Le thermalisme, une aide précieuse pour les patients atteints de la Maladie de Parkinson

« Vivre avec Parkinson » à l’occasion de la journée mondiale dédiée à cette maladie.

Comme chaque année, le 11 Avril est dédié à la maladie de Parkinson. A l’occasion de cette journée mondiale, l’association France Parkinson organise des conférences et des rassemblements à travers toute la France. La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative touchant le système nerveux central et entraîne des troubles moteurs évolutifs. La réalisation d’une cure thermale, par les nombreuses vertus des eaux, permet aux patients de stimuler leur mobilité.

parkinson

Aujourd’hui en France, plus de 200 000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson. La médecine traditionnelle actuelle a mis en place des traitements efficaces, mais qui, toutefois, ne permettent pas de la guérir. Ces traitements ont pour objectif de ralentir l’évolution de la maladie tout en réduisant les symptômes induits tels que :

  • Les tremblements de repos (interviennent au repos et disparaissent lors de mouvements),
  • L’akinésie (lenteur dans l’initialisation et la coordination des mouvements),
  • L’hypertonie (tension et raideur des muscles, parfois douloureuse).

L’ensemble de ces symptômes entraîne d’importantes difficultés dans la marche et dans les mouvements du quotidien, s’accompagnant de troubles de la parole et de l’écriture.

La cure thermale est une médecine complémentaire, naturelle et sans effet secondaire sur l’organisme. Elle peut être prescrite par le médecin traitant ou le neurologue, et se réalisera dans l’un des 3 établissements français ayant l’agrément en « Neurologie ».

Pourquoi faire une cure thermale, lorsqu’on est parkinsonien ?

La cure thermale est un traitement complémentaire qui ne doit pas se substituer à un traitement ni à un suivi médical régulier. La décision de partir en cure thermale « Parkinson » est prise dès lors que les traitements médicaux ne s’avèrent plus suffisants ou que le patient en émet le souhait.  Le départ en cure thermale est une démarche qui se réalise avec l’accord du médecin (traitant ou neurologue).  L’avantage d’une cure thermale est que celle-ci sera adaptée à chaque patient en fonction de l’avancée de sa maladie et de ses besoins. Le patient sera suivi tout au long de sa cure par un médecin thermal.

La cure thermale est une prise en charge globale.

Les eaux thermales, aux vertus antalgiques et antispasmodiques, utilisées au travers de soins très spécifiques, permettent :

  • de réduire considérablement les douleurs,
  • de réduire les contractures des muscles,
  • de réduire l’anxiété et le stress.

Les soins en immersion, encadrés par des kinésithérapeutes, permettent de stimuler la mobilité et de conserver une certaine autonomie.

En parallèle des soins à base d’eau, la cure thermale « parkinson » prévoit différentes activités. L’objectif étant de permettre aux patients une meilleure compréhension de leur maladie, d’adapter au mieux leur quotidien tout en échangeant avec des personnes dans le même cas.

Trois stations thermales proposent des cures « spécial Parkinson » pour lutter contre la rigidité et améliorer la motricité :

La station thermale de Lamalou-les-Bains, dans l’Hérault. Cette cure thermale est proposée en partenariat avec le CHU de Montpellier.

Les thermes de Ussat-les-Bains, en Ariège. Cette cure thermale est proposée en partenariat avec le CHU de Toulouse-Purpan.

L’établissement thermal de Néris-les-Bains, dans l’Allier.

Ces 3 établissements offrent également des activités en concertation avec l’association France Parkinson, afin d’aider au mieux les patients dans la prise en charge de leur pathologie au quotidien.

 

 

 

Le centre thermal d’Eaux Bonnes n’ouvrira pas cette année

Le centre thermal d’Eaux Bonnes (département des Pyrénées Atlantiques) n’ouvrira malheureusement pas ses portes pour cette nouvelle saison thermale.

Photo eaux bonnes

La décision de ne pas ouvrir l’établissement thermal a été prise par le conseil municipal de la ville pour des raisons de sécurité. En effet une défaillance de la structure du centre thermal, plus précisément de l’ossature de la « Bulle » en bois, a été constatée.

Il faudra donc attendre l’année prochaine pour bénéficier des vertus des eaux thermales de cette station, connues pour leurs bienfaits dans le traitement des affections en rhumatologie et/ou voies respiratoires et ORL.

Photo

La journée mondiale de l’Endométriose, pensez à la cure thermale.

