La station thermale de Néris-les-Bains fermée pour raison sanitaire

station thermale de Neris

Les thermes de Néris-les-Bains sont fermés depuis le 11 juillet suite à une pollution bactérienne mineure. Les tests effectués par l’agence régional de la santé ont en effet révélé la présence de bactéries pathogènes (pseudomonas aeruginosa et legionella pneumophila) dans le réseau d’eau  et à certains postes de soins.

En fermant temporairement la station thermale de Néris les bains, l’Etat a préféré appliquer le principe de précaution. Les bactéries retrouvées sur place peuvent en effet provoquer chez les patients fragiles des surinfections de plaies cutanées(pseudomonas) ou des problèmes pulmonaires  (legionella).

Comme le souligne Jean Schweyer, délégué territorial de l’Allier pour l’Agence Régionale de Santé, « la fermeture va permettre de prendre toutes les mesures nécessaires pour rétablir la situation ».

Les mesures ont été prises pour détecter le problème, le traiter et réaliser de nouveaux contrôles. La réouverture des thermes sera en effet conditionnée par deux contrôles réalisés avec 5 jours d’intervalles.

Avec ce problème qui survient en pleine saison touristique, la station thermale doit gérer le départ de 800 curistes. Elle s’est d’ailleurs engagée à rembourser les 800 curistes en cours de séjour et tous les séjours condamnés à venir. L’indemnisation concerne l’hébergement des curistes présents sur le site, mais aussi les arrhes de réservation versées à la station et qui ne pourront finalement pas réaliser leur cure thermale.

Coup dur pour les finances de la station thermale

A la suite d’une première fermeture pour cause de bactéries retrouvées dans l’eau de la station en 2012, les thermes avaient investi 150 000 € de travaux pour régler le problème. En ajoutant le remboursement des curistes, les frais d’étude et d’analyse, la facture s’était hissée à 450 000€.

La nouvelle facture risque d’être plus difficile à supporter.

 

Affections cutanées et cures thermales

Les maladies de peau (eczéma, psoriasis, dermatite éctopique…) touchent un grand nombre de personne, adultes comme enfants. Par exemple, environ 15% des jeunes enfants en France sont atteints d’eczéma.
La plupart des affections cutanées se manifestent par des rougeurs, sécheresses cutanées et démangeaisons, elles  peuvent participer à des cures « dermatologies » afin de les soulager.

Quelles sont-elles? Quels sont les soins prodigués? Quelle relation entre dermatologie, cure thermale et diététique? Zoom sur les cures « peaux » !

1) Objectifs de la cure :

Les cures thermales en dermatologie visent principalement à réduire et à faire disparaître les lésions dues aux affections cutanées.

Les affections traitées en cures sont :

  • L’eczéma, ou dermatite atopique, de l’adulte et de l’enfant (l’eczéma est traité dès l’âge de 3 mois dans certaines stations).
  • Le psoriasis.
  • Les troubles de la cicatrisation.
  • Les séquelles de brûlures.
  • Les prurits et prurigos.
  • Les ichtyoses et autres troubles de la desquamation.
  • L’acné.
  • Etc

Comment?

Par le biais de massages, douches, bains d’eau thermale,enveloppements, soins spécifiques,…. En effet, le but du traitement est de réaliser des actions de fond au niveau des cellules permettant de diminuer les crises éruptives.

2) Les cures thermales spécialisées :

Les cures de La Roche Posey , La Bourboule, Le centre Avène, Fumades les bains, Saint Gervais, Uriage, Rochefort sur mer, … proposent ces cures spéciales dermatologies.

Au cours de ces cures, le curiste se verra prescrire des soins visant à soulager les affections cutanées, avec pour certaines d’entre-elles, la possibilité de participer à des séances d’éducation thérapeutique afin d’apprendre par exemple à bien étaler la crème, faire ses soins,… dans le but de continuer le traitement de façon opportun une fois de retour à domicile.

3) Diététique et Affections cutanées.

Certains aliments sont à privilégier face aux affections cutanées, quels sont-ils?

