Les cures thermales en Aquitaine

Thermalisme Aquitaine

Le saviez-vous ?

Aquitaine signifie en latin « le pays des eaux ». Car, en plus d’être bordée par l’océan Atlantique, l’Aquitaine regorge de cures thermales. Elle est en effet la première région thermale de France, avec 30 des 103 établissements thermaux du pays. Ceci s’explique par la richesse de ses sous-sols aquatiques, gorgés de sels minéraux et oligo-éléments permettant d’offrir une large gamme de traitements aux curistes.

 

Les atouts de la région

L’Aquitaine est une région où il fait bon vivre. Son climat doux et ensoleillé et ses 250 km de côtes de sable fin s’étendant à perte de vue le long de l’océan Atlantique sont des atouts indéniables lui permettant d’attirer chaque année de nombreux visiteurs. A cela s’ajoutent d’autres multiples richesses naturelles comme la dune du Pyla, plus haute dune de sable d’Europe située sur le bassin d’Arcachon, la forêt de pins maritimes des Landes de Gascogne, plus grande forêt d’Europe ou encore les Pyrénées, terrain de jeux des amateurs de montagne.

L’Aquitaine, c’est aussi une région possédant un patrimoine historique unique reconnu par l’Unesco avec de nombreux sites classés comme Bordeaux, Saint-Emilion, la citadelle de Blaye et le verrou Vauban ou encore la Grotte de Lascaux en Dordogne.

Enfin, l’Aquitaine est avant tout un territoire riche de ses traditions. Au Pays Basque, des jeux, danses et fêtes typiques sont encore pratiqués et permettent de faire perdurer une culture locale forte. Les Landes possèdent aussi leurs propres traditions comme la course landaise ou les échassiers landais. Il serait dommage d’oublier de citer l’incroyable gastronomie traditionnelle de la région : foie gras des Landes, huîtres d’Arcachon, pruneau d’Agen…Les spécialités locales sont nombreuses et toujours aussi agréables pour les papilles gustatives de ceux qui les dégustent!

 

Les différents types de cures thermales en Aquitaine

Les stations thermales présentent en Aquitaine ne proposent pas les mêmes types de cures car elles ne soignent pas les mêmes maladies. Elles possèdent chacune leur spécificité, permettant de les classer en fonction de leurs orientations thérapeutiques.

  • La rhumatologie : 

La cure thermale permet aux personnes atteintes de rhumatismes de soulager la douleur et d’améliorer la souplesse des tissus articulaires. Différentes formules de cures peuvent être utilisées pour soigner les rhumatismes, la plus répandue étant celle d’une durée de 18 jours.

Plusieurs cures thermales sont orientées « rhumatismes » en Aquitaine : Cambo-les-Bains, Casteljaloux , Les Bains Saint Pierre , Eaux-Bonnes , Eaux-Chaudes, Eugénie-les-Bains, Préchacq-les-Bains, Saint-Paul-les-Dax, Salies-de-Béarn, Saubusse-les-Bains, Bains Sarrailh, Dax Adour, Grand Hôtel, Hôpital Thermal, les Thermes, Régina, Thermes Bérot, Thermes Borda, Thermes de l’Avenue, Thermes des Arènes, Thermes Foch, Thermes Lacroix, Thermes les Ecureuils, Thermes de Christus, Thermes des Chênes.

  • Les voies respiratoires :

La cure thermale permet de soulager les douleurs, d’améliorer la perméabilité nasale et la ventilation des voies aériennes. L’amélioration est progressive car les effets de la cure ne sont pas immédiats, d’où la nécessité de réitérer les cures la première année.

Plusieurs cures thermales sont orientées « voies respiratoires » en Aquitaine : Cambo-les-Bains, Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes, Préchacq-les-Bains.

  • La phlébologie :

Les pathologies (jambes lourdes, varices, thrombose veineuse, séquelle de phlébite…) s’appuient essentiellement sur un traitement médicamenteux et des règles d’hygiène de vie rigoureuse (port de bas de contention).

La cure thermale peut-être un traitement préventif ou curatif. La cure thermale doit être envisagée sur le long terme, car les bienfaits de la cure sont progressifs. Quant aux effets, ils se ressentent au moins pendant les 6 mois qui suivent la cure.

Plusieurs cures thermales sont orientées «phlébologie» en Aquitaine : Les Bains Saint Pierre, Saint-Paul-les-Dax, Saubusse-les-Bains, Bains Sarrailh, Dax Adour, Grand Hôtel, Hôpital Thermal, les Thermes, Régina, Thermes Bérot, Thermes Borda, Thermes de l’Avenue, Thermes des Arènes, Thermes Foch, Thermes Lacroix, Thermes les Ecureuils, Thermes de Christus, Thermes des Chênes.

  • Les infections urinaires et maladies métaboliques :

La cure thermale dédiée vise principalement à traiter des problèmes de calculs rénaux et d’infections urinaires récidivantes grâce à l’eau thermale qui rééquilibre la composition des urines et qui accélère la diurèse (sécrétion d’urine par le rein).

Une cure thermale est orientée «infections urinaires et maladies métaboliques» en Aquitaine : Eugénie-les-Bains

  • La gynécologie :

Les pathologies (infections récidivantes, douleurs vaginales, troubles de la ménopause, règles douloureuses…) reposent principalement sur les traitements médicamenteux, mais les récidives régulières justifient la cure thermale comme traitement complémentaire.

Les soins à l’eau thermale, grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes permettent d’améliorer la qualité de la peau et des muqueuses.
De plus la cure thermale en gynécologie permet aux patients d’échanger entre eux sur la maladie, et de trouver des solutions dans la gestion du quotidien.

