Séquelle d'infarctus du myocarde et médecine thermale


L’infarctus du myocarde est défini par une nécrose d’une partie du muscle cardiaque, secondaire à un défaut de vascularisation de cette partie. Elle est due à l’obstruction d’une artère qui irrigue le cœur par un caillot. Il est souvent précédé de crises d’angine de poitrine récurrentes. L’infarctus est responsable d’une douleur thoracique intense et prolongée (au moins 30 minutes), qui se propage au niveau des bras et avant-bras et de la mâchoire. La prise en charge consiste en une reperméabilisation de l’artère obstruée de manière urgente.

Suivant le type d’artère touchée, et donc la zone et l’étendue du muscle cardiaque atteinte, les conséquences peuvent être plus ou moins graves. A savoir que la nécrose est un phénomène irréversible et que la persistance de séquelles est malheureusement inévitable. Les séquelles se manifestent par une insuffisance cardiaque, qui est l’incapacité du cœur à jouer correctement son rôle de pompe. Les symptômes qui en découlent sont une fatigue générale et un essoufflement lors d’efforts physiques parfois même minimes.

La survenue d’un infarctus du myocarde impose la prise d’un traitement spécifique à vie afin d’éviter toute récidive. Une rééducation est conseillée en post-infarctus dans le but de réadapter le cœur à l’effort, les cures thermales permettant de compléter cette rééducation en proposant des activités sportives adaptées à ces patients.


Auteur : Céline Jolivalt (6ème année de médecine)

Consulter les stations thermales traitant les problèmes en Maladies cardio-artérielles

Questions et Réponses à propos de Séquelle d'infarctus du myocarde

0
réponse

Pour les séquelles, une cure de rhumatologie n'est-elle pas préférable à une cure cardio vasculaire ayant un traitement médicamenteux pour un AVC vieux de 13 ans ?

En effet, c'est le côté du corps où a eu lieu l'avc qui pose problême avec les séquelles : engourdissement du membre supérieur et inférieur, fourmillements, sensation de froid permanent... Une première cure en rhumatologie m'a fait beaucoup de bien quant à ces maux. Les articulations se sont assouplies, ne font plus souffrir, les muscles ont retrouvé de l'activité. Vu que j'ai un traitement médicamenteux cardio-vasculaires, je souhaiterais que ma prochaine cure se fasse de nouveau en rhumatologie mais est-ce que mon remboursement à 100 %, accordée pour l'avc, marcherait si je choisis de suivre une cure en rhumatologie ? Mon médecin traitant n'a pas jugé bon pour ma première cure de faire jouer le remboursement à 100 % .

posée par béa le 16/05/2016

Les Stations à la Une ( sponsorisé )

La Léchère-les-Bains fait entendre Savoie en 2017


Station thermale La Léchère
La Léchère-les-Bains s’est bâtie depuis 120 ans une solide expertise dans le traitement des troubles veineux et des rhumatismes, grâce aux vertus de son eau millénaire.
Lire la suite

D'autres maladies soignées en cure thermale Maladies cardio-artérielles