties de façon aléatoire en 2 groupes :

  1.  Le groupe « cure » dans lequel 135 femmes ont bénéficié d’une cure thermale ainsi que d’une prise en charge concernant une éducation nutritionnelle, un accompagnement aux activités physiques, une prise en charge psychologique, des soins esthétiques, des soins de kinésithérapie. Cette prise en charge s’est effectuée durant deux semaines en pension complète. En complément, les patientes ont bénéficié d’un suivi hygiéno-diététique.
  2. Le groupe témoin : 135 femmes ont eu un suivi hygiéno-diététique simple.
  • Résultats

Les résultats de cette étude ont été évalués selon différents indicateurs :

*La qualité de vie de la patiente. Celle-ci est nettement meilleure dans le groupe ayant suivi la cure thermale.

*L’anxiété et la dépression. Il y a une différence significative en faveur du groupe thermal concernant la dépression. Toutefois, aucune différence nette n’est notée concernant l’anxiété entre les 2 groupes.

*La qualité du sommeil. Celle-ci est meilleure, jusqu’à 2 ans après, pour le groupe ayant bénéficié d’un traitement en cure thermale.

Si vous souhaitez connaitre les résultats détaillés, nous vous invitons à consulter l’ensemble de l’étude et des résultats : ICI.

Retrouvez le programme Pacthe :

Aux thermes de Cambo Les Bains

Aux thermes de Gréoux Les Bains

Aux thermes de Vichy

D’autres stations thermales françaises se sont spécialisées dans l’accueil de femme en rémission du cancer du sein, pour des cures thermales conventionnées ou bien des courts séjours de santé :

Les thermes de Challes Les Eaux

Les thermes de Saint Amand Les Eaux

Les thermes de Capvern Les Bains

Les Thermes de Molitg Les Bains

Les Thermes de Brides Les Bains

Les thermes de La Léchère Les Bains

Les thermes de Eugénies Les bains

Les thermes de Barbotan Les Thermes

Les Thermes Bérot à Dax

 

Le thermalisme psychiatrique : l’étude scientifique Stop-Tag démontre l’efficacité de la cure thermale.

Après les études scientifiques démontrant l’efficacité du thermalisme dans la prise en charge du surpoids et de l’arthrose, en voici une nouvelle mettant en avant les effets bénéfiques du thermalisme dans la prise en charge des maladies psychiatriques.

Thermalisme et STOP TAG

Les affections psychosomatiques sont l’une des 12 orientations reconnues par le thermalisme et prises en charge par la sécurité sociale. Cette orientation de cure thermale, moins connue du grand public par rapport aux orientations plus « classiques » comme la Rhumatologie ou Les Voies Respiratoires, est néanmoins très efficace. En effet, la prise en charge globale associée aux vertus des eaux thermales auraient de nombreux effets sur les troubles de l’anxiété généralisés (anxiété, fatigue, douleurs musculaires, irritabilité, trouble du sommeil…). L’étude STOP TAG, réalisée en 2006, vise à mettre en avant, de façon scientifique et officielle, une meilleure efficacité de ce traitement naturel par rapport à une prise en charge classique (par médicaments).

  • L’étude

L’étude STOP-TAG est une évaluation scientifique visant à comparer la cure thermale psychiatrique à un traitement de référence (ici, la paroxétine (DEROXAT®) dans le Trouble de l’Anxiété Généralisée (TAG). Cette étude a été menée par 4 centres thermaux ayant cette indication thérapeutique : Bagnères-de-Bigorre, Néris-les-Bains, Saujon et Ussat-les-Bains.

  • La méthodologie

Cette étude s’est basée sur 237 patients présentant un TAG. Ils ont été répartis, de façon aléatoire, en 2 groupes d’études :

  1.  Le groupe « cure thermale » : 117 patients ont suivi une cure thermale de 3 semaines, sans recevoir de nouveau traitement pharmacologique.
  2.  Le groupe « traitement médical »: 120 patients ont reçu quotidiennement de la paroxétine sans réaliser une cure thermale.

