Les cures thermales post-cancer, une parenthèse bienfaitrice pour le corps… et l’esprit

Cure thermale post cancer

Les objectifs de la cure thermale post cancer

De plus en plus de stations thermales en France proposent des soins spécifiques pour accompagner les malades du cancer dans leur convalescence, au terme de traitements souvent lourds. A la fatigue s’ajoutent en effet les séquelles plus ou moins importantes des traitements anticancéreux, qui altèrent fortement la qualité de vie des patients en rémission de cancer.

S’il faut rappeler que la médecine thermale ne permet pas de traiter la maladie cancéreuse en évolution, les cures thermales constituent toutefois une nouvelle approche thérapeutique pour prendre en charge les conséquences physiques et psychologiques des traitements oncologiques, pour aider les malades à récupérer, à se réapproprier leur corps et à améliorer leur bien-être physique, moral et social.

Quelles sont les indications d’une cure thermale post-cancer ?

Les cancers concernés par la cure thermale post-cancer sont principalement le cancer du sein, les cancers ORL, digestifs, gynécologiques, le cancer de la peau et les suites de leucémie. De manière générale, la prise en charge concerne essentiellement les suites cutanées et/ou phlébologiques des traitements anticancéreux :

  • Les suites de chirurgie (exérèse, curage ganglionnaire, ablation du sein, reconstruction plastique) : cicatrices post-opératoires hypertrophiques, adhérentes ou douloureuses (tiraillements, picotements, fourmillements), perte de mobilité fonctionnelle, lymphoedème du bras

  • Les effets secondaires des traitements par radiothérapie ou chimiothérapie : brûlures, sécheresse persistante de la peau et des muqueuses, rougeurs, desquamation, prurit, syndrome palmo-plantaire, mucites buccales, douleurs articulaires, etc.

 

Quels sont les soins proposés ?

Les soins thermaux proposés sont réalisés à base d’eau thermale aux nombreuses vertus cicatrisantes, hydratantes et apaisantes. Ils sont dispensés quotidiennement durant votre séjour par un personnel formé et qualifié.

Selon la prescription de votre médecin, votre programme de soins comprend :

  • La douche filiforme : soin réalisé exclusivement par le médecin thermal, la douche filiforme est une douche à jets très fins qui permet une détersion délicate des lésions ou un massage du derme en profondeur et un assouplissement de l’épiderme.

  • Les pulvérisations locales : l’eau thermale est finement pulvérisée sur le visage et les muqueuses (oculaires, nasales, buccales), avec une action apaisante et émolliente sur les cicatrices et lésions cutanées.

  • Les pulvérisations générales : l’eau thermale est finement pulvérisée sur l’ensemble du corps, avec un effet apaisant, cicatrisant et anti-prurigineux sur la peau.

  • Les bains locaux ou généraux : ces bains chauds ont une action relaxante, hydratante, émolliente, anti-prurigineuse et cicatrisante.

  • Les massages sous eau thermale : ces soins sont pratiqués par un kinésithérapeute. ils permettent d’améliorer la souplesse cutanée par la mobilisation des différentes couches de la peau, d’activer la circulation veineuse et de favoriser le drainage.

  • La cure de boissons : elle consiste en une ingestion d’eau thermale, 1 à 2 fois par jour, selon la prescription du médecin thermal. L’eau thermale en cure de boisson agit ainsi de l’intérieur et fait profiter le corps de ses différentes propriétés diurétiques, dépuratives et rééquilibrantes.

  • Soins d’hydrothérapie buccaux (douche gingivale, pulvérisation buccale) : soins des affections des muqueuses bucco-linguales réalisés à base d’eau thermale, qui permettent de masser, d’hydrater et d’assainir la sphère buccale et pharyngée, avec un effet apaisant et décongestionnant.

Outre les soins thermaux, la cure est aussi une occasion pour les patients en suites de cancer de se ressourcer sur le plan psychologique, de prendre soin de leur corps et de retrouver confiance en soi. Elle permet également de partager son expérience avec d’autres personnes et de préparer le retour à la vie après le cancer. A cette fin, les curistes peuvent bénéficier d’un accompagnement personnalisé par l’équipe pluridisciplinaire de l’établissement (médecins, kinésithérapeutes, esthéticiennes, diététiciennes, psychologues, etc.), qui sera à l’écoute de leurs besoins et de leurs souhaits, à la recherche du mieux-être physique et moral de chacun.

Différents soins de support peuvent ainsi vous être proposés selon l’établissement thermal :

  • Soins esthétiques

  • Accompagnement psychologique

  • Groupes de paroles

  • Activité physique, gymnastique douce

  • Conférences et réunions thématiques pour échanger et se rencontrer

  • Atelier hygiéno-diététique

  • Activités diverses : cours de yoga, qi qong, relaxation, sophrologie, etc

A noter toutefois que ces soins complémentaires sont optionnels et ne sont donc pas toujours pris en charge par la Sécurité Sociale.

Pour quels bienfaits ?