Le 30 mars 2019, c’est la journée mondiale de l’Endométriose. Il s’agit d’une maladie exclusivement féminine, encore peu connue mais faisant partie du quotidien douloureux de nombreuses femmes. Cette pathologie n’a actuellement aucun traitement miracle. Il existe cependant différentes solutions visant à soulager la patiente.  La cure thermale est une alternative naturelle permettant de diminuer les douleurs tout en accompagnant la patiente dans son combat.

articleSource photo : top santé

 L’endométriose est une maladie gynécologique provoquant des douleurs anormalement violentes lors des règles et/ou des rapports sexuels. Pour être plus précis, cette maladie affecte le tissu des parois recouvrant l’utérus (l’endomètre). C’est ce tissu utérin qui s’épaissit au cours du cycle menstruel, et qui, lors de l’absence de fécondation se désagrège en saignant : c’est l’apparition des règles.

Dans le cas d’une endométriose, un tissu similaire à celui de l’endomètre va se développer hors de l’utérus et va atteindre d’autres parties du système génital et digestif (trompes, ovaires, vessie…).  Malgré le fait que ce tissu soit développé hors de l’utérus, il va continuer à fonctionner de façon similaire en s’épaississant puis en se désagrégeant au moment des règles. En effet, à la différence des cellules qui tapissent la paroi de l’utérus, au moment des règles, le sang et les tissus qui se répandent dans l’abdomen ne trouvent pas d’issue pour quitter l’organisme.C’est ce phénomène qui va entrainer des douleurs permanentes (durant les règles, en période d’ovulation, pendant les rapports sexuels ou encore lors du passage aux toilettes) et une possible infertilité.

Le diagnostic de l’endométriose est souvent long car mal connu par certains praticiens et difficile à diagnostiquer. Il existe toutefois différents traitements permettant de soulager les douleurs. Ceux-ci s’adaptent à chaque patiente, à ses futurs projets ainsi qu’à son état de santé (soulager la douleur, limiter le risque d’infertilité, accompagner un désir de grossesse…). Un suivi régulier chez un gynécologue est indispensable afin de prendre en charge au mieux cette pathologie.

Les bienfaits de la cure thermale appliqués à l’endométriose.

La cure thermale est une prise en charge globale de la maladie qui permet d’accompagner la patiente tant sur le plan physique que moral. Il existe en France 11 établissements thermaux ayant l’orientation en gynécologie. Face au nombre grandissant de patientes atteintes d’endométriose, certaines structures ont mis en place des cures spécialement dédiées.

La cure thermale est reconnue pour la qualité des eaux utilisées. Les soins adaptés à chaque patiente permettent de bénéficier de l’ensemble des vertus stimulantes, cicatrisantes, antispasmodiques, anti-inflammatoires, décongestionnantes et reminéralisantes. L’objectif étant d’améliorer la santé de la peau et des muqueuses.

La cure thermale est composée de soins tels que :

  • L’irrigation vaginale.
  • Douche au jet.
  • Piscine de mobilisation.
  • Compresse décongestionnante.
  • Columnisation.

Ainsi que d’ateliers complémentaires, propres à chaque station thermale.

On peut retrouver :

  • Des ateliers de sophrologies.
  • Des groupes de parole.
  • Des rencontres avec des spécialistes (sage-femme, nutritionniste…).
  • Des ateliers de nutrition.
  • Des cours de sport adaptés.

Il n’est pas rare de noter une augmentation de la douleur durant la première semaine de cure thermale, cela est tout à fait normal. Une diminution de la douleur est souvent observée après la 2ème semaine de soins. Si des résultats sur le long terme veulent être observés, la cure thermale doit être réalisée durant plusieurs années consécutives.

Ce type de séjour doit être prescrit par votre médecin traitant ou par votre gynécologue. Cette prescription permettra la prise en charge par la sécurité sociale de la cure thermale durant les trois semaines consécutives de soins, soit 18 jours de cure (à raison de 6 jours par semaine).

Sur place, avant le début de la cure, vous rencontrerez un médecin thermal. Celui-ci prescrira les soins adaptés et réalisera des suivis réguliers durant les 3 semaines.