Un suivi d’observation de 24 semaines a été réalisé à la suite de ces soins.

  • Résultats et conclusion

Les résultats de l’étude ont permis de mettre en avant 3 points majeurs :

  1. Les effets du thermalisme sont visibles et augmentent dans le temps. En effet, les résultats montrent une réelle évolution du patient entre la fin de la cure thermale et les mois suivants.
  2. Les résultats observés montrent que plus les patients présentent un TAG sévère, plus la cure se révèle efficace par rapport au groupe paroxétine.
  3. La cure thermale n’entraine aucun effet secondaire et aucun risque d’addiction.

 

Pour avoir accès à l’ensemble des détails et des résultats de l’étude : ICI

L’Etude Thermarthrose démontre l’efficacité de la cure thermale dans le traitement de l’arthrose du genou.

De nombreux patients suivant une cure thermale en « rhumatologie » viennent soulager leur l’arthrose, plus particulièrement celle affectant les cartilages du genou. Mais quels sont les véritables bienfaits scientifiques de la cure thermale sur le traitement de ce type d’affection ? Les résultats sont-ils réellement au rendez-vous ? C’est ce que l’étude scientifique Thermarthrose a voulu démontrer.

Source : Communiqué de presse – Résultat de l’essai clinique Afreth.

Etude Thermarthrose

Dans la continuité de notre article présentant l’étude MAATHERMES, nous allons voir au travers de l’étude Thermarthrose comment le thermalisme vient en aide aux patients atteints d’arthrose du genou (ou gonarthrose).

La gonarthrose est une des principales affections articulaires des membres inférieurs de nature mécanique. Elle est due à une usure progressive du cartilage protégeant l’articulation du genou. La gonarthrose se manifeste par des douleurs articulaires au moment de la marche, dans les escaliers ou après une position assise prolongée. Ces douleurs, au fur et à mesure du temps, limitent les mouvements et par conséquent la qualité de vie et le confort du patient.

Le traitement thermal dédié à cette pathologie repose principalement sur des pratiques de crénothérapie (soins à base d’eau thermale), d’applications de boues et vapeurs thermales et des soins de kinésithérapie. L’Afreth (Association Française des établissements thermaux) a réalisé en 2009 une étude visant l’évaluation de la cure thermale dans le traitement de l’arthrose.

L’étude

L’étude Thermarthrose a évalué l’ASMR (Amélioration du Service Médical Rendu) de la cure thermale dans le traitement de la gonarthrose. Cette étude a pour objectif d’apporter une preuve scientifique solide de l’efficacité de la prise en charge thermale dans cette pathologie. À ce jour, il s’agit du plus important essai contrôlé réalisé en médecine thermale.

Méthodologie

Cette étude a été effectuée sur 462 patients, répartis de façon aléatoire en 2 groupes, dans trois centres thermaux (Les thermes de Aix les Bains, Les thermes de Balaruc-Les-Bains, Les établissements thermaux de Dax).

  • Le groupe témoin : il a suivi le traitement habituel prescrit afin de soulager cette pathologie. Ce traitement a été complété par un programme d’auto-exercices validé et recommandé à effectuer 3 fois par jour.
  • Le groupe expérimental : Ce groupe a reçu le traitement habituel et le programme d’auto-exercices validé et recommandé à effectuer 3 fois par jour. En complément, des soins thermaux durant 18 jours ont été prescrits.

Résultats et conclusion

L’analyse de l’efficacité de la cure thermale a été observée à différents stades, après 3 mois, 6 mois et 9 mois par des médecins indépendants. Ces médecins ont noté, entre autres, une amélioration significative des douleurs et des capacités fonctionnelles chez les patients ayant reçu un traitement à base d’eau thermale, par rapport au traitement non chirurgical habituel. De plus, cette amélioration se maintient stable au 9e mois chez 50% des curistes.

L’étude Thermarthrose a donc su démontrer l’effet thérapeutique de la prise en charge en cure thermale et cela, de façon statistique et officielle.

Afin de bénéficier de l’ensemble des bienfaits de l’eau thermale sur le long terme, il est conseillé de réaliser une cure thermale plusieurs années de suite.