Les bénéfices des cures thermales dans les suites de traitements anticancéreux sont aujourd’hui prouvés, et ce à différents niveaux.

Les études confirment en effet l’effet positif et durable des cures thermales dans l’amélioration des problèmes cutanés (sécheresse, démangeaisons, rougeurs, cicatrices), phlébologiques et fonctionnels :

  • Assouplissement et revitalisation de la peau

  • Amélioration des cicatrices pathologiques et réduction des adhérences

  • Accélération de la cicatrisation

  • Diminution des lymphoedèmes

  • Réhydratation, apaisement et diminution de l’inflammation des muqueuses

  • Amélioration de la circulation veino-lymphatique

  • Réparation des ongles

  • Amélioration du cuir chevelu et de la repousse

  • Diminution des rougeurs et des tâches pigmentaires

  • Apaisement des démangeaisons et picotements

  • Améliorations fonctionnelles

De plus, les bienfaits plus bien globaux des cures thermales ont été démontrés, concernant notamment l’acceptation de soi, de son image corporelle et l’amélioration de la qualité de vie des patients. Temps de transition après la prise en charge médicalisée du cancer et avant la reprise du cours normal de la vie, la cure constitue ainsi un moment privilégié pour prendre soin de soi sans se préoccuper du regard des autres, pour se ressourcer et retrouver un équilibre après les retentissements induits par la maladie, en soignant son corps et son esprit.

La cure thermale post-cancer en pratique, les réponses à vos questions :

- Quand faire la cure thermale post-cancer ?

Il est généralement conseillé d’attendre trois à quatre mois après la fin de vos traitements anticancéreux (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie), quand votre état général et immunitaire est stabilisé, avant de programmer une cure thermale post-cancer. Rappelons que la maladie cancéreuse en évolution est une contre-indication à la cure thermale. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant ou à votre médecin spécialiste.

- Combien de temps dure une cure thermale post cancer ?

Les cures thermales bénéficiant d’une convention avec la Sécurité Sociale ont une durée obligatoire de trois semaines consécutives, comprenant 18 jours de soins.

D’autres cures plus courtes (de 6, 12 ou 18 jours) peuvent également être réalisées dans certaines stations thermales, mais ne sont pas prises en charges par la Sécurité Sociale.

- Quelles sont les démarches à effectuer ?

L’inscription à une cure thermale conventionnée Sécurité Sociale nécessite une prescription de votre médecin traitant ou de votre médecin spécialiste (oncologue, chirurgien) mentionnant l’orientation de la cure.

Le choix de l’établissement thermal sera réalisé conjointement entre vous et votre médecin.

Après avoir réservé votre séjour auprès de la station thermale, adressez votre demande de prise en charge à votre centre de Sécurité Sociale. Vous recevrez votre accord de prise en charge dans les semaines suivantes. N’oubliez pas de contacter votre mutuelle pour connaître vos éventuels droits complémentaires.

Les séjours plus courts et mini-cures libres (non-remboursés par la Sécurité Sociale) sont réalisables sans prescription médicale.

- Combien ça coûte ?

La cure thermale de trois semaines comprenant 18 jours de soins est prise en charge par la Sécurité Sociale, de 65% à 100% du tarif conventionnel selon votre taux de couverture. Dans le cadre d’une affection de longue durée (ALD), les frais médicaux et thermaux sont remboursés à 100% selon les tarifs conventionnés.

Toutefois certaines conditions doivent être remplies pour pouvoir bénéficier de cette prise en charge. En effet, l’établissement thermal doit être agréé et conventionné par l’Assurance maladie pour l’orientation thérapeutique prescrite. D’autre part, le patient est soumis à certains obligations :

  • Prescription médicale obligatoire

  • Durée de la cure fixée à 18 jours

  • Suivi intégral de la cure obligatoire (sauf interruption par le médecin ou en cas d’empêchement majeur du patient)

  • Une seule cure thermale par année civile autorisée

D’autres frais restent à la charge du curiste (ticket modérateur, soins complémentaires et prestations de confort, repas, etc.). Une aide aux frais de transport et d’hébergement peut être proposée sous conditions de ressources. Certaines mutuelles participent à ces différents frais, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre organisme complémentaire.

En revanche, les cures libres de durée plus courte restent totalement à la charge des patients.

- Ou faire la cure thermale post-cancer ?

Quelques établissements thermaux agréés et conventionnés par la Sécurité Sociale dans leurs indications dermatologiques et phlébologiques proposant des cures thermales post-cancer d’une durée de 18 jours :

Thermes Saint Gervais Mont Blanc (dermatologie)

Station thermale de la Bourboule (dermatologie)

Station thermale de La Roche Posay (dermatologie)

Station thermale de Luz Saint-Sauveur (lymphoedème)

Station thermale d’Argelès-Gazost (lymphoedème)

Station thermale de Brides-les-Bains (post cancer du sein)

Vichy Thermes Callou (post cancer du sein)

Station thermale Avène-les-Bains (dermatologie)

Station thermale de Luchon (rhumatologie)

Quelques établissements thermaux proposant des mini-cures spécifiques de réhabilitation post-cancer du sein (non remboursées) :

Station thermale de Gréoux-les-Bains

Station thermale de Cambo-les-Bains

Station thermale de Challes-les-Eaux

Station thermale Le Mont Dore

Station thermale Châtel-Guyon

Station thermale La Léchère

Cure thermale et gonarthrose

Cure thermale et gonarthrose

La gonarthrose est le terme médical pour désigner l’arthrose du genou. Elle est due à une dégénerescence progressive du cartilage. Cette pathologie se caractérise par des douleurs et des difficultés à se mouvoir qui gênent la vie quotidienne du malade.