Les établissements français proposant une cure thermale « Endométriose » ou un module spécifique :

Les thermes de Challes les eaux

Les thermes de Salies de Béarn

Les Thermes de Luz Saint Sauveur

 

Les établissements français ayant l’orientation en gynécologie :

 

 Station thermale de La Léchère Les Bains

Station thermale de Salies Du Salat

Station thermale de Bagnoles de l’Orne

Station thermale de Ussat Les Bains

Station thermale de Evaux Les Bains

Station thermale de Bourbon l’Archambault

Station thermale de Salins Les Bains

Station thermale de Luxeuil Les Bains

Etablissement thermal Bains Sarrailh – Dax

 

Pour l’occasion, de nombreuses villes ont prévu une « Endomarch ». Initiée aux Etats-Unis, l’EndoMarch a pour but de faire connaître l’endométriose, une maladie gynécologique chronique, douloureuse et fortement invalidante, qui résulte d’un développement anarchique de la muqueuse utérine en dehors de sa cavité, et provoque des douleurs et troubles des systèmes gynécologiques, urinaires et digestifs pour les cas les plus répandus. Maladie complexe, l’endométriose ne peut être définitivement guérie à ce jour et touche 180 millions de femmes dans le monde, et une estimation de 2,1 et 4,2 millions dans notre pays. Longtemps restée ignorée et mal connue, c’est actuellement une moyenne de 7 ans de retard de diagnostic qui en découle, 7 années pendant lesquelles la maladie peut progresser, causer des dégâts irréversibles, aggraver les symptômes jusqu’à avoir un impact important sur la vie familiale, professionnelle et sociale des femmes qui en sont atteintes.

Journée Mondiale du Sommeil – Le thermalisme, une aide incontestable.

La journée mondiale du sommeil, ce vendredi 22 mars 2019, est une journée spécialement dédiée à la sensibilisation sur le sommeil. Son objectif est clair : « promouvoir la qualité du sommeil comme un élément majeur de santé publique ». Bon nombre de personnes sont affectées par des troubles du sommeil se répercutant sur la qualité de leur vie quotidienne. Alors, pourquoi ne pas envisager une cure thermale ? Il s’agit d’une solution naturelle, douce et sans effet secondaire qui permettra d’identifier l’origine du problème afin de retrouver les bras de Morphée.

Sommeil

Le sommeil est primordial pour le bon fonctionnement de l’organisme et pour le bien-être mental et physique. Un mauvais sommeil ou des insomnies chroniques ont de nombreuses répercussions chez la personne qui en souffre : stress, fatigue, trouble de l’humeur, envie excessive de manger, répercussions professionnelles…Les causes de ce trouble sont nombreuses et des états tels que le stress et l’anxiété sont des facteurs aggravants. Il est important d’identifier l’origine de ce trouble, afin de le soulager à sa source et d’éviter la mise en place d’un cercle vicieux (j’ai de l’anxiété, je stresse, je dors mal donc je vais ressentir une plus grande anxiété, puis un plus grand stress…).

Une cure thermale doit être envisagée lorsque les traitements médicamenteux ne font plus effet, ou lorsque le patient souhaite trouver une alternative plus naturelle. Cette alternative a l’avantage de n’engendrer aucun effet secondaire ou addictif, contrairement aux traitements médicaux. La cure thermale est une approche pluridisciplinaire, permettant de soulager cette pathologie dans sa globalité (tant sur le plan physique que psychologique) et qui peut être prescrite par votre médecin. La cure thermale est une coupure du quotidien où l’on prend le temps d’écouter son corps et de se retrouver afin de tenter de recaler son horloge biologique et de mettre fin au cercle vicieux de l’insomnie.

On retrouvera :

  • Un suivi médical régulier.
  • Une prise en charge thermale quotidienne (douche, piscine, cure de boisson…) favorisant la détente.
  • Une prise en charge psychologique, au travers de différents ateliers mis en place au sein de la cure thermale (entretiens individuels ou en groupes, ateliers de relaxation et de détente).
  • Incitation à la pratique sportive.

L’objectif de ce type de séjour est d’identifier l’origine du problème et de réduire le stress généré. La durée de la cure thermale et le cadre relaxant de celle-ci sont des facteurs de réussites supplémentaires permettant de prendre un patient en charge sur la durée. A la suite d’un séjour en eau thermale, le patient retrouvera calme et sérénité.

Afin de prolonger les effets bénéfiques de l’eau thermale dans le temps, et de réduire sa prise de médicament (voire de l’arrêter), il est conseillé de renouveler la cure thermale sur plusieurs années.