* Privilégier les aliments riches en antioxydants : fruits, légumes colorés : carottes, tomates, framboises, fraises, groseilles,…)

* Privilégier les aliments riches en cuivre, sélénium, zinc afin d’aider à la cicatrisation  : Chocolat Noir, Mollusques & Crustacés, viandes, aliments riches en protéines…

* Les aliments riches en vitamine C : La vitamine C est bénéfique dans le traitement préventif du vieillissement cutané. Principalement contenue dans les agrumes, kiwi, persil….et en vita

La polyarthrite rhumatoïde et les cures thermales

Depuis quelques années, de nombreuses cures proposent des soins visant à soulager les curistes atteints de polyarthrite rhumatoïde (P.R.).  Qu’est ce que la polyarthrite rhumatoïde? Quelles sont les cures spécialisées, quels traitements sont prodigués, quelle relation avec diététique et P.R ? Zoom sur cette pathologie !

1) Définition :

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme inflammatoire chronique se traduisant par un gonflement des articulations. C’est une maladie auto-immune touchant les articulations et s’accompagnant d’inflammation de la membrane synoviale, (=membrane entourant l’articulation).

La polyarthrite rhumatoïde touche de 0,5 à 1 % de la population occidentale, et plus souvent les femmes que les hommes. C’est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires chroniques. Cette maladie peut apparaître à n’importe quel âge, mais les premiers symptômes surviennent en général vers 40 ans à 60 ans.

2) Cures thermales et P.R.

Voici la liste des cures thermales proposant des soins visant à soulager la P.R : Rennes-les-Bains, La Preste-les-bains, Jonzac, Amélie-les-bains, Lamalou-les-bains, Saint-Honoré-les-Bains, Bourbon-L’Archambault…

Voir la liste des stations thermales qui traitent l’orientation rhumatologie.

 

La cure thermale contribue à améliorer la douleur articulaire et plus globalement l’état du patient. En effet, lors de la cure, le curiste se verra prescrire des soins visant à diminuer l’inflammation, par le biais de bains d’eau ou de boue, de soins (massages…) mais également grâce au sport, aux exercices de postures, et aux soins fournis par les kinésithérapeutes.

Le sport, (gym douce, natation…) a pour but d’une part , le maintien du capital musculaire, mais également, grâce aux cours de posture (Pilate, De Gasquet…), l’apprentissage de posture visant à soulager les articulations.

3) Diététique et Polyarthrite.

Même si aucune étude ne prouve l’existence de « régime spécial Polyarthrite », une alimentation équilibrée est une aide pour le traitement.

En effet, l’alimentation aidera à lutter contre l’inflammation!  Comment ?

Comme expliqué lors des précédents articles, l’alimentation est la base de la médecine. Pour l’inflammation, on privilégiera des graisses insaturées, riches en omégas  3 (poissons gras, huile de colza, de noix et huile de poisson) car ils ont un effet anti-inflammatoire, au détriment de ceux riches en Oméga 6 (huile de tournesol) . On conseillera également une alimentation riches en couleur et en antioxydants.

Egalement, souvent, les patients atteints de P.R sont traités par corticothérapie. La corticothérapie nécessite une supplémentation en calcium et en vitamine D, afin de lutter contre l’ostéoporose.

 

 

La médecine par les plantes

La phytothérapie est la connaissance des plantes. Aujourd’hui, son efficacité est prouvée par des études scientifiques. Les bienfaits de la phytothérapie sont réels et utiles pour de très nombreux maux, qui majoritairement résultent de notre mode vie actuel. Thérapeutes et naturopathes confirment de plus en plus, l’action bénéfique des plantes médicinales. Ces plantes sont issues de lieux de culture bien définis, dans lesquels: Elles poussent dans un environnement contrôlé pour les « naturelles » et selon des normes de qualités strictes pour les »biologiques labellisées. » Tels sont nos produits de phytothérapie.