Deux cures thermales sont orientées «gynécologie» en Aquitaine : Salies-de-Béarn, Bains Sarrailh

  • Les troubles du comportement chez l’enfant :

La cure thermale est une réponse adaptée aux pathologies ostéo-articulaires ou d’énurésie chez l’enfant grâce à l’eau thermale, au climat, aux changements de lieu et de conditions de vie, même pour une période limitée au séjour thermal.

Une cure thermale est orientée «troubles du comportement chez l’enfant» en Aquitaine : Salies-de-Béarn

 

Zoom sur le département des Landes

Thermalisme dans les landes

Les Landes sont le premier département thermal de France et Dax la première station thermale française. Avec 72 351 curistes soignés en 2012, les Landes gardent leur position de leader des départements thermaux français.

14% des curistes français choisissent de faire leur cure thermale dans le département des Landes : 70% sont des femmes et leur moyenne d’âge est de 65,5 ans. Ces chiffres sont directement liés aux orientations thérapeutiques des eaux thermales landaises, étant donné que la majorité des curistes viennent pour des soins rhumatologiques. Les curistes arrivent d’Aquitaine (14%), d’Ile de France (11%), régions PACA et Pays de Loire (8%) puis des régions Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées, Bretagne et Nord Pas-de-Calais (6%).

L’activité thermale est indispensable pour le département. Elle génère un chiffre d’affaires de 86 millions d’euros en 2008 dont 58 millions réinjectés directement par les établissements dans l’économie landaise. L’impact de cette activité sur l’économie locale s’évalue à 169 millions d’euros se répartissant sur les hébergements, les commerces, les artisans locaux et les professionnels de santé. *

*Source : Conseil Général des Landes

Thermalisme et architecture, découverte de la station thermale de Contrexéville

Le thermalisme est une activité qui a connu plusieurs crises pour diverses raisons. Ainsi, les crises économiques et les guerres ont toujours obligé les stations à rebondir et à se moderniser pour faire revenir les curistes dans leurs établissements.

L’un des versants de ces différentes reconquêtes était l’architecture des stations. Nous avons donc décidé de nous intéresser à quelques stations représentatives. La première étape de cette série se situe dans le département des Vosges, il s’agit de Contrexéville.

Les thermes de Contrexéville ont fait l’objet de nombreuses transformations architecturales qui permettent de retracer à la fois l’histoire de la ville mais aussi l’évolution de l’architecture.

En 1820, un premier pavillon en bois fût édifié à l’emplacement de la source minérale Charles Bagard.

Il sera remplacé en 1885 par un pavillon en fer et verre caractéristique de cette seconde moitié du 19e siècle. Ces travaux furent menés sous la houlette de l’architecte départemental Francois Clasquin assisté par l’ingénieur nancéien Frédéric Schertzer qui s’inspirèrent du célèbre pavillon Baltard.

Cet ingénieur avait également travaillé sur la galerie de Vittel, station voisine de celle de Contrexéville.

Cette architecture constituée de fer et de verre est issue de la révolution industrielle qui a permis de faire baisser le prix de ces matériaux et de les standardiser. La finesse des profils et la proportion importante de vitrage ont ainsi permis des édifices très légers et lumineux.

Cet édifice sera cependant démoli pour laisser place à la prochaine époque d’un point de vue architectural. C’est ainsi que l’architecte Charles Méwès (1858-1914) sera mandaté pour rénover l’établissement entre 1908 et 1913. La pièce majeure de son projet sera une rotonde articulée par une galerie promenoir de 180m de long.

Si le style gréco-romain n’est pas particulièrement innovant, il cache un système constructif relativement neuf à l’époque, le ciment armé. L‘ancêtre du béton armé est dissimulé par un riche travail de céramique et de mosaïque qui donnera toute sa splendeur à l’édifice. La rotonde abrite symboliquement la source qui se matérialise par une fontaine de marbre rose et de céramiques de camaïeux de bleu qui rappellent la couleur symbolique de l’eau. Cette fontaine est surmontée par un statue des « verseuses » qui sont l’un des emblèmes de la ville. La coupole quasi religieuse est largement dorée et percée d’un oculus zénithal surplombant la source et venant renforcer la symbolique de l’eau salvatrice.

C’est ce bâtiment qui reste aujourd’hui le plus intéressant à découvrir par la richesse de ses décorations et par sa force symbolique.

Les multiples modifications, démolitions et reconstructions des bâtiments thermaux ont reflété le besoin des stations de se démarquer et d’afficher leur modernité en adaptant la forme architecturale de leurs édifices aux différentes époques stylistiques. Des architectes de renom ont bénéficié de moyens importants pour faire des stations des hauts lieux de villégiature et permettre de mêler soins thermaux, patrimoine et tourisme.

IMG_5594

IMG_7419 IMG_7401 Photo toucan toucan 2007 021

Sources :

http://www.vosgesaccueiltourisme.fr/

http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=88114_4

http://www.gentil-bourdet.fr/details/notices/contrexeville.htm

http://tourisme.vosges.fr/activites/Culture,mus%C3%A9esetpatrimoine/tabid/137/pid/977000285/items/1i2/sir/0/sdtw/0/Default.aspx?sa=0%2c947262#prettyPhoto

http://www4.culture.fr/patrimoines/patrimoine_monumental_et_archeologique/insitu/article.xsp?numero=&id_article=toulier-473

Crédits photos : Station thermale de Contrexéville