En France, 2 stations proposent des cures thermales dédiées au sommeil :

L’établissement de Saujon, situé en Charente-Maritime est spécialisé dans le traitement des troubles psychologiques et de l’anxiété depuis 1860. Vous bénéficiez de soins thermaux adaptés à cette pathologie et d’un suivi médical personnalisé. De plus, depuis 2017, l’Ecole thermale du stress propose un nouveau stage  » Retrouver un sommeil naturel  » avec des ateliers psycho-éducatifs spécifiques et des séances de relaxation. L’objectif du stage est de mieux comprendre son sommeil, d’identifier les causes de son dysfonctionnement et d’acquérir des outils permettant de retrouver un sommeil naturel.

L’établissement de Néris-Les-Bains, situé en Auvergne, utilise une eau hyperthermale oligométallique, bicarbonatée et sulfatée sodique faible, idéale dans le traitement des troubles du sommeil. La cure thermale pour les troubles du sommeil de Néris-Les-Bains est recommandée aux insomniaques. Son objectif est de déterminer les origines des troubles afin d’apprendre à les gérer. En complément, l’établissement de Néris-Les-Bains a mis en place le séjour GE-NERIS, disponible uniquement à certains dates, destiné aux personnes stressées, souffrant d’anxiété et/ou de troubles du sommeil. Combinant soins thermaux et activités complémentaires, ce séjour vise à apporter un traitement doux pour permettre aux personnes de redevenir pleinement actrices de leur santé.

Les cures nocturnes de la Chaîne Thermale du Soleil

 La chaîne thermale du soleil est un des leaders du thermalisme en France, avec ses 20 stations thermales réparties à travers le pays.

photo

Réaliser une cure thermale demande du temps. En effet, pour que la cure thermale soit prise en charge par la sécurité sociale, celle-ci doit durer 21 jours. Cependant, le rythme de vie et la société actuels ne permettent pas systématiquement de pouvoir se dégager autant de temps.

Afin de permettre à chacun de bénéficier des vertus d’une cure thermale, La Chaîne Thermale du Soleil a mis en place des cures nocturnes durant certaines périodes de l’année, et cela dans 8 de ses stations :

Amélie-les-Bains dans les Pyrénées Orientales : 2 sessions, du 1er au 25 avril et du 4 au 28 novembre, de 17h00 à 21h30.

Bourbon-l’Archambault dans l’Allier : 3 sessions, du 2 au 22 avril, du 2 au 22 mai et du 29 octobre au 18 novembre, de 18h00 à 20h30.

Challes-les-Eaux en Rhône-Alpes : 2 sessions, du 14 mai au 2 juin et du 17 septembre au 6 octobre, de 17h00 à 20h30.

Cransac-les-Thermes en Aveyron : 1 session, du 18 septembre au 15 octobre, de 17h30 à 21h00.

  • Première possibilité : entrée en soins entre 17 h 30 et 18 h 30
  • Deuxième possibilité : entrée en soins entre 18 h 30 et 19 h 45

Eugénie-les-Bains dans les Landes : 2 sessions au Printemps et à l’Automne, à partir de 17 h 30.

Jonzac en Charente-Maritime : 2 sessions, du 4 au 24 avril et du 6 au 26 juin, de 18h30 à 21h00.

Saint-Amand-les-Eaux dans le Nord : 3 sessions, du 1er au 20 avril, du 3 au 22 juin et du 26 août au 14 septembre, de 18h00 à 21h00.

Saint-Honoré-les-Bains dans la Nièvre : 2 sessions, du 3 au 22 juin et du 8 au 27 juillet de 18h00 à 20h30.

Les cures nocturnes permettront aux personnes résidant à proximité de ces villes de réaliser une cure thermale conventionnée après leur journée de travail.

A savoir, certains établissements de la station thermale du Grand Dax proposent également ce type de cure. Nous vous invitons à lire cet article si cela vous intéresse : Concilier vie active et soins thermaux, c’est maintenant possible à Dax

La semaine nationale du rein. “Des reins en bonne santé, pour tous, partout”. La cure thermale peut vous y aider.

Du 9 au 16 mars 2019 a lieu la semaine nationale du rein. C’est l’occasion de faire un zoom sur les vertus de l’eau thermale utilisée dans le traitement des nombreuses affections rénales.