Pour consulter l’ensemble de cette étude, cliquez ICI.

 

 

MAATHERMES, une étude qui démontre l’efficacité de la prise en charge du surpoids et de l’obésité en milieu thermal

L’eau thermale est connue pour ses bienfaits dans le traitement des rhumatismes, dans la prise en charge des affections ORL et des problèmes de peau… Néanmoins, les bienfaits ne s’arrêtent pas là. Le thermalisme est également conseillé dans la prise en charge du surpoids et de l’obésité. Comme toutes les médecines du 20ème siècle, le thermalisme a dû prouver scientifiquement l’efficacité de ses soins concernant le traitement de nombreuses pathologies. Mais qu’en est-il des bienfaits de ce type de traitement sur l’obésité ? L’étude Maâthermes a répondu scientifiquement à cette question. 

* source : communiqué de presse Maâthermes – Janvier 2011

 

L'étude Maâthermes

Il existe de nombreuses études ayant vu le jour concernant l’efficacité d’une cure thermale dans la prise en charge des 12 orientations reconnues par la sécurité sociale. A travers l’étude Maâthermes, cet article mettra en lumière comment le thermalisme peut être une aide supplémentaire pour les patients dans leur lutte contre le surpoids et l’obésité.

 

L’étude

Publiée en 2011, Maâthermes est une étude clinique d’évaluation de la prise en charge du surpoids et de l’obésité en milieu thermal. Elle a été réalisée par le Docteur Patrick Serog et le Docteur Thierry HANH sur 257 patients (obèses ou en surpoids) en bonne santé.  Cette étude consiste en une approche de la cure thermale ajoutée :

  • à une prise en charge diététique,
  • à la pratique d’activités physiques,
  • à la mise en place d’actions de types comportementales.

Le but est de modifier le style de vie des patients sur le long terme.

Maâthermes vise à démontrer qu’une prise en charge globale en cure thermale, associée à une hygiène de vie adaptée, permet d’obtenir de meilleurs résultats sur le long terme vis-à-vis d’un régime « classique » basé uniquement sur une amélioration de l’hygiène de vie.

 

Méthodologie

Les patients ont été divisées en 2 groupes :

  • Un premier groupe « cure » composé de 120 personnes.  Ce groupe a été reçu dans cinq stations thermales participantes : Brides‐les‐Bains, Capvern‐les‐ Bains, Vals‐les‐Bains, Vichy et Vittel. Durant les 3 semaines de cure, ils ont suivi le traitement thermal spécifique pour l’obésité (cure de boisson, bain bouillonnant d’eau thermale, enveloppement de boue thermale, massage sous affusion, exercices en piscine, conseils diététiques) ainsi que la remise du livret « Programme National de Nutrition Santé ». Les curistes se sont également vu proposer des activités physiques non obligatoires, et pouvaient bénéficier, s’ils le souhaitaient, d’un régime diététique durant toute la durée du séjour thermal.
  • Un second groupe « témoin » composé de 137 personnes. Chaque patient a été suivi par son médecin généraliste qui lui a prodigué des conseils diététiques avec remise du livret « Programme National de Nutrition Santé ».

 

 

Résultats et Conclusion

L’évaluation et la comparaison entre les deux traitements ont été effectuées au 14ème mois après la prise en charge. Celle-ci a notamment permis de constater une perte de poids moyenne et une réduction d’IMC deux fois plus importante dans le groupe « cure thermale » que dans le « groupe témoin ».

Cette étude a démontré l’efficacité d’une prise en charge globale du patient durant une cure thermale dans l’indication métabolique avec surpoids et/ou obésité. Il est vrai que la cure thermale permet au patient de s’éloigner de son quotidien, de modifier son alimentation et de reprendre une activité physique. En complément, les soins à base d’eau thermale accompagnés d’une cure de boisson aident le patient dans sa volonté de retrouver un poids santé. L’efficacité de la cure thermale repose sur une prise en charge optimisée durant les 3 semaines de soins. Ces derniers aident le patient à acquérir de bons réflexes.

