Le thermalisme est une activité qui a connu plusieurs crises pour diverses raisons. Ainsi, les crises économiques et les guerres ont toujours obligé les stations à rebondir et à se moderniser pour faire revenir les curistes dans leurs établissements.

L’un des versants de ces différentes reconquêtes était l’architecture des stations. Nous avons donc décidé de nous intéresser à quelques stations représentatives. La première étape de cette série se situe dans le département des Vosges, il s’agit de Contrexéville.

Les thermes de Contrexéville ont fait l’objet de nombreuses transformations architecturales qui permettent de retracer à la fois l’histoire de la ville mais aussi l’évolution de l’architecture.

En 1820, un premier pavillon en bois fût édifié à l’emplacement de la source minérale Charles Bagard.

Il sera remplacé en 1885 par un pavillon en fer et verre caractéristique de cette seconde moitié du 19e siècle. Ces travaux furent menés sous la houlette de l’architecte départemental Francois Clasquin assisté par l’ingénieur nancéien Frédéric Schertzer qui s’inspirèrent du célèbre pavillon Baltard.

Cet ingénieur avait également travaillé sur la galerie de Vittel, station voisine de celle de Contrexéville.

Cette architecture constituée de fer et de verre est issue de la révolution industrielle qui a permis de faire baisser le prix de ces matériaux et de les standardiser. La finesse des profils et la proportion importante de vitrage ont ainsi permis des édifices très légers et lumineux.

Cet édifice sera cependant démoli pour laisser place à la prochaine époque d’un point de vue architectural. C’est ainsi que l’architecte Charles Méwès (1858-1914) sera mandaté pour rénover l’établissement entre 1908 et 1913. La pièce majeure de son projet sera une rotonde articulée par une galerie promenoir de 180m de long.

Si le style gréco-romain n’est pas particulièrement innovant, il cache un système constructif relativement neuf à l’époque, le ciment armé. L‘ancêtre du béton armé est dissimulé par un riche travail de céramique et de mosaïque qui donnera toute sa splendeur à l’édifice. La rotonde abrite symboliquement la source qui se matérialise par une fontaine de marbre rose et de céramiques de camaïeux de bleu qui rappellent la couleur symbolique de l’eau. Cette fontaine est surmontée par un statue des « verseuses » qui sont l’un des emblèmes de la ville. La coupole quasi religieuse est largement dorée et percée d’un oculus zénithal surplombant la source et venant renforcer la symbolique de l’eau salvatrice.

C’est ce bâtiment qui reste aujourd’hui le plus intéressant à découvrir par la richesse de ses décorations et par sa force symbolique.

Les multiples modifications, démolitions et reconstructions des bâtiments thermaux ont reflété le besoin des stations de se démarquer et d’afficher leur modernité en adaptant la forme architecturale de leurs édifices aux différentes époques stylistiques. Des architectes de renom ont bénéficié de moyens importants pour faire des stations des hauts lieux de villégiature et permettre de mêler soins thermaux, patrimoine et tourisme.

IMG_5594

IMG_7419IMG_7401Photo toucan toucan 2007 021

Sources :

http://www.vosgesaccueiltourisme.fr/

http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=88114_4

http://www.gentil-bourdet.fr/details/notices/contrexeville.htm

http://tourisme.vosges.fr/activites/Culture,mus%C3%A9esetpatrimoine/tabid/137/pid/977000285/items/1i2/sir/0/sdtw/0/Default.aspx?sa=0%2c947262#prettyPhoto

http://www4.culture.fr/patrimoines/patrimoine_monumental_et_archeologique/insitu/article.xsp?numero=&id_article=toulier-473

Crédits photos : Station thermale de Contrexéville


Tags de l'article : Lorraine Contrexéville


Article publié par Olivier

Message du site