La preste Les Bains Cure thermale affection urianire

En France, plus de 3 millions de personnes sont touchées par une maladie rénale, et nombreuses sont celles qui l’ignorent. Pourtant les reins sont des organes essentiels  assurant le bon fonctionnement de l’organisme. Les reins, au nombre de 2, appartiennent au système urinaire. Ils permettent d’éliminer les déchets du sang afin de purifier ce dernier avant son retour dans l’organisme. Cependant, les reins ont bien d’autres fonctions, notamment celle de réguler la quantité d’eau et de minéraux ainsi que la production de certaines des hormones nécessaires à l’organisme. Indispensable au bon fonctionnement général du corps humain, les reins sont malheureusement sujets à de nombreuses affections pouvant à terme affecter très fortement la qualité de vie du patient.

Les maladies qui affectent « fréquemment » les reins et pouvant être prises en charge en cure thermale sont les suivantes :

  • L’infection urinaire (également appelée cystite) est une inflammation de la muqueuse de la vessie bénigne, aux symptômes bien distincts (des maux en bas du ventre, une envie d’uriner très fréquente pour un petit volume d’urine, des brûlures ainsi que des urines troubles et malodorantes).
  • La lithiase rénale (ou calculs rénaux) se caractérise par des cristaux durs qui se forment dans les reins et pouvant entraîner de vives douleurs.
  • La glomérulonéphrite est une affection des glomérules. Ces dernières sont une structure indispensable pour le fonctionnement rénal, permettant la filtration du sang et la production d’une urine primaire.
  • L’insuffisance rénale qui est une dégradation et une détérioration de la fonction rénale.

Certaines affections peuvent devenir chroniques (infection urinaire ou lithiase rénale). Leur prise en charge est importante afin de ne pas altérer le fonctionnement des reins au fil du temps.

La réalisation d’une cure thermale ou d’un court séjour de santé dans une station thermale spécialisée permettra de soulager les pathologies rénales. Les eaux thermales, utilisées au travers des soins (cure de boissons, cataplasme de boues/vapeurs thermales, bains, douches…), ont différentes vertus : drainante, apaisante, anti inflammatoire et anti spasmodique.

Les établissements spécialisés dans les affections urinaires :

Les thermes de Châtel Guyon

Les thermes de Eugénie Les Bains

Les thermes de Capvern Les Bains

Les thermes de Aulus Les Bains

Les thermes de Vittel

Les thermes de Thonon Les Bains

Les thermes de Evian Les Bains

Les thermes de La Preste, Prats De Mollo

Les thermes de Contrexéville

La maladie rénale est dite « silencieuse » car elle ne se manifeste par aucun symptôme perceptible. C’est généralement à un stade très avancé de la maladie que l’on se rend compte de l’affection. Aujourd’hui en France, plus d’un tiers des personnes entrent en urgence en traitement de suppléance, greffe ou dialyse. Alors, profitez de cette semaine nationale et des nombreux centres de prévention mis en place à cette occasion pour vous faire dépister. La Semaine Nationale du Rein est une bonne occasion de se faire dépister et de vérifier le bon fonctionnement de ses reins. En cas d’anomalie, ce dépistage peut permettre une prise en charge précoce. La Semaine nationale du Rein vise aussi plus largement à sensibiliser le grand public aux problématiques relatives aux maladies rénales.

 

la semaine nationale du rein 2019

Semaine nationale de lutte contre le cancer. Le thermalisme comme aide naturelle à la convalescence.

La semaine nationale de lutte contre le cancer se déroulera du 11 au 17 mars 2019. L’occasion idéale pour mettre en lumière les bienfaits de la cure thermale post-cancer, permettant d’accompagner en douceur le patient dans sa convalescence.

Avant toute chose, il est important de préciser qu’une cure thermale ne peut pas être réalisée lors d’une phase aigüe du cancer. Le patient doit être en rémission et ne doit pas avoir eu de traitement de chimiothérapie ou radiothérapie depuis au moins 6 mois. Dans tous les cas, un avis médical est obligatoire. La réalisation d’une cure thermale permettra d’aider les malades à récupérer, à se réapproprier leur corps et à améliorer leur bien-être physique, moral et social.