Les Oligo-éléments font partie de la famille des minéraux. Ils sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme. Ils participent notamment à l’assimilation et au métabolisme des aliments, ainsi qu’au renouvellement des tissus. De plus, ils renforcent les défenses immunitaires de l’organisme. Pourtant, notre alimentation moderne est en manque et notre état général se dégrade. Beaucoup de facteurs épuisent nos précieuses réserves d’oligo-éléments et nous fragilisent.

Nos produits Catalyons sont obtenus à partir de la dissolution du métal pur dans de l’eau pure. Ce procédé unique est breveté. Destinés à l’enfant comme aux seniors, voire même à votre animal de compagnie, les oligo-éléments ionisés présentent l’avantage d’être sous forme 100% assimilable, sans goût, sans conservateur chimique et sans adjuvant.

Reflux Gastro-Oesophagien et Thermalisme

Le Reflux Gastro-Oesophagien , encore appelé RGO, est un reflux acide du contenu de l’estomac vers l’œsophage. Ce reflux est assez fréquent, surtout en période post- prandiale et affecte un grand nombre de personne. Gênant et parfois douloureux, il peut être solutionné en cures thermales ! De quelle façon? Quels sont les traitements? Quelle prise en charge? Zoom sur le RGO!

1) Caractéristiques

Dans le cas d’un RGO, le sphincter inférieur de l’œsophage est devenu inopérant ou se relâche à des moments inappropriés. La vidange gastrique retardée favorise donc  le reflux.

La cause du RGO peut être l’hernie hiatarefluxle (= pénétration  d’une partie de l’estomac dans le thorax à travers l’hiatus œsophagien du diaphragme), età la longue un RGO peut entraîner une œsophagite (= inflammation de l’œsophage) qui peut s’ulcérer créant ainsi une œsophagite sclérosante qui s’accompagne de dysphagie.

Egalement, il a été démontré que le RGO est souvent lié aux crises d’asthmes, en particulier chez les enfants. En effet l’acidité gastrique à l’origine des irritations œsophagiennes peut entraîner des irritations locales des bronches à l’origine des crises d’asthme.

2) Cures thermales & RGO :

Les cures thermales de Capvern les BainsVichy, Le Boulou, La Chaldette, Digne-les- Bains,… proposent des soins visant à soulager les reflux. En effet, comme expliqué lors des précédents articles, l’eau thermale voit sa composition et ses vertus modifiées en fonction de l’origine de  la source thermale. Par exemple, l’eau de Vichy, riche en bicarbonates (= basiques) sera un bon allier face à l’acidité gastrique.

Le curiste se verra donc prescrire en plus des soins thermaux, une cure de boisson. L’eau prescrite aura une propriété anti-inflammatoire pour la cicatrisastion des tissus lésés par l’acidité.

L’alimentation étant la base de la médecine comme le soulignait Hippocrate, le curiste recevra également quelques conseils hygiéno-diététique sur le RGO, à continuer une fois de retour à domicile.

 3) Diététique et RGO :

Voici quelques conseils alimentaires afin de lutter contre les reflux :

  • Fractionner l’alimentation : repas peu copieux, peu volumineux.
  • Diminuer l’apport de liquide pendant le repas.
  • Eviter les boissons gazeuses.
  • Manger lentement, prendre le temps de mastiquer.
  • Eviter les aliments qui diminuent la vitesse de la vidange gastrique : lipides.
  •   Eviter les irritants gastriques : alcool, épices, aliments acides (tomates, oranges, jus de fruits, préparations vinaigrées, yaourts)…
  • Eviter les aliments suspectés de diminuer le tonus du sphincter : alcool, lipides, chocolats, menthe, boissons contenant de la caféine.
  • Prendre le repas du soir 3 heures avant le coucher.
  • Eviter le tabagisme (actif et passif)  car il diminue l’efficacité du SOI et augmente la sécrétion d’acide gastrique.
  • Veiller à réduire la pression intra-abdominale : constipation, ceinture, gaine, corset, vêtements trop serrés…
  •   Surélever la tête du lit  pour faciliter la vidange gastrique.

Ne soyez plus acides face aux reflux! Partez en cures!