Quel est l’intérêt des cures thermales dans le traitement de l’arthrose du genou ?

La prise en charge médicale de la gonarthrose repose à la fois sur des traitements médicamenteux (antalgiques, anti-inflammatoires, chondroportecteurs) et non médicamenteux (rééducation physique). Le traitement médical peut être complété par la crénothérapie, c’est-à-dire par la médecine thermale, qui est une option thérapeutique efficace, bien tolérée et sans effets indésirables, dans la prise en charge de l’arthrose du genou.

Etude de grande ampleur financée par l’Association française pour la recherche thermale (AFRETh) et publiée en octobre 2009, l’étude Thermarthrose démontre l’intérêt et l’efficacité de la crénothérapie dans le traitement de la gonarthrose par rapport aux autres traitements médicaux conventionnels. En effet, cette étude met en évidence les effets bénéfiques et durables des cures thermales, avec une nette amélioration des symptômes à moyen et long terme, tant au niveau du soulagement des douleurs (avec pour conséquence une moindre consommation de médicaments observée), que de l’amélioration durable des capacités fonctionnelles, de l’autonomie et de la qualité de vie des patients.

Quels sont les soins proposés dans les cures thermales  ?

Les cures thermales pour soigner la gonarthrose se déroulent généralement sur 3 semaines. Dès l’arrivée dans la station, 72 soins adaptés sont prescrits par le médecin thermal, qui seront administrés aux curistes pendant 18 jours, habituellement 6 jours sur 7, en complément de leur traitement habituel. Une équipe de professionnels de santé assure le suivi médical des curistes pendant toute la durée du séjour.

Ces soins reposent sur l’utilisation des propriétés physiques et chimiques des eaux minérales naturelles à des fins thérapeutiques (effet apaisant, sédatif, décontracturant). Les principaux soins thermaux proposés sont :

  • Application de boues

  • Application de vapeurs thermales

  • Douches au jet

  • Massages sous l’eau thermale

  • Bains chauds hydromassants

  • Séances individuelles ou collectives de kinésithérapie

  • Exercices de rééducation en piscine

En parallèle, la cure thermale est aussi un moment privilégié pour accompagner le curiste dans une approche globale de sa maladie. Ainsi, les soins peuvent être complétés par des séances d’éducation thérapeutique autour de thématiques diverses (ateliers diététique, ergonomie, hygiène de vie, soutien psychologique, gestion du stress, etc.). Ces soins éducatifs et préventifs permettent d’aider le curiste à adopter de nouveaux comportements pour ralentir la progression de sa pathologie et apprendre à mieux gérer sa vie avec sa maladie. Ils sont un complément indispensable pour renforcer les résultats et bénéfices du traitement médical.

Existe-t-il des contre-indications à la cure thermale contre l’arthrose du genou ?

Si les cures thermales sont en général bien tolérées, elles peuvent être contre-indiquées dans certains cas, notamment pour les personnes souffrant de maladies évolutives risquant d’être aggravées par la cure (pathologies inflammatoires en poussée, maladies infectieuses, cancers en phase évolutive). Il est de ce fait fortement conseillé de consulter un médecin avant de réaliser une cure thermale pour soigner les douleurs liées à la gonarthrose.

 

La cure thermale en pratique :

- Qui prescrit ?

La cure thermale peut être prescrite par le médecin généraliste ou le rhumatologue face à un diagnostic d’arthrose du genou, afin de compléter la prise en charge thérapeutique. Il est conseillé d’entreprendre les démarches nécessaires 4 à 6 mois avant le début de la cure.

- Quelle est la prise en charge ?

Seules les cures thermales prescrites par un médecin pourront bénéficier d’un éventuel remboursement. A savoir également que l’Assurance Maladie ne prend en charge que les soins thermaux, les autres frais (voyage, hébergement, etc.) sont à la charge du curiste. Pour une prise en charge par la Sécurité Sociale, un formulaire doit être complété et renvoyé à la Caisse d’Assurance Maladie.

- Où ?

En France, de très nombreuses stations thermales possèdent une orientation rhumatologique. Le choix de votre établissement sera décidé d’un commun accord entre vous et votre médecin, en fonction de différents paramètres à prendre en compte (localisation, hébergement, qualité de l’eau, techniques de cures proposées, double orientation, etc.).

Découvrez ici l’ensemble des stations thermales indiquées dans le traitement de la gonarthrose.