La cure thermale post-cancer accueille principalement des personnes ayant été affectées par des cancers du sein, gynécologique, ORL, digestif ou encore de la peau. Cependant, toutes les personnes en rémission peuvent suivre une cure thermale.

cure-eau-thermale-soins_600

Le thermalisme a de nombreuses vertus, il est apaisant, cicatrisant, anti-inflammatoire, drainant, régénérant… Les mois, voire les années de lourds traitements contre le cancer laissent de nombreuses séquelles, tant physiques que psychologiques. Des cicatrices douloureuses, une sécheresse persistante de la peau, des muqueuses irritées, des douleurs articulaires, la perte des cheveux sont autant de symptômes auxquels s’ajoutent souvent du stress, de l’anxiété et parfois, une perte de confiance en soi. La cure thermale se présente alors comme une parenthèse de douceur et de bien-être au cours de laquelle la prise en charge globale permet au patient de poursuivre sa convalescence en toute sérénité.

Face à cette situation et ce besoin, de nombreux établissements français, accompagnés de professionnels de la santé, ont mis en place des cures thermales spécialisées « post-cancer ». 

Au programme de ces 18 jours : bains bouillonnants, douches sous affusion, massages sous eau thermale, cataplasmes de boue, soins en piscine. En complément, on trouve également des moments avec des sophrologues, diététiciens et autres professionnels permettant de se retrouver, de se réapproprier son corps et de reprendre le cours de sa vie. La cure thermale permet également de partager son expérience avec d’autres personnes et de préparer le retour à la vie après cette épreuve.

Les bénéfices des cures thermales, dans les suites de traitements anticancéreux, sont aujourd’hui prouvés et reconnus pour leur efficacité durable concernant les séquelles cutanées (sécheresse, démangeaisons, rougeurs, cicatrices), phlébologiques et fonctionnelles.

Les principaux bénéfices sont :

  • L’assouplissement et la revitalisation de la peau
  • L’amélioration des cicatrices pathologiques et réduction des adhérences
  • L’accélération de la cicatrisation
  • La diminution des lymphœdèmes
  • La réhydratation, l’apaisement et la diminution de l’inflammation des muqueuses
  • L’amélioration de la circulation veino-lymphatique
  • La réparation des ongles
  • L’amélioration du cuir chevelu et de la repousse des cheveux
  • La diminution des rougeurs et des tâches pigmentaires
  • L’apaisement des démangeaisons et picotements
  • L’amélioration fonctionnelle

Chaque station thermale française (il en existe 12 reconnues par la sécurité sociale), en fonction de son orientation et des vertus de ses eaux, sera spécialisée dans la prise en charge de séquelles spécifiques.

Des cures post-cancer du sein avec spécialisation en séquelles dermatologiques :

Les thermes de Brides Les Bains

Les thermes de Bourbonne Les Bains

Les thermes de Lons Le Saunier

Les thermes de Neyrac Les Bains

Les thermes de Avène Les Bains

Les thermes de Vals Les Bains

Les thermes de Argeles gazost

Des cures post-cancer spécialisées dans les séquelles cutanées : 

Les Thermes de Avènes

Les thermes de La Roche Posay

Les thermes de La Bourboule

Les thermes de Uriage Les Bains

Des cures post-cancer gynécologiques :

Les thermes de Challes Les Eaux

Des cures post-cancer ORL : 

Les thermes de La Roche Posay

 

Pour plus d’informations et de détails sur ce type de cure thermale : http://www.medecinethermale.fr/la-medecine-thermale/cure-post-cancer

« Accompagnement et Réhabilitation post-cancer du sein » : l’Etude scientifique PacThe

Dans la continuité de nos précédents articles concernant les différentes études thermales et leur légitimité, le zoom du jour sera porté sur l’étude Pacthe : « Le programme d’accompagnement et de réhabilitation post-thérapeutique pour les femmes en rémission complète de leur cancer du sein en milieu thermal ».

Source : Communiqué de presse – Mai 2013

photos

En France, le cancer du sein touche chaque année plus de 50 000 nouvelles patientes. A l’issue des programmes thérapeutiques, les séquelles laissées par les traitements par oncologies sont nombreuses (cicatrices, peaux et muqueuses sèches, fatigue, anxiété, perte de confiance en soi…).

Financée par l’AFRETh, l’étude PACTHE a été conduite par Yves-Jean Bignon (directeur scientifique du centre Jean Perrin – Clermont-Ferrand), dans trois stations thermales françaises : Vichy, Châtel-Guyon et Le Mont-Dore.

  • L’étude

L’étude PacThe veut répondre à la question suivante :

Peut-on améliorer durablement la qualité de vie des femmes par une intervention d’accompagnement médical et paramédical multidisciplinaire, en station thermale, dans les suites immédiates de cancer du sein mis en rémission complète par un traitement comportant une chimiothérapie adjuvante ?