Source :  Vichy

Source : Thermes de Vichy

Vous retrouvez des cures thermales ou des courts séjours de santé spécialisés dans les établissements ayant reçu l’agrément pour les AFFECTIONS URINAIRES (AU)  et / ou AFFECTIONS DIGESTIVES (AD).

Pour plus d’informations sur le déroulement de cette étude et les résultats  ICI

 

 

Le thermalisme pour lutter efficacement contre l’évolution du syndrome métabolique.

Le syndrome métabolique n’est pas une maladie à proprement parlé mais un état de santé global prédisposant le patient à diverses maladies. Seule solution pour l’éviter : réduire l’installation de ce symptôme en luttant contre les différents facteurs. La cure thermale permet de ralentir l’évolution de cette pathologie et de prévenir les maladies liées grâce aux nombreuses vertus des eaux thermales associée à la prise en charge globale de la pathologie.

Source photo : santémagzine

Source photo : santémagzine

Le syndrome métabolique n’est pas une maladie mais un ensemble de signes augmentant le risque de prédisposition :

  • au diabète de type 2,
  • aux maladies cardiaques,
  • aux accidents vasculaires cérébraux.

Le syndrome métabolique est diagnostiqué chez une personne lorsqu’on retrouve plusieurs facteurs :

  • Un tour de taille supérieur à 80 cm pour les femmes et à 94 cm pour les hommes,
  • Un taux de triglycéride et un taux de glycémie élevés,
  • La présence d’un diabète,
  • Une hypertension,
  • Un faible taux de bon cholestérol.

Les origines du syndrome métabolique sont diverses, on retrouvera comme symptômes principaux :

  • l’hérédité familiale,
  • une mauvaise hygiène de vie,
  • une alimentation trop riche en gras et en sucre,
  • une forte sédentarité,
  • une absence d’activité sportive.

Le diagnostic du syndrome métabolique doit être pris au sérieux afin d’éviter toutes complications pouvant altérer très fortement la qualité de vie de la personne et pouvant, dans les cas les plus graves, conduire au décès.

Le syndrome métabolique n’est pas irréversible s’il est pris en charge. Cependant, il n’existe pas de traitement miracle, mais un ensemble de règles d’hygiène de vie qui doivent être appliquées. La réalisation d’une cure thermale doit être envisagée afin d’aider le patient à retrouver un certain équilibre dans son rythme de vie. En effet, les vertus thérapeutiques des eaux, associées aux différents ateliers thématiques, permettent aux curistes d’amorcer une nouvelle démarche dans leur hygiène de vie.

Une cure thermale permettra :

  • De réduire le cholestérol grâce aux vertus drainantes de la cure de boisson.
  • De réduire l’hypertension. Il n’est pas possible de guérir totalement de l’hypertension. Malgré tout, la tension artérielle peut être normalisée par la prise d’un traitement médical associé à une cure thermale améliorant la circulation sanguine.
  • De réduire le diabète. En effet, la réalisation d’une cure thermale est souvent prescrite aux diabétiques en complément des traitements médicamenteux habituels. Les soins d’eaux thermales permettront de stimuler le pancréas afin d’augmenter naturellement la production d’insuline, de stimuler le système veineux et de réguler les pathologies métaboliques liées.
  • (Ré)apprendre les bons gestes d’hygiène de vie en se (re)familiarisant à la pratique d’une activité physique et en retrouvant une alimentation saine.

Un séjour en eau thermale, associé à une meilleure hygiène de vie, permet de réduire progressivement l’installation de ce syndrome et des pathologies qui lui sont liées.  Les stations thermales d’Aulus les Bains  et de La Preste Les Bains proposent une cure thermale spécialisée dans le syndrome métabolique.

Il est également possible de réaliser une cure thermale afin de réduire l’un des facteurs. Par exemple, les stations thermales de Brides-les-Bains, de Montrond-les-Bains ou Vals-les-Bains permettent de réduire le cholestérol. Les stations thermales de Bains-les-Bains et Le Boulou, entre autres, aident à réduire la tension artérielle. Les stations thermales de Brides Les Bains, de Capvern les Bains ou de Vichy permettent de réduire la surcharge pondérale.  Plus généralement, les stations thermales ayant l’orientation en affections digestives et métaboliques ou en affections urinaires et métaboliques sont recommandées.