L’objectif de ce type de séjour est d’améliorer la qualité de vie de ces femmes en leur permettant de se réintégrer plus facilement dans leur vie sociale et familiale après avoir retrouvé confiance et sérénité. L’étude se base sur 270 femmes ayant reçu un traitement (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie) et se trouvant en rémission.

  • Méthodologie

Entre le 20 mars 2008 et le 21 octobre 2010 : 270  femmes ont participé à l’étude et ont été réparties de façon aléatoire en 2 groupes :

  1.  Le groupe « cure » dans lequel 135 femmes ont bénéficié d’une cure thermale ainsi que d’une prise en charge concernant une éducation nutritionnelle, un accompagnement aux activités physiques, une prise en charge psychologique, des soins esthétiques, des soins de kinésithérapie. Cette prise en charge s’est effectuée durant deux semaines en pension complète. En complément, les patientes ont bénéficié d’un suivi hygiéno-diététique.
  2. Le groupe témoin : 135 femmes ont eu un suivi hygiéno-diététique simple.
  • Résultats

Les résultats de cette étude ont été évalués selon différents indicateurs :

*La qualité de vie de la patiente. Celle-ci est nettement meilleure dans le groupe ayant suivi la cure thermale.

*L’anxiété et la dépression. Il y a une différence significative en faveur du groupe thermal concernant la dépression. Toutefois, aucune différence nette n’est notée concernant l’anxiété entre les 2 groupes.

*La qualité du sommeil. Celle-ci est meilleure, jusqu’à 2 ans après, pour le groupe ayant bénéficié d’un traitement en cure thermale.

Si vous souhaitez connaitre les résultats détaillés, nous vous invitons à consulter l’ensemble de l’étude et des résultats : ICI.

Retrouvez le programme Pacthe :

Aux thermes de Cambo Les Bains

Aux thermes de Gréoux Les Bains

Aux thermes de Vichy

D’autres stations thermales françaises se sont spécialisées dans l’accueil de femme en rémission du cancer du sein, pour des cures thermales conventionnées ou bien des courts séjours de santé :

Les thermes de Challes Les Eaux

Les thermes de Saint Amand Les Eaux

Les thermes de Capvern Les Bains

Les Thermes de Molitg Les Bains

Les Thermes de Brides Les Bains

Les thermes de La Léchère Les Bains

Les thermes de Eugénies Les bains

Les thermes de Barbotan Les Thermes

Les Thermes Bérot à Dax

 

Le thermalisme psychiatrique : l’étude scientifique Stop-Tag démontre l’efficacité de la cure thermale.

Après les études scientifiques démontrant l’efficacité du thermalisme dans la prise en charge du surpoids et de l’arthrose, en voici une nouvelle mettant en avant les effets bénéfiques du thermalisme dans la prise en charge des maladies psychiatriques.

Thermalisme et STOP TAG

Les affections psychosomatiques sont l’une des 12 orientations reconnues par le thermalisme et prises en charge par la sécurité sociale. Cette orientation de cure thermale, moins connue du grand public par rapport aux orientations plus « classiques » comme la Rhumatologie ou Les Voies Respiratoires, est néanmoins très efficace. En effet, la prise en charge globale associée aux vertus des eaux thermales auraient de nombreux effets sur les troubles de l’anxiété généralisés (anxiété, fatigue, douleurs musculaires, irritabilité, trouble du sommeil…). L’étude STOP TAG, réalisée en 2006, vise à mettre en avant, de façon scientifique et officielle, une meilleure efficacité de ce traitement naturel par rapport à une prise en charge classique (par médicaments).

  • L’étude

L’étude STOP-TAG est une évaluation scientifique visant à comparer la cure thermale psychiatrique à un traitement de référence (ici, la paroxétine (DEROXAT®) dans le Trouble de l’Anxiété Généralisée (TAG). Cette étude a été menée par 4 centres thermaux ayant cette indication thérapeutique : Bagnères-de-Bigorre, Néris-les-Bains, Saujon et Ussat-les-Bains.

  • La méthodologie

Cette étude s’est basée sur 237 patients présentant un TAG. Ils ont été répartis, de façon aléatoire, en 2 groupes d’études :

  1.  Le groupe « cure thermale » : 117 patients ont suivi une cure thermale de 3 semaines, sans recevoir de nouveau traitement pharmacologique.
  2.  Le groupe « traitement médical »: 120 patients ont reçu quotidiennement de la paroxétine sans réaliser une cure thermale.

Un suivi d’observation de 24 semaines a été réalisé à la suite de ces soins.

  • Résultats et conclusion

Les résultats de l’étude ont permis de mettre en avant 3 points majeurs :

  1. Les effets du thermalisme sont visibles et augmentent dans le temps. En effet, les résultats montrent une réelle évolution du patient entre la fin de la cure thermale et les mois suivants.
  2. Les résultats observés montrent que plus les patients présentent un TAG sévère, plus la cure se révèle efficace par rapport au groupe paroxétine.
  3. La cure thermale n’entraine aucun effet secondaire et aucun risque d’addiction.

 

Pour avoir accès à l’ensemble des détails et des résultats de l’étude : ICI

L’Etude Thermarthrose démontre l’efficacité de la cure thermale dans le traitement de l’arthrose du genou.

De nombreux patients suivant une cure thermale en « rhumatologie » viennent soulager leur l’arthrose, plus particulièrement celle affectant les cartilages du genou. Mais quels sont les véritables bienfaits scientifiques de la cure thermale sur le traitement de ce type d’affection ? Les résultats sont-ils réellement au rendez-vous ? C’est ce que l’étude scientifique Thermarthrose a voulu démontrer.

Source : Communiqué de presse – Résultat de l’essai clinique Afreth.

Etude Thermarthrose

Dans la continuité de notre article présentant l’étude MAATHERMES, nous allons voir au travers de l’étude Thermarthrose comment le thermalisme vient en aide aux patients atteints d’arthrose du genou (ou gonarthrose).

La gonarthrose est une des principales affections articulaires des membres inférieurs de nature mécanique. Elle est due à une usure progressive du cartilage protégeant l’articulation du genou. La gonarthrose se manifeste par des douleurs articulaires au moment de la marche, dans les escaliers ou après une position assise prolongée. Ces douleurs, au fur et à mesure du temps, limitent les mouvements et par conséquent la qualité de vie et le confort du patient.

Le traitement thermal dédié à cette pathologie repose principalement sur des pratiques de crénothérapie (soins à base d’eau thermale), d’applications de boues et vapeurs thermales et des soins de kinésithérapie. L’Afreth (Association Française des établissements thermaux) a réalisé en 2009 une étude visant l’évaluation de la cure thermale dans le traitement de l’arthrose.

L’étude

L’étude Thermarthrose a évalué l’ASMR (Amélioration du Service Médical Rendu) de la cure thermale dans le traitement de la gonarthrose. Cette étude a pour objectif d’apporter une preuve scientifique solide de l’efficacité de la prise en charge thermale dans cette pathologie. À ce jour, il s’agit du plus important essai contrôlé réalisé en médecine thermale.

Méthodologie

Cette étude a été effectuée sur 462 patients, répartis de façon aléatoire en 2 groupes, dans trois centres thermaux (Les thermes de Aix les Bains, Les thermes de Balaruc-Les-Bains, Les établissements thermaux de Dax).

  • Le groupe témoin : il a suivi le traitement habituel prescrit afin de soulager cette pathologie. Ce traitement a été complété par un programme d’auto-exercices validé et recommandé à effectuer 3 fois par jour.
  • Le groupe expérimental : Ce groupe a reçu le traitement habituel et le programme d’auto-exercices validé et recommandé à effectuer 3 fois par jour. En complément, des soins thermaux durant 18 jours ont été prescrits.

Résultats et conclusion

L’analyse de l’efficacité de la cure thermale a été observée à différents stades, après 3 mois, 6 mois et 9 mois par des médecins indépendants. Ces médecins ont noté, entre autres, une amélioration significative des douleurs et des capacités fonctionnelles chez les patients ayant reçu un traitement à base d’eau thermale, par rapport au traitement non chirurgical habituel. De plus, cette amélioration se maintient stable au 9e mois chez 50% des curistes.

L’étude Thermarthrose a donc su démontrer l’effet thérapeutique de la prise en charge en cure thermale et cela, de façon statistique et officielle.

Afin de bénéficier de l’ensemble des bienfaits de l’eau thermale sur le long terme, il est conseillé de réaliser une cure thermale plusieurs années de suite.

Pour consulter l’ensemble de cette étude, cliquez ICI.