Rendez-vous en 2020 dans les nouveaux thermes de Lons-Le-Saunier.

L’établissement thermal de la ville de Lons-Le-Saunier, située dans le Jura, a fermé ses portes pour 15 mois de travaux. La réouverture de cet établissement faisant partie du groupe Valvital est prévue courant 2020. Nous ne manquerons pas de vous en tenir informé.

Thermes de Lons le Saunier

A sa réouverture, l’établissement vous accueillera dans un tout nouveau cadre. En effet, le budget alloué de 1 925 000€ permettra l’aménagement d’un bassin de phlébologie, la réhabilitation de l’ancien bâtiment ainsi que la réfection totalement des systèmes de ventilation, de chauffage, de climatisation, de plomberie et des sanitaires.

Les eaux de Lons-le-Saunier sont chlorurées sodiques, magnésiennes, minéralisées et riche en oligo-éléments. Elles proviennent du captage Lédonia et sortent à une température de 17°C. Elles contribuent à renforcer la construction osseuse, possèdent une action décapante, bactéricide et antiallergique et ont un effet sécrétoire gastrique et biliaire. Cette station est aussi destinée aux traitements en Rhumatologie et dans les Troubles du Développement chez l’enfant.

Une cure thermale pour apaiser le syndrome du côlon irritable.

Le syndrome du côlon irritable (colopathie fonctionnelle ou troubles fonctionnels intestinaux) est un trouble digestif douloureux et contraignant touchant de nombreuses personnes. Les traitements médicamenteux actuels ont malheureusement un effet limité. La réalisation d’une cure thermale permet d’atténuer les symptômes et d’améliorer l’état du patient en espaçant les crises et les gênes quotidiennes.

Source photo : femme actuelle

Source photo : femme actuelle

Les troubles fonctionnels intestinaux traduisent une affection du système digestif, plus particulièrement de l’intestin grêle et du côlon. Cette affection est fréquente puisqu’elle concerne environ 15 à 20% de la population. Ce type de pathologie se traduit par une digestion difficile des aliments. En effet, ceux-ci se déplacent soit trop rapidement ou trop lentement dans l’appareil digestif. Cela entraîne de nombreuses gênes et douleurs quotidiennes oscillant entre diarrhée, ballonnement ou constipations. Véritable gêne, la colopathie fonctionnelle s’accompagne généralement de fatigue, de nausées et souvent de maux de tête.

Les causes de ce trouble ne sont malheureusement pas totalement identifiées. Il semblerait que de très nombreux facteurs rentrent en compte dans l’apparition et l’évolution de ce trouble : stress, hormones, alimentation ou à la suite d’une infection intestinale.  A l’heure actuelle, il n’existe pas de traitements permettant de guérir définitivement de cette pathologie mais uniquement des méthodes afin de soulager les symptômes. Dans certains cas, les traitements médicaux voient leurs efficacités réduire dans le temps et la qualité de vie du patient est profondément affectée.

La cure thermale se positionne comme l’une des solutions disponibles, à la fois naturelle, sans effet secondaire et efficace dans le temps. En effet, l’eau thermale a su démontrer son efficacité dans la prise en charge globale des troubles fonctionnels intestinaux. La cure thermale, par le cadre relaxant de la structure et par la qualité des eaux utilisés durant les soins, permet de réguler le transit, d’atténuer l’inflammation, de réduire le stress. A la suite d’un séjour en eau thermale, le patient voit considérablement diminuer ses douleurs et l’espacement de la survenue de ses crises.

Au programme d’une cure thermale pour Affections digestives aux thermes de Plombière Les BainsLe Boulou ou Vittel par exemple, vous retrouverez : cure de boisson, cataplasme d’eau et de boue thermale, bains et douches locales. La station thermale de Châtel Guyon, quant a elle, propose des soins spécialisés dans la colopathie.